Revêtir l’homme nouveau

Revêtir l’homme nouveau Revêtir l’homme nouveau

« Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres, autrement le vin nouveau fait rompre les outres, il se répand et les outres sont perdues. Mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. »
Luc 5.37-38 

Outre vieille - outre neuve :

Les vieilles outres sont faites de vieilles peaux qui sont devenues rigides, si on y met du vin nouveau, celui-ci fermente et les outres ne peuvent pas le supporter, la peau craque sous la pression et tout se répand.

Par contre les outres neuves sont souples, la peau est malléable, quand le vin nouveau fermente, ça bouge, ça vit, et les outres changent de forme, s’adaptent, elles sont façonnées par le vin nouveau.

Revêtir la nouvelle nature :

Les vieilles outres nous parlent de l’ancienne nature, et aussi des habitudes religieuses. Notre comportement, notre manière de penser sont le résultat de notre vécu personnel et aussi de notre héritage familial, culturel et religieux.

Comme il est écrit : nous avons hérité la vaine manière de vivre de nos pères (1Pierre 1.18). Outre l’héritage génétique, notre manière de penser,  de comprendre a été grandement influencée par notre entourage. On a tendance à reproduire le modèle familial dans lequel on a grandi, ce qui est bon mais aussi ce qui est dysfonctionnel. On reste dans les croyances religieuses, celle du salut obtenu par le mérite par exemple alors qu’on est sauvé par grâce, par la foi et non par nos œuvres. De même notre vécu personnel, les abus, les souffrances, les blessures de la vie influencent grandement notre comportement. C’est le vieil homme, la vieille femme, l’outre qui ne peut recevoir le vin nouveau à moins d’abandonner cette nature corrompue.

Pour recevoir le vin nouveau, le vieil homme doit mourir. Nous avons besoin que notre intelligence soit renouvelée par la puissance et la révélation de Dieu dans nos vies. Jésus a payé le prix de notre rachat afin que nous soyons libérés de cette vieille nature et qu’on reçoive sa nature, celle de Christ. C’est ce que les écritures appellent la nouvelle naissance. Un être nouveau qui prend vie, comme la chrysalide qui devient papillon.

Les outres neuves nous parlent de cet homme nouveau (femme nouvelle), le vieil homme est mort. Désormais, revêtu de sa nouvelle nature, ayant reçu l’ADN de Christ, l’être nouveau prend vie et se développe.  C’est la nouvelle personne, l’outre neuve, elle est à l’écoute de Dieu, son intelligence est renouvelée, elle reçoit le vin nouveau, la vie de l’Esprit, et ça bouillonne en elle. Elle est souple, enseignable, l’Esprit de Dieu peut agir en elle et la transformer à son image.

Nous avons revêtu la nouvelle nature, nous avons reçu ce vin nouveau, le Saint Esprit qui agit en nous et nous transforme à l’image de Dieu. Laissons ce vin nouveau nous façonner afin de vivre de plus en plus la culture du royaume de Dieu.

Patricia Trébuchon
Coordinatrice de Prière nationale
Aglow International France



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire