Prendre l’Initiative. 3/8 - (Message)

Prendre l’Initiative. 3/8 - (Message)

3ème partie de 8 sermons

“L’Eternel donne un nouveau départ à ceux qui sont prêts à abandonner. » Ps 145 :14 ( Ndt :traduction littérale)

COMMENT PRENDRE UN NOUVEAU DEPART PAR LA FOI

Marc 10 :46-52

I. SAISIR ____________________________________

« Ils arrivèrent à Jéricho. Et, lorsque Jésus en sortit, avec ses disciples et une assez grande foule, le fils de Timée, Bartimée, mendiant aveugle, était assis au bord du chemin. Il entendit que c’était Jésus de Nazareth, et il se mit à crier :Fils de David, Jésus, aie pitié de moi. » Marc 10 :46-47.

« Jésus lui répondit : Quiconque met la main à la charrue, et regarde en arrière n’est pas propre au royaume de Dieu. » Luc 9 :62

II. MAÎTRISER ____________________________________

« Plusieurs le reprenaient, pour le faire taire ; mais il criait beaucoup plus fort :Fils de David, aie pitié de moi ! »  Marc 10 :48.

« La crainte des hommes tend un piège, mais celui qui se confie en l’Eternel est protégé. » Prov.29 :25

III. ANNONCER __________________________________

« Jésus, prenant la parole, lui dit : Que veux-tu que je te fasse ? Rabbouni, lui répondit l’aveugle, que je recouvre la vue. » Marc 10 :51

« Vous devriez dire, au contraire : si Dieu le veut, nous vivrons, et nous ferons ceci ou cela. » Jacques 4 :15.

« Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. » Gal. 3 :27

IV. RECEVOIR ________________________________________
« Et Jésus lui dit : Va, ta foi t’a sauvé. Aussitôt, il recouvra la vue… » Marc 10 :52

« Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce. » Jean 1 :16

«  C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce. » Rom. 4 :16a

V. FRANCHIR _____________________________________
« …Il recouvra la vue, et suivit Jésus sur le chemin. » Marc 10 :52b

« Mes frères, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? » Jacques 2 :14.

« Or c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel de par Dieu, a été fait pour nous sagesse et justice et sanctification et rédemption. » 1 Cor. 1 :30

 


PRENDRE L’INITIATIVE
50 Jours de Foi

3ème Partie de 8 sermons

Rick Warren et Tom Holladay

Nous sommes toujours dans cette série des “50 Jours de Foi”. Avez-vous déjà désiré pouvoir recommencer votre vie ? Peut-être juste revenir en arrière et la recommencer. J’ai reçu cette lettre dernièrement : « Cher Pasteur Dick, merci beaucoup pour le thème ‘ 50 Jours de Foi’. Pour la première fois dans ma vie, je sens que je grandis spirituellement et cela fait du bien. Je commence chaque jour avec la dévotion quotidienne et je mémorise le verset hebdomadaire. J’ai rejoint un groupe d’étude biblique et je sais maintenant que Dieu est en train de fortifier ma foi. Mais honnêtement, je regrette de ne pas avoir fait ces choses plus tôt. J’ai perdu tant d’années  à faire d’autres choses et à négliger ma relation avec Dieu. Je me rends compte maintenant que j’aurais pu éviter un grand nombre de problèmes et de douleurs ainsi qu’un grand nombre d’inquiétudes si j’avais fait ce que je fais maintenant. J’en viens à désirer pouvoir rembobiner la cassette et recommencer ma vie. »

Mais, le problème est que vous ne pouvez pas rembobiner la cassette. Tout cela est derrière vous. Mais vous pouvez recommencer. Et Dieu est un Dieu des nouveaux départs. C’est ce dont nous allons parler aujourd’hui. Psaume 145 :14 dit : « L’Eternel donne un nouveau départ à ceux qui sont prêts à abandonner. » ( Ndt : traduction littérale) Si vous pensez que vous êtes prêts à abandonner, vous vous trouvez au bon endroit aujourd’hui. Nous allons partager les cinq secrets d’un nouveau départ. Des points dans la Parole de Dieu qui vous aideront en dépit de votre passé, en dépit de ce que vous avez saccagé. Vous pouvez prendre un nouveau départ.

Un jour, Jésus marchait dans les rues de Jéricho. Une grande foule Le suivait. Il y avait un mendiant aveugle, du nom de Bartimée,  assis sur le côté de la route. Etre aveugle au temps de Jésus voulait dire que vous ne pouviez pas travailler, évidemment, vous ne pouviez ni lire ni écrire, et vous ne pouviez probablement pas vous déplacer parce qu’il n’y avait pas de chiens d’aveugle, ni toutes ces facilités qui existent aujourd’hui pour les aveugles. Alors, il en était réduit à mendier pour pouvoir manger. Chaque jour, quelqu’un le conduisait sur ce bord de route, et le plaçait sur une paillasse. Il mendiait sa nourriture chaque jour et, à la fin de la journée, on le ramenait chez lui. C’était une vie misérable. Son nom était Bartimée et cela signifiait fils de Timée ou « fils de l’honorable. »

Un jour que Jésus vint à passer, Bartimée pensa : « Voilà ma chance. Je dois la tenter. C’est ici que je pourrai prendre un nouveau départ. Je ne vais pas manquer cette occasion. » Et il commença à crier et à surpasser les bruits de la foule en disant : « Jésus ! Fils de David ! Aie pitié de moi ! » C’est la première étape d’un nouveau départ avec Dieu.

I. SAISIR LE MOMENT

Il a dit : « Je ne vais pas rater cette occasion. Je vais prendre l’avantage. Jésus passe à côté de moi maintenant. Je ne vais pas attendre. Je ne vais pas remettre à plus tard. Je ne vais pas faire traîner les choses. Je vais commencer dès maintenant. » Et c’est la première clé pour un nouveau départ dans votre vie. Quoique vous fassiez, faites-le dès cet instant. Ne dites pas : « L’année prochaine, je vais prendre un nouveau départ ...Le mois prochain, je vais prendre un nouveau départ… » C’est maintenant ou jamais. Saisissez le moment !

