VA T’EN…

 VA T’EN…

Genèse 12 :1-2
« L’Eternel dit à Abram : va-t’en de ton pays, de ta patrie et de la maison de ton père, dans le pays  que je te montrerai. »
 
Abraham avait un pays, une patrie, une famille. Il était comme tous les hommes.
 
Mais ce qui nous parait légitime, à nous, peut être en opposition avec la volonté de Dieu.
 
Les premières paroles de l’Eternel furent : « va t’en ».
 
Cette injonction ne permettait aucune réplique. Pas moyen de tergiverser. Il fallait partir, tel était l’ordre du Tout Puissant.
 
Mais partir d’où car il faut bien partir de quelque part.
 
Dieu lui a donné toutes les précisions :
 
- « de ton pays »… pourtant, rien n’est plus beau que son pays, le cœur y est attaché. On y a grandi et vécu. On connait les montagnes, les vallées, les plaines, les chemins et les routes, les maisons et leurs habitants. On aime son pays.
 
- « de ta patrie »… celle que l’on défend avec ardeur au prix même de sa vie. Tout au long des siècles, des hommes sont tombés sur les champs de bataille pour leur patrie. Le délire a saisi des foules au nom d’une patrie en danger.
 
- « de la maison de ton père »… lieu dans lequel on a glané tant de souvenirs. C’est là que demeure attachée aux murs l’histoire des aïeux, leurs peines, leurs exploits, leur misère, leur lutte pour la vie. 
 
Abraham devait partir de là et pas d’ailleurs.
 
Il fallait quitter ce qu’il avait longtemps chéri et aimé.

Il fallait quitter le monde et l’oublier pour aller vers un nouveau pays, une nouvelle patrie, une nouvelle maison.
 
Dieu a pourvu à la cause d’Abraham, il est parti à la conquête de quelque chose d’invisible.

Il y avait pour Abraham un futur, c’est-à-dire une espérance :

« dans le pays que je te montrerai ».

Abraham partit et commença à connaître Dieu.
 
Dieu lui apparut. Abraham a vu celui qui lui avait parlé et il lui a apporté une reconnaissance profonde. Abraham aime son Créateur, alors il a bâti un autel à l’Eternel. Puis un deuxième. Il était un témoin du Dieu vivant, l’ami de Dieu.
 
« Va t’en »… dira Dieu… c’est là le mot d’ordre de l’Eternel à l’égard de ses enfants, à notre égard. 
 
Notre séparation d’avec le monde doit être croissante, c’est de cette séparation que dépend notre sanctification.
On ne peut pas être agréable à Dieu n’importe où, ni n’importe comment.

Il faut partir, tel est l’ordre de Dieu pour que nous puissions marcher vers un futur plein d’espérance.
 

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

7 commentaires
  • luceda Il y a 5 années, 1 mois

    Merci Seigneur pour ce rappel à ton ordre de me séparer des considérations limitées et obtuses de ce monde! Par JÉSUS CHRIST,donne-moi D'ENTENDRE TA VOIX, DE VOIR CE QUE TU VEUX QUE JE VOIS ET QUE JE FASSE CE QUE TU VEUX QUE JE FASSE! Éternel,pour la gloire de ton saint nom, PUISSE TA GRÂCE INONDER MON ÂME DE TON ESPRIT D’OBÉISSANCE ET DE SOUMISSION A DIEU mais également que JE PUISSE USER DE MISÉRICORDE ENVERS MON PROCHAIN COMME TOI TU ME COMBLES DE TES COMPASSIONS!
  • JeSaNgE Il y a 5 années, 1 mois

    Seigneur, tu m'as donné l'ordre de partir.
  • Charlotte Tshimenga Il y a 5 années, 2 mois

    Il faut partir, tel est l'ordre de Dieu pour que nous puissions marcher vers un futur plein d'espérance. AMEN
  • Afficher tous les 7 commentaires