Une Eglise qui participe à l'adoration

Une Eglise qui participe à l'adoration

Il nous est tous déjà arrivé d’avoir l’impression de ramer difficilement pour entraîner l’église dans la louange et l’adoration (si ce n’est pas le cas, je ne vous le souhaite pas !) Je me souviens d’un dimanche matin assez récent. Un chrétien était assis quelques rangs en face de moi. Je conduisais la louange ce matin-là, et lui dormait profondément sur sa chaise, bien installé sur le côté, pratiquement dans la position de foetus ! J’ai tout d’abord été étonné, et puis j’ai prié intérieurement pour lui. Non pas pour que le Seigneur bénisse son sommeil, mais pour qu’Il touche son coeur à un moment où il serait éveillé durant le culte !

Fort heureusement, il n’en est pas toujours ainsi ! Mais on peut être confronté à cette difficulté pour plusieurs raisons. Voici quelques clés qui pourront peut-être vous aider. N’hésitez pas à intervenir dans les commentaires pour en proposer d’autres, les expériences sont toujours bonnes à être partagées.

Rassembler le troupeau

L’une des principales raisons du manque d’enthousiasme du peuple de Dieu le dimanche matin, c’est qu’il n’a pas véritablement conscience que Dieu est là. Ils arrivent avec leur semaine encore en tête, les préoccupations familiales, professionnelles et toutes sortes de pensées qui peuvent paraître bien légitimes. Tout le monde n’est évidement pas comme ça, et heureusement. Ceux qui arrivent bien disposés ne réalisent pas combien ils sont des soutiens pour le conducteur de louange.

A nous de remettre tout le monde sur les rails de la rencontre avec Dieu, avec l’aide du Saint-Esprit. Si vous ne vous êtes pas préparé à ce moment, il y a de grandes chances que le culte tombe à l’eau. Votre préparation est importante, ne la négligez jamais ! Prenez du temps dans la prière, prenez du temps dans votre louange personnelle, prenez du temps avec votre groupe de louange, choristes et musiciens. En effet, comment conduire les gens dans la présence de Dieu, si vous êtes dans le même état qu’eux ?

Restez simple

Les conducteurs de louange ne sont en aucun cas des “supermen” de l’adoration pour lesquels un accord de guitare suffit pour démarrer le culte en trombe. Nous avons la grâce de servir dans ce domaine, donc d’y être sensible, mais nous rencontrons les mêmes difficultés. Ne laissez jamais croire que pour vous c’est facile, que vous êtes en toutes circonstances enclin à louer Dieu. Ce n’est pas vrai, et nous avons nous mêmes nos propres combats à gérer.

Etre discret

Evitez d’apporter trop de commentaires. Il y aura un prédicateur après vous, c’est son job d’apporter la parole de Dieu, le notre est d’un autre genre. Nous pouvons totalement étouffer la louange en parlant trop.

Créer ou trouver l’accroche

Si au premier chant, ça ne démarre pas forcément, ce n’est pas très grave. Il faut parfois un peu de temps. Mais essayez d’accrocher l’assemblée au travers d’un chant, d’une prière. La plupart du temps, cela se fait naturellement. N’hésitez pas dans ce cas, à répéter un couplet ou le refrain du chant qui a commencé à créer la ferveur du peuple de Dieu pour entrainer tout le monde dans cet élan.

Créer une louange ouverte …

Il ne faut jamais que l’assemblée imagine que la louange c’est le job du groupe de louange, tout comme la prédication est celle du prédicateur ! Par votre attitude, soyez une invitation. Créez une ambiance où chacun se sente libre d’apporter sa propre offrande au Seigneur. L’assemblée peut participer de tant de façons différentes :

Lorsque vous vous assemblez , les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l’édification.
1 Corinthiens 14:26

Vous tous, peuples, battez des mains ! Poussez vers Dieu des cris de joie !
Psaume 47:1

… Et n’excluez personne !

Vos fils et vos filles prophétiseront , vos vieillards auront des songes, et vos jeunes gens des visions.
Joël 2:28

A part dans certaines “mega-churches” aux Etats-Unis, nous n’avons pas plusieurs cultes adaptés chacun à une tranche d’âge. Il est bon que toute l’assemblée se réunisse. Aussi, lors du culte, ne laissez personne sur la touche. Si vous voulez voir la jeunesse déserter les rangs de l’église, chantez uniquement sur les “Ailes de la foi” ou “Chœurs et cantiques”. Inversement, les plus âgés dans l’église ont leurs repères dans des chants de ces recueils, ne les excluez pas totalement. Ce serait, de plus, se priver d’une richesse incontestable.

Si vous êtes dans une situation où les choses doivent changer, alors faites la transition en douceur. Ce qui est important, c’est de s’adapter à l’identité de votre église. Ne vous calquez pas sur une formule qui fonctionne ailleurs. Le Seigneur n’est pas limité, il existe tellement de façon de L’adorer. Le style des chants n’est finalement pas si important, tant qu’ils Lui sont offerts, et qu’ils sont une réponse à ce que l’assemblée veut exprimer.

De même, nos chants devraient être compréhensibles par tous. Une âme nouvelle devrait comprendre le sens des chants. Certains mots peuvent lui échapper, mais le sens général du chant doit être clair. Je parlais avec un couple d’amis chrétiens récement. La femme me disait qu’il lui était difficile de chanter “Ah je n’aspire qu’à m’immoler, tant je désire Te ressembler”. Elle ne comprenait pas le sens du mot “immoler” dans ce contexte. Cela m’a fait réfléchir, non pas sur ce chant en particulier, mais sur l’importance de clarté des paroles de nos chants.

En conclusion, je citerai Don Moen : “Ne dirigez pas, adorez !”. Soyez des adorateurs avant d’être des musiciens, remettez toujours le culte entre les mains du Seigneur pour qu’Il le dirige, car finalement, le vrai conducteur de louange, c’est le Saint-Esprit. Nous ne sommes que des outils entre ses mains.

Source : Eglise Bordeaux Rive Droite

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

10 commentaires
  • belletresse Il y a 6 années, 8 mois

    Est-il possible d'assister à une réunion qu'un prophéte a institué lors d'un week-end, et que celui-ci reste assis lors de la louange....Pouvez-vous m'expliquer. Je ne veux pas juger, mais pour moi c'est incompréhensible, suis-je de l'erreur
  • Armel-Bakala Il y a 10 années, 10 mois

    merci beaucoup. C'est une vérité qui vient d'etre dit je rejoins ma souer carinekara pour la recherche de la sanctification, nous devons etre conscien que conduire le peuple de Dieu à la louage et l'adoration requier une bonne disposition. Etre bon chanteur ou instrumentiste ne veut pas dire qu'on soit adorateur, C'est un immense privilère pour ceux d'entre nous qui conduisent la louange. J'aime aussi le fait que nous devons toujours et en toute ocasion nous appuier sur le Saint Esprit.QDVB
  • Salma Il y a 10 années, 10 mois

    Merci au frère Stéphane pour cet article sur le conducteur de la louange. C'est très édifiant et je suis heureuse de pouvoir le partager avec le conducteur de louange de mon église. Le Seigneur est merveilleux. Il veille sur ses enfants dans les moindres choses, même dans celles qu'on n'exprime pas tout haut. pour moi, ce message et la série de messages sur la louange est une réponse à ma prière secrète pour que quelque chose se passe au niveau de la louange dans mon église. Soyez béni cher frère.
  • Afficher tous les 10 commentaires