Quand Bartimée se leva ce matin-là, il ne savait pas que Jésus allait passer près de lui. Il imaginait que ce serait un autre jour ordinaire. Même lieu, même chose, même façon de mendier, même vie misérable, solitaire, pitoyable. Alors, il n’avait pas le temps  de se préparer pour Jésus, il n’avait pas le temps de prévoir Jésus.  Ce n’était qu’une occasion qui lui tombait dessus. Il a du saisir le moment.

L’histoire est dans Marc 10. « Ils arrivèrent à Jéricho. Et, lorsque Jésus en sortit, avec ses disciples et une assez grande foule, le fils de Timée , mendiant aveugle, était assis au bord du chemin. Il entendit que c’était Jésus de Nazareth, et il se mit à crier : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi ! » Il a dit : « Je vais saisir l’occasion, c’est maintenant ou jamais. Je vais en tirer le meilleur. » Il a saisi l’occasion, le moment.

Chaque jour, tout autour de vous, il y a des occasions pour un nouveau départ. Vous les voyez tout le temps. Mais vous n’en tirez pas avantage. Pourquoi ? un seul mot : procrastination (remettre à plus tard quelque chose).

     J’ai dépensé une fortune pour un trampoline,

            Un vélo d’appartement, et un rameur.

    Chacun possède des gadgets pour lire mon pouls

            Et des gadgets pour prouver mes progrès

    Et  d’autres pour montrer les kilomètres parcourus

    Mais aucun ne comprend le gadget qui me fera  commencer à les utiliser.

La procrastination est un étrange phénomène. Nous pensons qu’elle rendra  nos vies plus faciles ; nous pensons qu’elle rendra nos vies plus présentes quand en réalité, elle crée juste plus de stress. La vérité est que vous connaissez déjà les meilleures choses à faire. Vous les connaissez déjà. Non seulement cela, mais vous connaissez aussi les avantages liés au fait de faire les bonnes choses dans la vie. Alors, pourquoi ne les faites-vous pas ? Vous ne cessez de dire : « Je le ferai plus tard. »  C’est le syndrome « manana » ( à na pas confondre avec le syndrome Madonna). Le syndrome « manana », c’est : « Je le ferai demain. Je vais remettre çà à plus tard. Un jour, je… Un de ces jours, je…Je vais m’en occuper. J’y vise. » Mais vous ne le faites jamais.

La bible nous avertit encore et encore de ne pas présumer de ce que demain sera fait. Je n’ai pas l’assurance qu’il y aura un lendemain, et il en est de même pour vous. Vous n’êtes pas assurés de vivre demain. Quoique vous deviez faire, vous feriez mieux de vous en occuper dès maintenant.

Job 9 : 25 : « Mes jours sont plus rapides qu’un courrier ; ils fuient sans avoir vu le bonheur. » Plus vous prenez de l’âge, plus vite ils fuient.

Job 8 :9 : « Car nous sommes d’hier, et nous ne savons rien, nos jours sur la terre ne sont qu’une ombre. » Notre vie n’est en réalité qu’un clin d’œil, une ombre. Elle ne dure pas si longtemps que cela.

Proverbes 27 :1 : « Ne te vante pas du lendemain, car tu ne sais pas ce qu’un jour peut enfanter. »

Psaume 90 :12 : « Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions nos cœurs à la sagesse. »

Ephésiens 5 :16 : « Rachetez le temps, car les jours sont mauvais. »

Pourquoi devez-vous arrêter de reporter toute chose ? Pourquoi devez-vous commencer à faire ce que vous savez déjà être la meilleure chose ? Je pense que Dieu a conduit certains d’entre vous dans ce lieu ce matin afin de pouvoir vous dire : « Arrêtez de trouver des excuses. Lancez-vous. Commencez à vivre les choses que vous connaissez. Donnez-Moi votre vie dès maintenant. Commencez à vivre pour Moi maintenant. » Jésus le dit dans Luc 9 :62 : « Pas de procrastination, pas de regards en arrière. Vous ne pouvez pas remettre le royaume de Dieu à demain .Saisissez le jour. » Arrêtez de tout remettre à plus tard.

Tom : le deuxième secret pour prendre un nouveau départ :

II. MAITRISER VOTRE CRAINTE

Si vous voulez prendre un nouveau départ dans votre vie par la foi, vous devez affronter vos craintes. Vous devez maîtriser vos craintes, les expulser. Ne les laissez pas vous contrôler. La crainte a l’incroyable capacité de paralyser votre potentiel, de vous empêcher de vous lancer, de vous empêcher d’avoir la foi dans votre vie.

Quand nous devons choisir entre la foi et la crainte, si nous optons pour la crainte, cela provoque des choses en nous. Cela nous rend sceptiques. Nous avons peur d’essayer de nouvelles choses quand nous sommes dans la crainte.  Cela nous rend égoïste. Nous avons peur de nous engager envers Dieu et envers les autres. Cela restreint notre vision des choses. Nous sommes obnubilés par le passé et non par le futur.

Il y a de nombreuses craintes que nous devons affronter quand il s’agit de la foi et de franchir la ligne pour avoir de la foi. Mais Bartimée a du affronter une crainte que bon nombre d’entre nous affrontons. C’est la peur de la désapprobation ou du rejet. Il savait que crier à Jésus dans cette foule n’était pas la meilleure chose à faire. Il savait que les gens le dévisageraient mais il était désespéré. Et il savait que Jésus Christ était le seul qui pourrait l’aider.

