Quelques mots aux sages (et aux imprudents) (1)

Quelques mots aux sages (et aux imprudents) (1)

Dans le monde des affaires, certaines qualités sont très recherchées auprès des personnes qui atteignent des postes de responsabilité. Le travail acharné est, bien entendu, l’une de ces qualités. L’ingéniosité (ou la créativité) en est une autre. Parmi les autres caractéristiques, on peut citer la persévérance, l’affirmation de soi, la vision et des états de service concrets. Il y a cependant une qualité qui, je crois, est peu présente parmi les leaders et qui ne fait que trop rarement partie des critères requis pour le leadership : je veux parler de la sagesse.

Mon dictionnaire définit la sagesse comme « la connaissance de ce qui est vrai ou juste, en y ajoutant le bon jugement pour l’action ». Il me semble que la sagesse requiert un ensemble composé de connaissance, d’expérience et de capacité de gérer toute cette information d’une façon telle que cela permet d’aboutir au plus grand bien de toutes les parties impliquées. Malheureusement, il est bien évident que même si de nombreux leaders – dans les affaires – sont intelligents, bien trop peu sont véritablement sages.

Où est-ce qu’on peut acquérir la sagesse ? C’est bien dommage, mais ça ne vient pas automatiquement avec le diplôme d’une université prestigieuse. Vous ne pouvez pas l’acheter dans la section Commerce / Management de votre librairie préférée, et la sagesse ne peut pas non plus s’obtenir en lisant tout simplement chaque jour le Wall Street Journal – ni en fait aucun autre quotidien du monde des affaires

Donc, pour reposer la question, où est-ce qu’on acquiert la sagesse ? Assurément, la sagesse peut être le résultat d’années d’expériences (bonnes et mauvaises) dans le monde professionnel et dans les affaires. En fait, la sagesse s’acquiert probablement plus facilement à travers les échecs que dans les succès, peut-être parce qu’il est évidemment plus facile d’identifier pour quelles raisons les choses se sont mal passées que pourquoi on a réussi. Mais même une longue période passée dans le monde des affaires ne peut garantir à un homme ou à une femme qu’il ou qu’elle deviendra sage. Tout au plus, cette longue expérience leur apprendra à être cynique, trompeur ou manipulateur.

Dans la Bible, le livre des Proverbes porte beaucoup d’attention à la sagesse – comment l’acquérir et comment s’en servir. En réalité, le livre des Proverbes a été écrit par le roi Salomon d’Israël, qui avait la réputation d’être l’homme qui a eu le plus de sagesse dans l’histoire du monde. Si l’on recherche des réflexions sur comment acquérir la sagesse, il semble sage de consulter l’homme le plus sage que le monde ait connu, n’est-ce-pas ? Voyons quelques exemples de ses réflexions :

1. Vous êtes fou si vous ne recherchez pas la sagesse. Mon père avait l’habitude de dire que certaines personnes étaient si intelligentes qu’elles en étaient stupides, voulant dire par là qu’elles étaient pleines d’intelligence brute mais qu’elles manquaient de bon sens. Salomon serait d’accord avec ça. « La crainte de l’Eternel est le commencement de la science ; les insensés méprisent la sagesse et l’instruction » (Proverbes 1 ; 7)

2. La sagesse n’exclut personne ; elle est disponible à quiconque la recherche. Dans un monde où tous les hommes réclament d’être traités en égal, quel que soit leur sexe, leur race, leur âge ou leur croyance, la sagesse est aisément accessible à tous. « La sagesse crie dans les rues, elle élève sa voix dans les places ; elle crie à l’entrée des lieux bruyants ; aux portes, dans la ville, elle fait entendre ses paroles… » (Proverbes 1 ; 20-21)

3. Avec la sagesse, on obtient la sécurité. Nous sommes nombreux à porter de lourds fardeaux d’anxiété qui, parfois, nous accablent. Salomon a écrit que la sagesse peut nous libérer de ces peurs : « Mais celui qui m’écoute (moi, la sagesse) reposera avec assurance, il vivra tranquille et sans craindre aucun mal » (Proverbes 1 ; 33)

4. La sagesse nécessite de remplir certaines conditions. De plus en plus, nous désirons fixer nous-même les règles du jeu, en insistant sur l’obtention de ce que nous voulons, mais dans nos conditions à nous. Salomon dit qu’il y a un important préalable si nous voulons obtenir la sagesse ; il s’agit du mot Si. « …Si tu reçois mes paroles, et Si tu gardes avec toi mes préceptes…et Si tu inclines ton cœur à l’intelligence…alors tu comprendras la crainte de l’Eternel et tu trouveras la connaissance de Dieu » (Proverbes 2 ; 1-5)

La semaine prochaine, nous jetterons un coup d’œil sur quelques avantages pratiques qui découlent de l’obtention de la sagesse et de son utilisation dans un monde qui semble de plus en plus fou.




© MANNE DU LUNDI est un article hebdomadaire de CBMC INTERNATIONAL, un ministère évangélique à but non lucratif qui a pour objet de servir les gens d’affaires et les professionnels qui veulent suivre Jésus, de présenter Jésus-Christ en tant que Seigneur et Sauveur auprès des autres gens d’affaires et professionnels.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire