Religieux ou spirituel : les différences N°5 Théoricien ou praticien?

Religieux ou spirituel : les différences N°5 Théoricien ou praticien?
Ils disent mais ne font pas

«Les maîtres de la loi et les pharisiens, dit‑il, sont chargés d'expliquer la loi de Moïse. Vous devez donc leur obéir et accomplir tout ce qu'ils vous disent; mais n'imitez pas leur façon d'agir, car ils ne mettent pas en pratique ce qu'ils enseignent.» Matthieu 23 : 3

Mettre en pratique, voilà la pierre de touche de tout enseignement. L'homme est capable de formuler les pensées les plus élevées et, plus encore, de répéter ce que le Tout-Puissant a prononcé; cependant, sans la vie de l'Esprit, la mise en œuvre ne suit pas ou se transforme rapidement en une médiocre caricature. Combien de fois entendons-nous cette plainte: «Ce sont de beaux discours, mais il n'y a rien derrière?» Ceux qui l'expriment ne devraient pas oublier qu'ils citent le Christ en personne.

Dans un passage similaire, nous lisons: «Gardez‑vous du levain des pharisiens et des sadducéens. Alors ils (les disciples) comprirent qu'il avait dit de se garder non pas du levain (du pain) mais de l'enseignement des pharisiens et des sadducéens.» (Matthieu 16 : 11-12) Faut-il donc se garder de cet enseignement ou y obéir?  Il faut discerner! Ces érudits ont ficelé des multitudes de prescriptions, dont un grand nombre de leur propre crû, le tout mélangé aux Ecritures. Ils prêchent la loi de Moïse en y ajoutant les leurs. De plus, quand ces deux sources d'autorité entrent en conflit, Jésus démontre que les pharisiens donnent la priorité à leurs propres coutumes, pensées et rites. Ils désobéissent ainsi à Dieu au profit de pratiques religieuses. «Le culte que ces gens me rendent est sans valeur, car les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des prescriptions humaines» Matthieu 15 : 9

Se garder des concepts humains tout en obéissant à la Parole est le premier pas pour différencier le religieux du spirituel.

Qu'en est-il des disciples de Christ?

Jésus devra patiemment les former pour harmoniser leur dire et leur faire. Observons-les par exemple face à la mort. Le premier épisode se situe juste avant que Jésus ressuscite son ami Lazare: «Jésus leur dit alors clairement: «Lazare est mort. Je me réjouis pour vous de n'avoir pas été là‑bas, parce qu'ainsi vous croirez en moi. Mais allons auprès de lui.» Alors Thomas ‑ surnommé le Jumeau - dit aux autres disciples: «Allons‑y, nous aussi, pour mourir avec notre Maître!» Jean 11 : 14-16
Le second épisode se situe au moment le l'arrestation de Jésus: «Alors tous les disciples l'abandonnèrent et s'enfuirent.» Matthieu 26 : 56

Dans le premier passage, nous ressentons une prise de position juvénile due à un phénomène de groupe. Thomas, ne saisissant pas la pensée de Jésus, propose une expérience mystique qui ressemble à un jeu. Avant leur temps, les disciples semblent avoir confondu virtuel et réel. Dans le second, ils sont confrontés à l'expérience effrayante de la réalité. La nuit, le froid et la menace présente leur donnent la peur au ventre; il n'est plus question de mourir avec leur Maître ni même d'affronter une arrestation; leur faiblesse se révèle. C'est la fuite...
Jésus les avait pourtant avertis: «Restez éveillés et priez pour ne pas tomber dans la tentation. L'être humain est plein de bonne volonté, mais il est faible» (Matthieu 26 : 4). Demeurer en lui et baigner nos vies dans la prière est indispensable pour que nos paroles et nos actes soient en harmonie.

Paul, qui, dans ses voyages missionnaires, a déjà frôlé la mort à maintes reprises, écrit: «La bonne volonté, quand elle existe, est agréable en raison de ce qu'elle peut avoir à sa disposition, et non de ce qu'elle n'a pas.» 2 Corinthiens 8 : 12
Que de promesses mirobolantes chez tant de disciples aujourd'hui; mais un homme ou une femme qui tient parole, que c'est précieux... «Beaucoup de gens se vantent de leur bonté, mais qui trouvera quelqu'un de vraiment sûr?» Proverbes 20 : 6

Les non-chrétiens qui nous entourent ont soif d'un Dieu réel; le mysticisme chrétien ne fait pas envie. Les envolées semblables à celles de Thomas font partie d'un monde virtuel. Elles procurent parfois de merveilleux sentiments mais n'ont aucune force. Notre foi réelle va se manifester au travers de la gestion de notre temps, de nos partages à table, au volant de notre véhicule ou dans nos relations avec nos collègues et nos amis. La droiture financière est aussi l'un des domaines fondamentaux qui marquent la différence entre le théoricien et le praticien.

Mise en page de Marianne Dubois

Carlo Brugnoli est disponible pour enseigner dans votre groupe de jeunes, votre église, votre région. Cet enseignement est gratuitement à votre disposition en vidéo sur le site: www.carlobrugnoli.net


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

2 commentaires
  • geogui Il y a 8 années, 6 mois

    Cessons de dire! Faisons!Notre manière de faire témoignera mieux que tout discours de nos motivations.Voilà comment je résumerais ce texte.Puisse Dieu se servir de moi!
  • didine55 Il y a 8 années, 7 mois

    Merci bien pour ce message. Nous ne pouvons obéir à Dieu de part nous-mêmes. Jésus a pourvu au moyen de l'obéissance pour nous: Il nous invite à le laisser pénétrer nos coeurs et à le laisser y demeurer. Par son Esprit Saint vivant en nous, nous avons le pouvoir de lui obéir. "Je puis tout par Christ qui me fortifie."" Si je vis ,ce n'est plus moi qui vis, mais Christ vit en moi." Ainsi je peux lui obéir et le servir fidèlement. Merci Seigneur de vivre en moi!!!