Et regardez ce qui s’est passé. Quand il cria à Jésus, la Bible nous dit dans Marc 10 : « Plusieurs le reprenaient, pour le faire taire ; mais il criait beaucoup plus fort :Fils de David, aie pitié de moi ! » Quand il cria, tous ceux qui l’entouraient lui dirent : « Ne fais pas cela. Tais-toi. Parle moins fort. Ne fais pas une scène. C’est sûr que Jésus Christ ne s’intéresse pas à toi. Il a des choses plus importantes à faire. »

Le diable susurre ce genre de choses à beaucoup d’entre nous. Quand cette opportunité de foi se développe dans notre cœur, « Dieu ne s’intéresse sûrement pas à toi. Ne fais pas une scène. Que penseront les gens de toi ? » Ce genre de pensées nous empêchent souvent d’avoir la foi. Quand vous voyez ce besoin, cette occasion de changement, de guérison, tous sortes de cris en nous et en dehors de nous nous disent de ne pas nous précipiter.

De qui  craigniez-vous le plus la désapprobation?  Quelle qu’elle soit, cette personne est votre dieu. Elle peut vous empêcher d’avoir la foi ou elle peut vous inviter à avoir la foi. La pression des pairs n’est juste pas pour les enfants. Nous la rencontrons dans notre vie en maintes et maintes occasions. Et la crainte de la désapprobation est un combat pour nous tous. Nous parlons de mots tels que « co-dépendance » et ce que cela veut dire que de vivre pour l’approbation d’un autre, et la Parole de Dieu nous met en garde à ce propos.  Proverbes 29 :25 dit : « La crainte des hommes tend  un piège, mais celui qui se confie en l’Eternel est protégé. » C’est une incroyable protection que Dieu peut nous donner. La vérité est que vous ne devez pas vous soucier de ce que les autres pensent de vous si vous réalisez qu’en fait, ils ne pensent pas à vous. Les gens ne pensent pas à vous, ils pensent à eux-mêmes. Tout comme vous le faites.

Dans l’étude de la foi de la semaine prochaine, nous allons voir une femme qui a du affronter le même genre de crainte dans une foule. Elle a dépassé cette crainte de la désapprobation, cette crainte de «  Que vont penser les autres ? » Elle a dépassé dans sa vie la crainte de la déception. Elle a été déçue de nombreuses fois dans sa vie. Certains d’entre vous vivent cela. « Pourquoi devrais-je avoir la foi ? Je vais être déçu encore une fois ! » Elle a surmonté toutes ces choses pour découvrir une foi authentique. Un jour, quelqu’un m’a demandé : pourquoi est-ce que cela doit se passer ainsi ? Pourquoi la foi doit-elle s’accompagner de la crainte ? Si c’est une foi réelle, ne doit-elle pas venir naturellement ?

Dieu vous demande de faire quelque chose d’encore plus grand que ce que vous avez déjà pu réaliser. Différent  de ce que vous avez déjà fait. Il vous demande de dépendre de Lui d’une manière que vous n’avez jamais faite avant. Ne pensez-vous pas que cela va être quelque peu effrayant ? Bien sûr que si. Et dans ce moment-là, vous et moi avons le choix. Est-ce que je vais être freiné par ma crainte et rester tel que j’étais ? Ou vais-je regarder en avant avec foi et me lancer par la foi ?

Rick : Saisissez le moment, affrontez votre crainte. La troisième clé pour prendre un nouveau départ est de :

III. ANNONCER VOTRE FOI.

Annoncez-la publiquement. Annoncez votre but, vos intentions, le changement que vous voulez opérer dans votre vie, ce que vous demandez que Dieu fasse. Eclaircissez ce que vous désirez vraiment et déclarez-le ensuite publiquement. Vous devez le dire à tous parce qu’une foi secrète est une foi superficielle. Si vous voulez opérer un changement, vous devez aller de l’avant et faire une déclaration publique en disant : « Voici ce que je demande que Dieu fasse dans ma vie. »

Dans Marc 10 :51, il est dit : « Jésus, prenant la parole, lui dit :Que veux-tu que je te fasse ? Rabbouni, lui répondit l’aveugle, que je recouvre la vue. » Il a répondu : je veux recouvrer la vue. Je veux être guéri.

Question : Pourquoi Jésus a-t-il posé cette question ? Il passe à côté d’un homme qui est un mendiant aveugle, assis sur le sol, par terre sur le côté de la route, et Il demande : « Que veux-tu que je te fasses ? » Ne savait-Il pas de quoi cet homme avait besoin ? Si, Il était le Fils de Dieu. Ne pouvait-Il pas lire dans ses pensées ? Si, évidemment. Ne savait-Il pas quel était le problème de cet homme ? Absolument. Alors pourquoi Jésus a-t-Il regardé cet homme et lui a-t-Il dit : « Que veux-tu que je te fasse ? »

Il l’a fait pour le bien de Bartimée. En lui posant cette question, Il permettait à Bartimée d’annoncer publiquement sa foi. Parce que Bartimée a répondu : « Je veux que tu me guérisses ! » Vous ne demandez pas à quelqu’un de vous guérir à moins de croire, à moins d’avoir la foi qu’il peut le faire. Quand on lui demande : « Que veux-tu que je te fasse ? » et qu’il répond : « Je veux que Tu me guérisses ! Je veux que Tu me redonnes la vue. », Bartimée dit en fait : Un, je crois que Tu es ce que Tu dis être, le Fils de Dieu. Et deux, je crois que Tu as le pouvoir de me changer. Et trois, je crois que Tu peux et que Tu vas me changer. C’est une déclaration de foi. Il l’annonçait publiquement.

Voici ce qui est étonnant. Jésus-Christ vous pose la même question à cet instant précis. «  Que veux-tu que Je te fasse ? » Si Jésus-Christ venait à passer tout près de vous maintenant, et qu’Il vous pose cette question, que répondriez-vous ? Vous feriez mieux d’y penser parce que c’est ce qu’Il vous demande. Il vous pose cette question en ce moment et à chaque instant de votre vie : « Que veux-tu que Je te fasse ? » Dieu veut vous utiliser. Il veut vous bénir. Il veut opérer des changements dans votre vie. Il veut faire des choses incroyables dans votre vie. Des choses que vous ne pouvez même pas imaginer. Mais vous devez demander. Et vous devez le demander avec la foi.

