Toujours plus !

Toujours plus !
Jérémie 8/10: "Depuis le plus petit jusqu'au plus grand, tous sont avides de gain"

L'excès en tout est un défaut, dit un vieux proverbe.
La crise qui secoue le monde entier est sans doute la conséquence d'excès en tout genre.
L'époque n'est pas à la modération.
Toujours plus vite. Il est loin, le temps où l'on s'écrivait (à la plume), et où les lettres arrivaient à leur destinataire au pas des chevaux de poste. Désormais, à peine a-t-on lu notre courrier arrivé sur le Net, que nous sommes tentés d'y répondre. Quitte à nous apercevoir, un peu tard, que nous aurions mieux fait d'écrire autre chose. Ou de ne pas répondre…

Toujours plus de bruit, dit l'adolescent qui enfourche sa "bécane", après en avoir supprimé le silencieux. Quelle exaltante sensation ! Le bruit terrible lui donne un sentiment de puissance… et réveille tout le quartier !

Toujours plus d'argent, dit le banquier. Le bas de laine est dépassé et vive le savant montage financier auquel personne ne comprend rien ! Censé rapporter gros, il se révèle insensé, et la Bourse s'effondre.
"Le monde passe et sa convoitise aussi." Nous en étions avertis, n'en soyons pas étonnés mais consolés et encouragés car le Seigneur ajoute :"Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement" (1 Jean 2/17).

Avons-nous bien mesuré la portée de cette parole : "le monde passe" ?
Depuis l'explosion des nouvelles technologies et le développement des moyens modernes de communications, notre monde est devenu limité, on parle de "mondialisation".
Des sociétés multinationales conçoivent des stratégies à l'échelle de la planète.
Et les hommes découvrent, souvent avec étonnement, que les matières premières et l'énergie (pétrole) sont limitées.

La tentation est grande alors de s'évader dans le virtuel: les jeux vidéo n'ont jamais eu autant de succès. Les spécialistes de la finance parlent "d'argent virtuel", quittes à causer à leurs clients beaucoup de soucis qui, eux, ne sont pas virtuels !…

La femme appelée "vertueuse" dont nous parle avec éloges le livre des Proverbes travaille avec joie, bien que se levant très tôt, achète un champ et plante une vigne, vend le produit de son travail et sent que ce qu'elle gagne est bon: tout le contraire de l'humain sans Dieu, perpétuellement insatisfait (Proverbe 31). La nourriture et le vêtement ne lui suffisent pas, il veut s'enrichir et tombe dans des désirs insensés et pernicieux (1 Timothée 6/8-9).

Cette insatisfaction permanente est à l'origine de beaucoup de faillites:
Cet homme n'est plus satisfait de son épouse, pourtant jolie et intelligente.
Il va donc s'enflammer pour une autre. La cellule familiale se dissout et tant pis pour les enfants !
Ce jeune trouve la vie trop banale. Bien qu'ayant vingt ans, la santé et des parents prêts à l'aider, il commence à se droguer et sa vie devient un enfer.
Ce sportif de haut niveau ne se contente pas d'une place d'honneur, il veut être le premier.
Alors il se drogue, quitte à perdre la santé et l'honneur.

A vouloir tout gagner, ils ont tout perdu.


Quand le Saint-Esprit nous remplit, il nous apprend la maîtrise de soi.
Comme un bon pédagogue, il nous enseigne les vertus de la modération.
Le roc est plus dur à creuser, mais la maison qui s'élève sera beaucoup plus solide.
C'est la voie de la sagesse. Elle va nous aider à faire, non toujours plus, mais toujours mieux.

Marc 4/19: "Les soucis du siècle, la séduction des richesses et l'invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse"
Retrouvez les messages de G.FO dans la revue Pentecôte: cliquez


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires