Religieux ou spirituel : les différences N° 22

Religieux ou spirituel : les différences N° 22
Hâter ou retarder le retour du Seigneur ?

«Celui qui jure par le temple jure par le temple et par Dieu qui l'habite; celui qui jure par le ciel jure par le trône de Dieu et par Dieu qui y siège.»
Matthieu 23 : 21-22

Jésus établit un lien réel entre le Créateur et la création. C'est pourquoi l'homme peut réellement porter atteinte aux voies de Dieu.

Dans un best-seller des années 1970, publié à plus de quatre millions d'exemplaires et qui contient par ailleurs des chapitres de grande valeur, nous retrouvons la même tendance d'interprétation erronée concernant les signes des temps de la fin. A partir d'un fait historique, la proclamation de l'Etat d'Israël en 1948, les auteurs affirment sans ambages que la parole de Christ, «Cette génération ne passera point avant que tout cela n'arrive», lui est directement liée. Résultat des courses: personne ne pouvait savoir quand le Christ reviendrait mais cela devait arriver au plus tard en 1988, puisqu'il est généralement admis qu'une génération, au sens biblique, équivaut à quarante ans (1948 + 40 = 1988). A partir de là, toutes sortes d'événements prophétiques devaient prendre place durant ces décennies; d'où cette phrase en couverture de livre: «Vue d'ensemble des prophéties extraordinaires concernant notre génération» !

Leur conclusion est invariablement la même : «Nous devrions vivre comme des gens qui ne pensent pas rester encore bien longtemps sur terre.»* Cette attitude, prétendue spirituelle, va à l'encontre de toute la pensée apostolique. Des dénominations entières ont perdu leur vision missionnaire suite à ce genre de message. D'autres ont continué à travailler mais superficiellement, comme pour «sauver les meubles», au lieu d'être des réformateurs de sociétés.** Etre sel et lumière dans ce monde va bien au-delà du salut personnel de quelques individus. Pour ceux qui répètent à qui veut l'entendre que l'heure vient où personne ne peut travailler (la persécution nous paralyse, le temps de la mission est terminé), répondons que, quand cette heure arrivera, nous le saurons, mais que cesser de travailler sous prétexte que c'est pour bientôt est aussi coupable qu'insensé.

A noter que ces mêmes auteurs dénoncent les erreurs d'interprétation identiques durant les deux premières guerres mondiales (et l'on peut comprendre la tentation de s'y lancer face aux déclarations de guerre tous azimuts qui ont embrasé le monde et à la montée du nazisme). Ils reconnaissent que ces fausses alertes ont jeté le discrédit sur le sujet...
Ceux qui «jurent» ainsi superficiellement par la Parole portent aussi atteinte à son honneur. Il y a un abîme de différence entre prophétiser authentiquement les événements et utiliser les événements pour promouvoir ses idées.

Alors que j'écris ces lignes, je constate avec tristesse que bien des chrétiens continuent à se délecter de ces présages dépourvus du sceau de l'Esprit (il y en a sans cesse de nouveaux). Ils font penser aux sectes qui maintiennent leurs membres en haleine par leurs pronostics et font preuve de mauvaise foi lorsque les événements les contredisent. Rares sont ceux qui demandent pardon. Avec une presse internationale qui souligne les mauvaises nouvelles et des chrétiens qui en font leur banque de données pour étayer leurs analyses prophétiques, nous risquons l'enlisement. Je n'espère pas les corriger par ces lignes mais seulement donner aux hommes et aux femmes de bonne volonté le courage de ne pas les suivre.

Pour briller dans le monde, l'espérance, la fidélité, la constance sont indispensables. Mais le dopage artificiel produit par des combats secondaires, l'orgueil de vues trop flatteuses à notre égard et le confinement dans une sorte de ghetto religieux sont autant d'éteignoirs à notre influence. La communauté qui en est affectée en subit les conséquences. Quelles sont-elles ?

- Elle n'a pas de stratégie apostolique, car elle ne se prépare essentiellement qu'à aller au ciel.
- Elle est prête, par conséquent, à être perdante, à abandonner le terrain durement acquis par ses pères, à reculer au lieu d'avancer.
- Elle alimente une mentalité du provisoire.
- Elle pense petit.
- Elle gémit au lieu de prier, elle se défend au lieu d'attaquer.
- Elle ennuie au lieu de passionner.
- Elle meurt au lieu de vivre.

La foi véritable dans le retour du Seigneur nous motive à être de meilleurs ambassadeurs, non à nous transformer en fuyards égoïstes ou en devins évangéliques !

* L'agonie de notre vieille planète, pages 52, 64, 65 et 179, Editions Echos de la joie.
** Ce sujet est développé dans mon livre "Comment s'épanouir dans son travail", chapitre 9, sous le titre : Quittez la mentalité du provisoire.



Mise en page de Marianne Dubois

Carlo Brugnoli
est disponible pour enseigner dans votre groupe de jeunes, votre église, votre région. Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site :
www.carlobrugnoli.net


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • geogui Il y a 8 années, 2 mois

    Certes,il faut se confronter aux idées des autres,pour préciser les siennes.Mais dans tout le fatras de déclarations que l'on découvre quotidiennement, il est bon de faire preuve de discernement pour ne pas se laisser ballotter à tout vent.Et la meilleure manière d'éviter celà, c'est d'être aussi vigilant que les chrétiens de Bérée.