Saviez-vous que chaque fois que vous déterminer un but, vous établissez en réalité une déclaration de foi ? Quand vous dites : « Voici mon but dans la vie, voici mon objectif. », alors vous dites : « Voici ce que je crois que Dieu peut faire dans ma vie. » Les buts sont des déclarations de foi. Chaque fois que vous dites, « Voici ce que je veux que Dieu fasse. Voici ce que je veux que Dieu change, c’est mon rêve, mon but, ma vision, mon objectif. » Vous déclarez publiquement votre foi si vous croyez que Dieu va vous aider à le faire.

Quand vous vous fixez un but, quand vous dites « Je vais faire cela dans ma vie », vous devez ajouter la phrase : « …si c’est la volonté de Dieu. » Parce que vous ne connaissez pas le futur. Vous ne savez pas ce que Dieu a en réserve pour vous. Vous ne connaissez pas Ses plans. Vous n’êtes pas souverain. Il l’est. Alors dites : « Voici mon but…si c’est la volonté de Dieu. »

Jacques 4 :15 : « Vous devriez dire, au contraire :Si Dieu le veut, nous vivrons, et nous ferons ceci ou cela. » Nous ne pouvons pas prédire l’avenir alors nous ne voulons pas être présomptueux mais cela ne veut pas dire que vous ne devez pas vous fixer des buts, que vous ne devez pas faire des déclarations de foi. Vous devez les faire.

Pourquoi devez-vous l’annoncer publiquement ? Plus de personnes le sauront, plus vous obtiendrez de soutien. Si vous voulez réaliser un changement majeur dans votre vie, et si vous le gardez pour vous-même, « Voici ce que j’espère que Dieu fera dans mon mariage…Voici ce que j’espère que Dieu fera dans ma vie… » , c’est une foi assez superficielle. Vous n’avez même pas assez de foi pour la partager avec quelqu’un d’autre. Plus vous la partagerez, plus de personnes pourront prier pour vous, plus de personnes pourront vous soutenir, plus de personnes pourront vous aider, plus de personnes pourront vous encourager. Vous devez rendre votre foi publique.

« Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. »

La première manière dont Dieu veut que vous annonciez votre foi est d’être baptisé. Ce n’est pas compliqué. Jésus a dit : « Si vous voulez être un de Mes disciples, je veux que vous n’ayez pas honte de Moi. Je veux que vous vous identifiez publiquement avec Moi, par un acte d’initiation que nous appelons le baptême. » Le baptême, c’est deux choses. Premièrement, c’est une déclaration publique disant : « Je n’ai pas honte de Jésus-Christ. Je ne suis pas un chrétien agent secret. Je suis un disciple. Je n’ai pas honte de le dire. » C’est un acte public. Deuxièmement, c’est le symbole d’un nouveau départ. Quand nous couchons une personne dans l’eau et que nous la faisons sortir, c’est le symbole de la mort, de l’ensevelissement de la vie passée et le commencement d’une nouvelle vie.

Si vous ne l’avez pas encore fait, ce sera donc votre prochaine étape. Déclarez publiquement votre foi et le nouveau départ que Dieu veut vous accorder. J’espère que vous avez lu ces dévotions spéciales « 50 Jours de Foi » que nos pasteurs ont écrites. Celle d’hier en était une grande écrite par Pasteur Tom. Il racontait que lorsque les gens se font baptiser ici, ils portent souvent leur badge autocollant avec leur nom sous l’eau. Quand ils sont plongés dans l’eau, leur badge se décolle. Il a dit que cela nous rappelait bien ce qui se passe. Le fait est que le baptême est une image décrivant notre passage à l’état de chrétien comme l’attribution d’une nouvelle identité. Vous n’êtes plus le même. Tous ces péchés, toutes ces erreurs, toutes ces choses stupides que vous regrettez sont effacées. Commencez tout à nouveau avec Dieu. C’est tout ce dont il s’agit. Si vous voulez prendre un nouveau départ, vous devez annoncer publiquement vos intentions, annoncer vos buts, annoncer votre foi.

Je voudrais que vous écoutiez l’histoire de Greg et Sally.

Greg : J’ai toujours cru dans une puissance supérieure mais je n’ai jamais pu savoir qui ou ce qu’elle était avec certitude jusqu’à il y a trois mois. Mes parents étaient agnostiques mais ils me soutinrent pendant mes  recherches dans diverses religions pendant mon adolescence. Mon nouveau départ avec Dieu commença à la fin du mois d’août dernier. Sally et moi-même fumes invités à assister à un culte tenu pendant une conférence d’hommes d’affaires à Phœnix, en Arizona. A la fin de la réunion, un laïc demandait aux hommes de s’avancer et de se joindre à lui en prière. A ce moment-là, je ressentis une inexplicable saccade dans mon cœur. Après la réunion, deux hommes qui étaient des personnes très importantes dans ma vie, m’aidèrent à accepter Dieu comme mon Père, Jésus Christ comme mon Sauveur. C’était le commencement d’un tout nouveau moi. En réalité, j’assistais à des réunions de groupe avec mon épouse depuis deux mois. L’un des hommes est mon responsable de groupe. L’autre est celui qui nous a invités à nous joindre le groupe au début.

Les expériences que j’ai pu avoir avec l’église ont été ternies pendant mon adolescence et plus tard dans ma vie adulte. J’étais assez critique alors j’évitais l’église. Un petit groupe me correspondait plus. C’était  pour moi une manière moins effarouchante d’entendre parler de Dieu sans avoir à aller à l’église. Mon pas vers la foi ne se fit pas en raison des paroles des autres mais en raison de leurs actions. J’étais impressionné par la façon dont les gens dans ce petit groupe vivaient leur foi. Ma propre foi en Jésus-Christ s’est épanouie parce qu’il m’ont démontré un  amour inconditionnel, du respect, de l’acceptation et de la générosité. Après avoir ouvert ma vie à Christ, je voulais que les autres le sachent. J’ai appris que Jésus ne veut pas que nous soyons des croyants secrets. Il veut que nous soyons ouverts et que nous n’ayons pas honte de notre foi en Lui. J’ai appris que Jésus nous commande d’être baptisés comme une déclaration publique de notre foi et une démonstration de notre nouveau départ et de notre nouvelle vie en Christ.

