Un être cher vient de partir ...

Un être cher vient de partir ...

Je n’arrive pas à surmonter cette perte, cette douleur, cette absence, du néant, du vide … Comment surmonter et survivre après le décès d'un être cher : un enfant, un mari ou une épouse, un père ou une mère, des membres de la famille, un ami ou une amie ? Chacun de nous a dû être ou sera confronté un jour ou l’autre à ce type d’épreuve, de perte, de séparation définitive.

Les causes d’un décès sont multiples : maladie, vieillesse, accident, incendie, etc… Certains décès arrivent brutalement et combien nous sommes impuissants devant cette grande inconnue. Pour d’autres, nous nous y sommes préparés, connaissant le diagnostic des médecins et leur issue programmée. Nous avons intégré ce facteur dans notre cœur, nos pensées, bien que parfois, nous espérons allonger les délais, croire à l’impossible, mais devant les souffrances d’un être cher, nous aspirons que celles-ci soient abrégées au plus vite. Voir souffrir nos proches est une douleur partagée, parfois même intenable, insupportable.

Dans la Bible, Dieu a départi une durée de vie, bien déterminée, pour chacun de nous. Tous nos jours sont inscrits et comptabilisés dans Son Livre de Vie. J’allais dire dans l’ordinateur de Dieu, mais Dieu a-t-Il besoin d’un ordinateur, de nouvelles techniques de pointe pour faire le recensement de tous les habitants de la terre, de plaquettes dernier cri ?
Non !

Dieu est omniprésent, omniscient, omnipotent. Dieu est Eternel et Tout Puissant. C’est Lui le Maître Absolu.
Rien ne peut s’opposer et résister à ce qu’Il a décidé et prévu depuis toujours.
Dieu sait tout. Il connait tout. Il est présent partout à la fois …

 « C’est toi qui as créé ma conscience, c’est toi qui m’as tissé dans le ventre de ma mère. SEIGNEUR, je te dis merci parce que tu m’as créé. Oui, mon corps est étonnant et très beau. Ce que tu fais est magnifique, je le reconnais. Quand tu me formais dans le secret, quand tu me brodais dans la profondeur de la terre, tu voyais tout, rien n’était caché pour toi. J’étais à peine formé, tu me voyais déjà ! Déjà, tu avais écrit dans ton livre le nombre de jours que tu allais me donner, et pourtant, aucun n’avait encore commencé ! Ô Dieu, tes pensées sont vraiment difficiles, elles sont si nombreuses ! Comment les compter ? Elles sont plus nombreuses que les grains de sable. Même si je les comptais toutes, je n’arriverais pas à te comprendre ! »  Psaume 139/13-18

Un être cher vient de partir et je n’arrive pas à surmonter cette perte, cette douleur, cette absence du néant, du vide … Dire que je ne le reverrais plus jamais ! ou peut-être que si … oui …je ne sais pas ...
« S’il appartenait à Jésus …  s’il avait pris son billet simple Aller … s’il était  monté dans le train de l’évangile en direction du ciel … billet gratuit portant la marque indélébile du sang de Jésus … alors oui, je le reverrais dans le ciel avec Jésus  … finissant ma course et gardant la foi … »

Philippiens 3/12-16 - 1 Corinthiens 9/24 - Romains 8/22-38

« Jésus est mort pour que toi et moi puissions être réconciliés avec Dieu »  2 Corinthiens 5/18-19
La grande question : Après la mort ? Quoi ? Personne n’est de retour ! Personne n’est revenu !
Et pourtant la Bible parle avec clarté, précision et vérité sur ce grand mystère de la mort. Luc 16/19-31

Nous entendons souvent ces paroles : « Il ne viendra pas à moi mais j’irai vers lui … »
Jacob a prononcé de semblables paroles concernant « la perte déguisée » de son fils Joseph par ses frères. Genèse 37/34-35

Je vais simplement partager avec vous ce témoignage personnel, celui du décès de mon père :

Mon père est décédé d’un cancer généralisé. Je l’ai accompagné jusqu’à sa mort malgré des temps douloureux de persécution au sein de mon travail.
Ce qui a été ma consolation, c’est que Jésus était devenu son sauveur personnel. Dans le service de « soins palliatifs », tout le corps médical savait que Jésus venait le chercher pour l'emmener dans Sa Patrie, le ciel. Mon père attendait cet instant, d'une minute à l'autre, prêt à partir, sans aucun bagage !
Il témoignait de sa foi, de son amour pour Lui et de son attente constante et convaincante de voir Jésus : Celui qu’il aimait tant, sans l’avoir vu. Quel enthousiasme et quelle fougue !

