Serrez-les dans vos bras et laissez-les partir

Serrez-les dans vos bras et laissez-les partir

" Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, qui a la puissance d'édifier et de vous donner un héritage avec tous les sanctifiés. " (Actes 200.32)

Les parents sont prêts à donner à leurs enfants tout l'amour, la protection dont ils ont besoin. Mais il leur est difficile de leur accorder, progressivement, la liberté, l'indépendance nécessaires à l'entrée dans l'âge adulte. Car les liens de famille sont forts et complexes, qu'ils soient affectifs, psychologiques, ou mêmes financiers. Or l'amour est indissociable de la liberté.

Des parents se sentent coupables, quand leurs enfants se détournent de l'enseignement reçu et décident de mener leur vie propre. Pourtant ils les ont élevés " selon la règle " de Dieu (prov.22.6) et " sous les avertissements du Seigneur " (éph.6.4). Le père du fils prodigue a laissé partir son garçon avec tout l'héritage (le jeune connaissait la " règle " de la maison). Mais qu'a-t-il fait pendant la longue absence de son fils ? Il a guetté son retour en continuant de l'aimer : il a prié, à chaque instant, mais il ne lui a pas épargné les conséquences de ses fautes (c'est cela le vrai amour).

Si, par exemple, un de mes enfants ou petits-enfants a décidé de vivre avec une personne du sexe opposé sans être marié, c'est un péché que Dieu appelle " fornication ". Mais dois-je intervenir d'une façon autoritaire ? Avec un enfant adulte, le rôle des parents ou des grands-parents est plutôt de conseiller, sans imposer. Le jeune doit savoir que ses parents continuent de l'aimer, de se soucier de lui, même s'ils n'approuvent pas sa conduite.

La chose la plus importante que les parents ont à faire, c'est " lâcher les rênes ", abandonner à Dieu la direction de leur vie et celle des leurs : quand l'enfant est petit, ils ont l'impression de tout maîtriser. Quand il grandit, cela devient plus difficile à contrôler. Mais il arrive un jour où le jeune quitte la maison. Les parents sont obligés de le remettre entre les mains de Dieu et " à la parole de sa grâce ". S'il la garde, elle le gardera ! Mais c'est tout un apprentissage de laisser Dieu agir, de lui faire confiance ; il vaut mieux l'apprendre de bonne heure. Comment ?

" Ne vous inquiétez de rien, mais, en toutes circonstances, exposez vos requêtes à Dieu par la prière et la supplication avec des actions de grâces " (phil.4.6)

Extrait de la revue " Plaire au Seigneur "

En partenariat avec www.famillejetaime.com




Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

16 commentaires
  • Michel742 Il y a 9 années, 10 mois

    Je ne suis pas d'accord avec le 4e paragraphe. Il n'y a pas, dans la Bible d'enseignement concernant une cérémonie de mariage. « Boaz prit Ruth, et elle fut sa femme ; et il vint vers elle » (Ruth 4.13) ; il y a un engagement, même s'il n'est pas écrit dans un registre d'état-civil. Mais il y a DES enseignements concernant la fidélité (Mt 5.32, 18.5-9), et les conséquences de la fornication (Lév 20.10, 20.5). Pour mémoire : prostitution = avoir des relations en dehors du mariage (de l'engagement) pour en retirer un « gain » (pas nécessairement financier) ; adultère = avoir des relations avec quelqu'un d'engagé, ou/et étant soi-même engagé. Le jour où notre futur gendre nous a déclaré qu'il voulait notre fille, et que c'était pour la vie, nous la lui avons laissée. Cela fait vingt ans qu'ils sont ensemble, ayant fait enregistré leur union peu après. Mais là n'est pas l'important. Dieu sait ce qui se passe dans le cœur, quelle que soit la forme que l'on donne au mariage.
    • Sharmion Il y a 9 années, 10 mois

      C'est la richesse de partager nos points de vu sur les sujets divers. Vous avez tout à fait le droit de ne pas être d'accord avec le 4e paragraphe. Peut-être il n'y a pas "d'enseignement concernant une cérémonie de mariage" mais il y a dans la Bible les noces et les célébrations ensuite. "Homme et femme, il les créa....Dieu les bénit." Plus tard en Genèse, "Laban réunit tous les gens de l'endroit et fit un festin." Déjà il y a une notion de bénédiction, témoignage et une célébration de joie. Aussi, il y a une distinction entre une femme et une concubine. Quant à l'histoire de Booz et Ruth, ce mariage était selon une loi (Deut. 25:5) et carrémént dans la volonté de Dieu. Il 'y avait le devoir de rachat. Le fait qu'une "cérémonie" n'était pas mentionnée, ne voulait pas dire qu'il n'y en avait pas non plus. Ce n'est pas nécessaire de trop parler des noces à Cana, ni du roi qui a invité les amis au noces de son fils ou même les noces d'Agneau. Aujourd'hui, il y a de plus en plus de gens qui se mettent en concubinage...les conseils du 4e paragraphe sont justes. Et nous devons faire attention de ne pas "conformer au monde présent."
  • Carole Il y a 9 années, 10 mois

    Amen ! apprends nous SEIGNEUR à élever nos enfants avec Amour et patience et à les conduire sur TON chemin.ALLELUIA !!
  • aimsso Il y a 9 années, 10 mois

    les enfants que Dieu nous donne ne nous appartiennent pas se sont les biens du Seigneur si nous le comprenons ainsi la tache nous devient impeut leger jouont dignement notre role de parents nee de nouveau et sans oublier que Dieu s,est fixer un jour ou lui meme se revelerai a ses enfant qu,il nous avait confier "attention" ne joue jamain le role du saint esprit car IL ne partage pas sa gloire avec un homme.
  • Afficher tous les 16 commentaires