Alors , le 27 août, Sally et moi-même fument baptisés ici à Saddleback. Ce fut une expérience incroyablement puissante et émouvante. Presque tous les membres de notre petit groupe étaient ici pour partager , assister et se réjouir de notre baptême. Seuls deux couples de notre petit groupe ne pouvaient pas être présents. Mais par des cartes et des e-mails, ils nous firent savoir qu’ils étaient avec nous en esprit. Nos mentors que nous aimons très chèrement descendirent même avec nous dans le baptistère. Le reste de notre groupe attendait sur le bord de pouvoir nous accueillir dans la famille de Christ lorsque nous émergerions de l’eau. Ce fut un des moments les plus remplis d’amour de toute ma vie. 

Qu’est-ce que cela a à voir avec la foi ? Parce que les membres de notre petit groupe avaient la foi en Dieu, en Jésus Christ et en moi, cela a déclenché en moi le désir d’obtenir ce qu’ils avaient. Ils m’ont montré qu’en temps d’adversités, leur foi leur permettait d’aller de l’avant. Nous affrontons tous des défis dans notre vie, et nous devons décider quel chemin est le meilleur et quel chemin est mauvais pour pouvoir nous en sortir. Mais j’ai découvert que quand je laisse faire, que je laisse Dieu œuvrer, et que je Lui fait confiance par la foi, une troisième option s’offre à moi. C’est le meilleur chemin : le chemin de Dieu. Bien sûr, en tant que nouveau chrétien, il y a eu des moments où j’ai défailli et où j’ai pensé que je pouvais porter le poids du monde sur mes épaules. C’est dans ces moments que je trébuchais sous leurs poids. Mais j’ai appris que le stress n’est qu’un signal me permettant de me souvenir que je dois me relaxer, abandonner mes craintes de ce que les autres pensent et faire confiance à Dieu pour régler ce problème. C’est une merveilleuse expérience que de ressentir la grâce de Dieu dans  notre vie.

Pour terminer, je voudrais dire un mot pour ceux d’entre vous qui êtes chrétiens mais qui n’avez jamais franchi l’étape du baptême. N’attendez pas plus longtemps. Le baptême édifiera votre foi,  il sera un témoignage de votre foi pour les autres et il sera agréable à Dieu, montrant ainsi que vous n’avez pas honte de vous identifier à Lui.

Sally : Tout au long de ma vie, l’église a tenu une grande part. Etre née dans une famille épiscopalienne, avoir été baptisée bébé, participer au groupe de louange d’adolescents, et être confirmée m’ont permis de me familiariser avec la conception du Christianisme. Ou tout du moins je le pensais. Je me suis certainement considérée comme une chrétienne mais, au lycée, j’étais entourée par quelques chrétiens, de bonne nature, mais très critiques, et leur enthousiasme m’intimida, m’empêchant de trop m’engager. J’ai décidé que je serais  une personne de bon cœur et de bonne âme sans le bagage et les activités religieuses.

A 21 ans, je me suis enfuie de la maison, quittant la côte est pour   la côte ouest, afin de rejoindre un ami de longue date et futur mari. Au cours de notre troisième année de mariage, je donnais naissance à une magnifique petite fille. Mon premier mari était catholique de naissance et je pensais que je ferais une meilleure catholique que lui un épiscopalien, alors notre mariage fut béni dans une église catholique après le baptême de notre fille. Je me considérais religieuse mais Dieu n’était pas le centre de notre vie. Il n’en était même pas à la périphérie. Mais je m’arrangeait pour m’éclipser pour me rendre à Saddleback quand il y avait des réunions à Trabuco High School. Après douze ans, mon mariage se brisa pour diverses raisons. Au départ, j’étais fière de mon indépendance, mais cela se ternit au bout d’un an. J’ai essayé la typique scène du bar pour apaiser mon cœur brisé et solitaire mais j’ai rapidement réalisé le vide causé par les rencontres d’une seule nuit et le fait que ma fille méritait un meilleur modèle.

Pour abréger l’histoire, j’ai rencontré et épousé Greg et tout semblait bien aller dans le monde. Mais j’avais oublié. J’avais une fille adolescente. Je n’avais pas non plus réalisé que je n’avais pas de base spirituelle solide dans ma vie, alors je continuais à avoir des problèmes. C’est presque impossible d’habiter le sur du Conté d’Orange et de ne pas être invité à l’église de Saddleback. Les invitations pour Saddleback devenaient plus courantes et plus pressantes alors je commençais à m’y rendre. Puis en novembre de l’an dernier, Greg et moi-même commencèrent une société de commerce par Internet et de nouveaux amis nous invitèrent pour leur étude biblique à la maison. Cinq mois plus tard, nous nous y rendîmes. Aller à Saddleback devenait une routine pour moi, les défis de l’adolescence me donnant de plus en plus des sujets de prières. Puis Greg accepta Christ et je fus remplie d’allégresse. Au moins nous pouvions louer à l’église ensemble. Comme Greg l’a mentionné, nous avons immédiatement décidé de démontrer publiquement notre foi et notre nouveau départ en étant baptisés. J’étais loin de me douter de tout ce qui était en réserve pour moi.

