Une « bonne à rien » ?

Une « bonne à rien » ?

Avez-vous souvent entendu vos parents ou certains de vos professeurs vous dire que vous n’étiez qu’une « bonne à rien », que vous n’accompliriez jamais rien de bien dans la vie ? Ou connaissez-vous quelqu’un qui a vécu pendant toute son enfance et adolescence cette expérience dévastatrice ? Devenue adulte, se croyant bonne à rien, cette jeune femme avance péniblement dans la vie, ayant cultivé une bien piètre image d’elle-même.

Mais gloire à Dieu ! Il y a de l’espoir. Et cet espoir est en Jésus qui est venu sur la terre pour premièrement nous sauver de la condamnation éternelle et pour ensuite nous donner une nouvelle identité. En lui, nous ne sommes plus des « quiconque » ni des « bonnes à rien » mais des personnes importantes. Vous en doutez  !  Alors, lisez ceci : « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis… » (I Pierre 2 : 9). Nous sommes les élues de Dieu et nous avons une sainte vocation : un sacerdoce royal. Dieu nous a appelées à être des sacrificateurs. Dans l’ancien testament, le sacrificateur devait offrir des animaux en sacrifice pour le pardon des péchés mais dans la nouvelle alliance nous, en tant que sacrificateurs,  n’avons plus besoin de présenter des sacrifices pour le pardon des péchés car Jésus s’est donné lui-même en sacrifice pour cela. Alors, notre rôle comme sacrificateur consiste à nous présenter devant Dieu pour intercéder en faveur des perdus afin que ces derniers soient touchés par la grâce du Seigneur et soient sauvés à leur tour.

Quelle position privilégiée le Seigneur nous a accordée ! Et comme cela n’était pas assez, Il a rattaché un qualificatif très intéressant à ce sacerdoce :C’est un sacerdoce royal. La royauté ! Pouvez-vous imaginer! Selon la loi de Moïse, les sacrificateurs ne pouvaient pas devenir roi et vice versa. Mais Jésus est venu sur la terre et il a été établi sacrificateur et roi par Dieu le Père selon l’ordre de Melchisédek (Lisez le Psaume 110) ouvrant la voie à une nouvelle lignée de sacrificateurs –rois. Mes sœurs, nous faisons parties de ce sacerdoce royal. Nous sommes des princesses, des reines appartenant à la famille de Dieu. Nous ne sommes plus des «quiconque». Nous pouvons relever la tête et dire à la face du diable qui nous sommes en Jésus-Christ, que le Seigneur a fait de nous des princesses et des reines, nous donnant le pouvoir et l’autorité de régner sur le péché et sur les circonstances adverses qui surviennent dans nos vies. Ne laissez pas Satan vous abaisser.

Peut-être me diras-tu que tu n’es pas parfaite, qu’il t’arrive de tomber et que le Père céleste doit être très déçu de toi. Si c’est ce que tu penses alors lit ceci : « L’Éternel affermit les pas de la femme et il prend plaisir à sa voie; si elle tombe, elle n’est pas terrassée car l’Éternel lui prend la main. » (Psaume 37 : 23 et 24) (J’ai mis ce texte au féminin afin que vous puissiez vous y identifier) Tu vois! Il va te relever et te dire tendrement : « Va, continue à avancer car je suis avec toi et je te fortifie, ma chère petite princesse ! ».



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • yekawene Il y a 9 années, 8 mois

    merci pour ce message! il est vrai que nous sommes des princesses à ses yeux et cela me fortifie encore plus! merci seigneur car il ne nous abondonne jamais! Gloire à Dieu malgré nos péchés!