Mon père n’a pas toujours été chrétien, mais il a fait cette rencontre personnelle avec Jésus dans sa vieillesse. Expérience de vie, de foi et de délivrance avec Dieu, libération de l’alcool, du tabac. Il était redevenu comme un petit enfant qui croit et reçoit simplement les bénédictions que Dieu a en réserve pour lui.
Il s’est repenti de ses péchés, il a demandé pardon et s’est réconcilié avec Dieu. Il était sensible à l’action de Dieu dans toute sa vie. Il était devenu cette nouvelle création, avait pris un départ tout neuf avec Dieu, malgré son âge avancé. Les choses anciennes étaient terminées. Tout devenait nouveau pour lui.
Il martelait sans cesse, à chaque visite quotidienne, ces mêmes affirmations d’espérance et d’attente. Il était pressé de partir rejoindre et connaître Jésus, Son Seigneur et Son Maître. Le dernier soir où je suis allée le voir, avec ma mère, ses paroles ont été les suivantes :

« Combien il me tarde de rentrer à la maison, la Maison de Mon Père, ma place est déjà prête ! Rencontrer Mon Dieu, être avec Lui et auprès de Lui pour toujours, c'est tout mon désir. Jésus vient me chercher. Tout est prêt. Regarde mon cercueil est là. Ne dérange rien. Mes chaussures et mes habits sont là, prêts ... »
 Son mot de réconfort et d'amour pour ma mère l'invitait à le rejoindre en continuant son cheminement avec Jésus ... de ne pas s’inquiéter … tout était en ordre …

Jésus avait communiqué et transmis à mon père sa révélation et sa vision des choses à venir. Sur le moment, à l’instantané, je n’ai pas compris, choquée même par ses propos. Dieu lui avait donné cette vision de son prochain départ vers sa véritable patrie céleste. Il est décédé le matin à 6h.
Je n’oublierai jamais ses paroles qui ont été pour moi source de réconfort, de paix, de conviction et d’espérance. Mon père avait même choisi ses chants pour louer et adorer Dieu en ce jour de fête. Jésus était venu le chercher, l’accueillir dans Sa Maison avec Ses Bras grands ouverts pour l’introduire auprès de Son Père. Cette cérémonie n'était pas un adieu, mais un au revoir car je reverrai mon père, c’est une certitude absolue. Il est dans ce lieu de repos, dans l’attente du retour de Jésus.

Qu’en est-il pour vous ?


Dieu dit dans Sa Parole qu’Il console tout cœur brisé, qu’Il sèche toute larme. C’est vrai. Il le fait encore aujourd’hui.

«  Dieu nous console dans nos afflictions. Ils consolent ceux qui ont le cœur abattu. Je suis aussi le Père qui te console de toutes tes peines »  2 Corinthiens 1/3-4
« J’effacerai toute larme de tes yeux » Apocalypse 21/3-4
« Ils sont heureux, ceux qui pleurent, parce que Dieu les consolera » Matthieu 5/4

Que Dieu vienne déverser dans votre cœur Sa Consolation face à la perte d'un être cher.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

29 commentaires
  • Mahaligny Il y a 4 mois, 1 semaine

    Je viens de perdre mon père, c'est dur surtout quand on vit seule loin de la famille. Merci de prier pour notre mère et toute la famille.
  • MaritzaMaroussiaPeverelly Il y a 1 année, 1 mois

    Pourquoi parlez que de l'être humains il y a d'autre chose qu'on peut perdre. Comme moi un compagnon fidèle comme un animal. Moi ça été le cas en 2012 jzi souffert. Et je risque de revivre sa avec mon chien. Le seigneur a décidé de me punir. Car je n'arrête pas de pêche c'est plu fort Que moi. Jzi du faire le peche impardonnable. Mai la je risque de le perdre. Je n'ai pas famille, pas d'amis et pas de petit amis. Et mtn je vais me rétrouver seule
  • OLGA Il y a 2 années, 3 mois

    J'ai perdu une sœur qui était mon mentor, elle était pour moi comme une mère,un père. malgré des supplications à DIEU pour sa guérison mais Dieu a décidé autrement donc je n'arrive pas à supporter sa disparition.
  • Afficher tous les 29 commentaires