A notre baptême, le pasteur expliqua la signification du baptême, le fait qu’il ne vous sauve pas ou qu’il ne fait pas de vous un chrétien. Seule une relation personnelle avec Christ peut le faire. Le baptême n’est que l’illustration de ce qui s’est passer à l’intérieur de vous. Attendant près du baptistère, j’ai soudain réalisé que même si je me considérais comme une bonne personne, une personne religieuse et même une chrétienne, je n’avais pas reçu Christ personnellement dans ma vie. J’avais une église et une religion mais je n’avais pas de relation personnelle avec Jésus. Alors, à ce moment-là et en ce lieu, avec tous nos amis du petit groupe nous entourant, mon ami m’aida à prier et à recevoir Christ comme mon Sauveur.

Quel moment incroyable !J’étais soudain remplie de paix, une paix que je n’avais jamais connue avant. Je savais maintenant ce qui me manquait. Je plaçais toute ma vie dans les mains aimantes de Jésus Christ. J’étais devenue une femme de foi.

Pour conclure, je veux vous presser de prendre un nouveau départ avec Dieu. Vous pouvez être comme j’étais, une personne religieuse mais sans relation personnelle avec Christ. N’ayez pas peur de ce que les autres pensent. Acceptez la grâce de Dieu et démontrez ensuite votre foi en Christ en étant baptisé !

Sally a mentionné la quatrième clé, le quatrième secret pour un nouveau départ.

IV. RECEVOIR LA GRACE DE DIEU.

Vous saisissez le moment, vous réalisez que Jésus est présent. Il vous a donné cette opportunité. Vous affrontez vos craintes. Vous annoncez votre foi : « Voici ce que je veux. »Et vous recevez la grâce de Dieu.

Marc 10 :52 dit : « Et Jésus lui dit :Va, ta foi t ‘a sauvé. Aussitôt il recouvra la vue. » Il a accepté la grâce de Dieu. Je sais qu’ici, il y a de nombreuses blessures. Certains d’entre vous ont même eu du mal à venir ici aujourd’hui. Certains d’entre vous sont au sein de conflits importants, de douleurs accablantes, de grandes déceptions, de peines énormes dans votre vie. Certains d’entre vous sont très seuls et vous pensez que le bonheur vous a oublié. Vous ressemblez à ce mendiant aveugle sur le bord du chemin. Vous êtes dans la misère. La vérité est que vous pouvez afficher un beau sourire, mais souffrir intérieurement. Vous souffrez beaucoup.

Je suis heureux que vous soyez ici aujourd’hui parce que Jésus Christ veut vous donner un nouveau départ. Le point important est le mot «  donner ». Vous n’avez pas à le gagner, vous n’avez pas à œuvrer pour l’obtenir. Vous ne le méritez certainement pas. Vous ne pouvez pas l’acheter. Vous n’avez pas à effectuer un rituel compliqué. Recevez simplement le don gratuit de la grâce de Dieu et cette capacité à prendre un nouveau départ. Quel qu’est pu être votre passé, quoi que vous ayez fait, quelles que furent les choses que vous vous êtes imposées.

Jean 1 :16 « Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce. » Comment recevez-vous les bénédictions de Dieu dans votre vie ? Vous le faites par la foi. « C’est pourquoi la foi en la clé. La promesse de Dieu nous est accordée comme un don gratuit. » Encerclez le mot « promesse ». Nous y voici encore. Nous avons cela chaque semaine de nos « 50 Jours de Foi. » Vous dites : « Quand allez-vous arrêter de parler des promesses de Dieu ? » Pas avant la fin de cette série ! Vous ne pouvez pas devenir une personne de foi sans obtenir les promesses de Dieu pour votre vie.

La promesse de cette semaine. Troisième semaine, Verset à Mémoriser pour les « 50 Jours de Foi. » Aujourd’hui, nous allons voir Philippiens 4 :13. Certains d’entres vous disent : « J’aimerais changer. Mais je ne le peux pas. J’aimerais un nouveau départ. J’aimerais être différent. J’aimerais changer mais je ne le peux pas. » Et vous avez raison. Vous ne pouvez pas changer. Si vous le pouviez, vous l’auriez déjà fait. Mais vous avez besoin d’une puissance plus grande que vous seul pour effectuer ces changements qui feront une différence dans votre vie. Vous avez besoin de la puissance de Dieu et ce dont parle cette promesse, cette semaine.

Quand vous mémorisez un verset, il serait bien de citer la référence. C’est là qu’on va le trouver dans la Bible. Philippiens 4 :13 dit : « Je puis tout par Christ qui me fortifie. » Est-ce que ce verset signifie qu’Il peut vous donner la force de mémoriser les versets bibliques ? J’espère que vous allez mémoriser ces versets chaque semaine. Vous devez les placer dans votre poche, dans votre cœur et dans votre vie. Vous ne pouvez pas être une personne de  foi si Dieu ne peut vous rappeler des versets pour vous calmer lorsque vous serez énervé, qui vous aiderons quand vous serez au milieu d’un conflit, qui vous guideront quand vous serez tenté. Vous avez besoin de la Bible dans votre vie. La foi vient de la Parole de Dieu. Avec l’aide de Jésus,  vous pourrez prendre un nouveau départ.

J’ai entendu cette semaine l’histoire d’un petit garçon. Son père lui a demandé d’aller dans le jardin et de déplacer un gros rocher. Il y va et il le pousse mais le rocher ne bouge pas. Il le tire et il ne bouge pas. Il utilise un levier mais il ne bouge pas. Il l’attache à son chien et il essaie de le tirer avec une corde mais il ne bouge pas. Tous ces essais différents. Il rentre enfin et il dit : « Papa, je ne peux pas le faire. C’est impossible. » Le père répond : « Fils, as-tu tout essayé ? »   Oui, dit-il. « As-tu tout essayé ? » « Oui, je l’ai fait ! J’ai tout essayé ! » Le père répondit : « Tu n’as pas essayé de me demander de t’aider. »

Certains d’entre vous êtes dans des situations où vous avez essayé toutes sortes de choses ; Vous pensez : « C’est impossible. Cela ne va jamais changer. Rien ne va jamais être différent. » Avez-vous essayé de demander de l’aide à Dieu ? Avez-vous essayé de recevoir la grâce de Dieu et de Le laisser vous donner la puissance que vous n’avez pas de vous-même ? Recevez la grâce de Dieu.

Bartimée était aveugle. Mais il avait assez de vision pour voir que Jésus pouvait l’aider à s’en sortir. Il avait assez de vision pour voir qu’il avait besoin de la grâce. Et vous ? Est-ce que vous réaliser la mesure de grâce dont vous avez besoin dans la vie ou pensez-vous que vous pouvez mener votre vie seul ? L’aveuglement spirituel est bien plus grave que l’aveuglement physique. Parce que vous ne réalisez pas combien vous avez besoin de la grâce de Dieu dans votre vie.

La grâce n’est pas simplement pour le salut. Ce n’est pas juste pour que vous obteniez le pardon de vos péchés et que vous alliez au ciel. La grâce est pour les erreurs quotidiennes de la vie. Si vous n’avez pas la grâce dans votre vie, alors vous allez être rempli de regrets. Quand vous êtes plein de regrets, vous êtes collé au passé et si vous êtes collé au passé, vous ne pouvez pas prendre un nouveau départ.

Je ne sais pas quels regrets vous portez avec vous, mais je sais que la grâce et le pardon de Dieu sont disponibles et que vous pouvez prendre un nouveau départ. Si vous saisissez le moment, si vous affrontez vos craintes, ( mettez-les simplement de côté, jetez-les dehors), si vous annoncez avec foi « Dieu, j’ai besoin de Toi. », si vous recevez Sa grâce et finalement, en cinquième point…

V. FRANCHIR L’ETAPE SUIVANTE.

Quelle est l’étape suivante ? Je ne sais pas pour vous. Pour chacun d’entre nous dans cette pièce, elle est différente. Chacun d’entre nous dans cette pièce sommes à des stades différents. Je ne sais pas quelle étape vous devez franchir, mais je sais que vous devez le faire. Pour certains d’entre vous, la prochaine étape est d’accepter Jésus Christ dans votre vie. Tout comme Sally l’a fait, se tenant sur les marches, juste avant son baptême, pour donner sa vie à Christ, en réalisant : « Je n’ai pas fait la chose la plus importante ! » Vous devez le faire et dire : « Jésus Christ, viens et prends la première place. » Certains d’entre vous ont déjà fait cela. Votre prochaine étape est d’être baptisés, d’annoncer publiquement : « Je vais être un chrétien. Je suis un disciple de Christ. » Nous allons avoir des baptêmes aujourd’hui. Vous pourriez le faire aujourd’hui. Votre prochaine étape pourrait être de rejoindre la famille de Saddleback, de suivre les cours 101,201 ou tous les autres cours. Ou ce pourrait être de vous joindre à un petit groupe. Je ne sais pas ce que c’est. Ce pourrait être la dîme. Ce pourrait être un ministère particulier. Ce pourrait être de partir dans un voyage missionnaire. Ce pourrait être de parler avec cet ami au travail et de l’inciter à venir à l’église. Je ne sais pas quelle est votre prochaine étape. Mais je sais ceci : vous en avez une. Dieu n’en cessera jamais de vous emmener plus loin dans votre foi. Vous n’aurez jamais fini. Il y aura toujours, toujours une prochaine étape vers la foi, vers l’amour, vers la joie, vers le bonheur.

Si vous écoutez ce message et que vous ne franchissez pas l’étape suivante, vous allez être coincé dans une ornière. Et la seule différence entre une tombe et une ornière est la longueur. Vous allez mourir. Votre cœur va se ratatiner et votre cœur va se glacer, et vous vous sentirez encore plus éloigné de Dieu plutôt que proche de Dieu, et vous allez être coincé dans une ornière. Dieu ne va pas vous aider avec l’étape trois quatre et cinq avant que vous ayez franchi l’étape un et deux. Vous demandez : « Dieu, aide-moi ici. » Et Il répond : « Pourquoi n’as-tu pas fait ce que je t’ai déjà dit de faire ? » Vous devez franchir l’étape suivante. Certains d’entre vous disent : « J’ai visé à cela. J’ai visé à me joindre à ce groupe. J’ai visé à entrer dans le ministère. J’ai visé à inviter cette personne à l’église. » Vous devez cesser de viser et vous devez appuyer sur la gâchette. Arrêtez de tout remettre à plus tard.

Marc 10 :52, Bartimée : « Aussitôt il recouvra la vue, et suivit Jésus dans le chemin » Marc 10 :46 dit : « Bartimée, mendiant aveugle, était assis au bord du chemin. » Encerclez «  Assis au bord du chemin. » C’était avant qu’il rencontre Jésus. Puis, encerclez « il suivit Jésus sur le chemin. » Laquelle de ces deux places décrit le mieux votre vie ? Assis au bord du chemin  ou suivant Jésus ? Lequel de ces deux styles de vie est le plus satisfaisant selon vous ? Assis au bord du chemin ou suivant Jésus sur le chemin ?  Lequel a le plus de joie, le plus de signification, le plus de satisfaction selon vous ? Assis au bord du chemin ou suivant Jésus sur le chemin ? Quel est celui qui doit représenter votre vie ? Assis au bord du chemin ou suivant Jésus sur le chemin ?

Il n’y a qu’une seule manière de suivre Jésus sur le chemin. Franchir l’étape suivante.

La foi, c’est plus que croire. La foi, c’est plus que penser à Jésus, plus que parler de Jésus, plus que d’avoir des opinions et des convictions sur Jésus. La foi, c’est l’action. C’est le mouvement. C’est l’activité. La foi, c’est quelque chose que vous faites. En fait, la Bible dit dans Jacques 2 :14 : « Mes frères, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? »

Qu’attendez-vous pour franchir la prochaine étape par la foi dans votre vie ? Quelle est votre excuse pour le remettre à plus tard ? Est-ce que vous réalisez qu’aucun d’entre nous ne possède l’assurance du lendemain ? Aucun d’entre nous ! Vous feriez mieux d’agir maintenant si vous voulez le faire. Parce que vous n’avez pas l’assurance d’avoir un lundi.

Cette histoire a été publiée dans LA Times il y a quelques temps. « Mon beau-frère a ouvert le tiroir du bas de la commode de ma sœur et il en a sorti un paquet emballé. ‘Ceci, dit-il, n’est pas un slip. C’est de la lingerie.’ Il déchira le papier et me montra le slip. Il était ravissant. En soie, fait à la main, et bordé de dentelle. L’étiquette du prix avec un dessin astrologique était toujours fixée dessus. Il dit : ‘Jan a acheté cela la première fois que nous sommes allés à New York, il y a huit ou neuf ans. Elle ne l’a jamais porté. Elle le réservait pour une occasion spéciale. Je pense que maintenant c’est une bonne occasion.’ Il me reprit le slip et il le posa sur le lit avec les autres vêtements que nous allions porter à la morgue. Sa main caressa la douce matière pendant un moment puis il referma le tiroir et se tourna vers moi. ‘Ne conserve jamais rien pour une occasion spéciale ! Chaque jour que tu vis est une occasion spéciale !’Je me souvins de ces paroles et j’y ai repensé pendant les funérailles  et les jours qui suivirent cette mort inattendue. J’ai repensé à toutes les choses que ma sœur n’avait pas vues, entendues ou faites. J’ai aussi pensé à toutes les choses qu’elle avait faite sans réaliser qu’elles étaient spéciales. Je pense toujours à ces paroles et elles ont changé ma vie. Je ne conserve plus rien. Nous avons utilisé notre porcelaine et notre cristal pour chaque événement spécial tel que la perte d’un kilo, le débouchage de l’évier ou l’éclosion du premier camélia.

‘Un jour’ ou ‘Un des ces jours’ ont perdu leur utilisation dans mon vocabulaire. Si c’est digne d’être vu ou entendu ou fait, je veux le voir, l’entendre ou le faire maintenant. J’essaie très fort de ne pas le remettre à plus tard, ou à conserver ce qui pourrait ajouter de la foi, ou des rires ou de la substance à nos vies. Et chaque jour, chaque matin, quand j’ouvre les yeux, je me dis : ‘C’est un jour spécial.’ »

Où allez-vous obtenir la foi pour prendre un nouveau départ ? Il n’y a qu’une seule source. Jésus Christ.

« Tout ce que nous avons – une bonne pensée, une bonne vie, une ardoise propre et un nouveau départ-- nous vient de Dieu par le moyen de Jésus Christ. » Bartimée ne savait pas que Jésus Christ allait passer près de lui ce jour-là. Pour lui, ce n’était qu’un autre jour – même lieu, même chose, un autre jour misérable. Mais Dieu lui donna une occasion inespérée qui pourrait changer sa vie, qui pourrait lui donner un nouveau départ. La raison pour laquelle vous êtes assis ici aujourd’hui est que Dieu vous donne une occasion inespérée de prendre un nouveau départ. Ne la gaspillez pas. Ne la manquez pas. Ne la laissez pas passer.

Prière :

Jésus passe près de votre vie en cet instant. Si vous voulez un nouveau départ, si vous voulez commencer à vivre par la foi plutôt que dans la crainte, la Bible dit aujourd’hui – pas demain—aujourd’hui est le jour du salut. Pourquoi ne faites-vous pas quelque chose de courageux et ne vous lancez-vous pas par la foi et en prenez-vous pas un nouveau départ avec Dieu, en Lui faisant confiance plus profondément que jamais, avec votre temps, votre argent, vos relations, votre futur. Le temps est court. Aucun d’entre nous n’est assuré d’un lendemain. Et il n’y a pas de meilleur moment que celui-ci pour franchir une nouvelle étape par la foi. Prenez un nouveau départ maintenant pendant qu’il est encore temps.

Je vais prier et pendant que je prie, vous pouvez dire en votre esprit : « Moi aussi ». Juste façon de dire « Oui, moi aussi. »

Cher Dieu, j’aimerais un nouveau départ dans ma vie. Commençant cette semaine, commençant aujourd’hui, commençant maintenant. Tu as permis ce moment dans ma vie afin que je puisse entrer en contact avec Toi. Pardonne-moi pour toutes les fois où j’ai remis à plus tard les bonnes choses. Pardonne-moi pour les craintes qui m’ont freiné et qui m’ont empêché de Te faire complètement confiance. Aujourd’hui, je veux recevoir Ton don gratuit de grâce et de pardon. Je veux arrêter de m’asseoir au bord du chemin et je veux commencer à Te suivre sur le chemin. Je ne veux pas avoir honte de Toi. Je Te demande de fortifier ma foi, Jésus Christ. Merci d’être mort pour moi. Je suis maintenant prêt à franchir la prochaine étape par la foi. »

Maintenant, terminez la prière vous-même. Remplissez les blancs. Dites-Lui ce que va être cette prochaine étape. Si c’est : ‘ Je veux m’engager avec Toi.’, dites-le Lui. Si c’est : ‘Je veux être baptisé’, dites-le Lui. Si c’est : ‘rejoindre l’église…un petit groupe…trouver mon ministère…commencer à donner la dîme…faire un voyage missionnaire… partager avec un ami…’ dites-Lui ce que va précisément être votre prochaine étape. Puis, je veux que vous l’inscriviez sur la Carte de Bienvenue. C’est une déclaration publique que vous pouvez partager avec moi, votre pasteur. Notez votre prochaine étape sur le dos de la carte. Si vous voulez donner votre vie à Christ, faites-le. Vous n’êtes pas ici par accident.  Vous avez été créé pour des moments comme celui-ci.

Père, donne-nous la foi de franchir la prochaine étape d’un nouveau départ avec Toi. Dans le nom de Jésus. Amen.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

0 commentaire