Vous avez de la peine ?

Vous avez de la peine ?

" Joseph vint vers eux au matin, et les regarda ; et voici, ils étaient tristes " Genèse 40.6

Les sujets de tristesse ne manquaient pas sur la terre, depuis le péché de l'homme. S'il est parfois possible de prendre le dessus sur les évènements difficiles de la vie, il arrive que nous disions accablés : " trop, c'est trop pour moi ", ou encore, comme Jacob : " toutes ces choses sont contre moi " Genèse 42.36.

C'est votre cas aujourd'hui. Peut-être, même, avez-vous envie de mourir, comme cela est arrivé à Elie, ou encore à Jonas. Il n'y a pas de honte à dire et il est inutile de culpabiliser : ce n'est pas parce que vous êtes nul(le) que vous en êtes là. Elie vient de remporter une grande victoire sur Baal et ses prophètes, mais la menace d'une femme le met par terre. Jonas ramène toute une ville vers Dieu, puis il dit : " J'en ai assez de vivre ".

Paul, le grand apôtre, et ses compagnons, ont été accablés à l'extrême, au-delà de leurs forces, au point qu'ils désespéraient même de vivre 2 Corinthiens 1-8. Et c'est pourtant ce même Paul qui vous dit aujourd'hui : " Dieu...ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de ce que vous pouvez supporter " 1 Corinthiens 10-13. Ces deux versets paraissent contradictoires, alors qu'ils reflètent seulement l'expérience qu'a pu faire ce croyant, dans la détresse.

Nous ne vous expliquerons pas pourquoi vous souffrez. Nous ne vous dirons pas que tout va s'arranger, qu'il faut être positif et avoir la foi. Nous désirons simplement relire avec vous deux paroles d'encouragement de notre Père, celui qui a prouvé son amour pour nous de manière indiscutable : va-t-il vous laisser tomber maintenant ?

-Dieu recueille toutes vos larmes. Aucune n'est inutile : elles lui sont si précieuses qu'il les enregistre toutes dans son livre Psaumes 56.8.
-Il est le Dieu de toute consolation...qui console 2 Corinthiens 1.3-4 !

Cette précision peut paraître redondante, n'est-ce pas ? Mais elle signifie simplement que Dieu ne se contente pas de prétendre consoler, il le fait pour de bon !

Oui ce sont les consolations de la Parole de Dieu qui peuvent faire, aujourd'hui, les délices de votre âme ! Psaumes 94.19

Extrait de la revue " Plaire au Seigneur ".



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

10 commentaires
  • vervierelisa Il y a 2 années, 7 mois

    AMEN
  • Christine olive Kewang Il y a 2 années, 7 mois

    Amen Amen Amen.
  • Onesime Il y a 6 années, 7 mois

    Il me semble, à mon avis que 1 Cor. 10/13, fasse plutôt allusion à la tentation et non à l' épreuve. Ce qui n' est pas tout à fait la même chose, mais l' épreuve peut conduire à ne plus pouvoir supporter. (comme vous l' avez souligné dans le cadre de 2 Cor.1/8). Alors que, par contre, nous avons la promesse du Seigneur que, pour la tentation (être tenté), celle-ci ne pourra dépasser ce que nous pouvons supporter. 1 Cor. 10/13. De nombreux martyrs ont et ont eu à subir des épreuves insurmontables et non des tentations.
    • Evelyne Il y a 6 années, 7 mois

      Merci de votre prompte réponse parfaitement nuancée. En un mot: toute tentation est une épreuve mais l'inverse n'est pas forcément vrai:-).
    • Onesime Il y a 6 années, 7 mois

      Le mot épreuve, dérivé du sens grec, signifie tout ce qui peut ôter, en un mot, le bonheur, la paix, la quiétude du chrétien. La tentation par contre suppose un attrait possible, un appât qui est placé devant le croyant pour essayer, tenter de le faire dévier de sa route. Il est certain que, dans les deux cas le croyant est soumis à un test. Lorsque les fidèles passent par la tribulation, maladie ou crise, ils sont soumis au test de l' épreuve. Lorsque par contre, vous êtes tentée de commettre un péché vous avez la possibilité d' y résister à cette tentation '(ici 1 Cor. 10/13 s' emploie très bien c' est à dire que Dieu qui ne nous tente pas lui-même (Jacques 1/ 13 à 15), Dieu peut nous soumettre à la tentation et nous avons la promesse, dans ce cas que la tentation qui nous est présentée ne sera pas au dessus que puissions supporter. Sinon Dieu se conduirait comme un tyran. Car lorsque nous sommes soumis à la tentation il faut que nous puissions avoir la possibilité d' en sortir vainqueurs, c' est comme une lutte. Il en est tout autrement de l' épreuve parce que l' épreuve vous est pas proposée comme un choix, mais elle vous tombe dessus (Jacques1 / 2-4). Supposez que vous ayez une obligation de payer une amende très lourde avec retrait de permis alors que l' infraction ne concerne pas votre voiture mais un tiers, comme c' est arrivé quelquefois. Ici on ne peut pas parler de tentation vous n' avez pas été tentée de "griller" un feu par exemple. Si cela avait été une tentation, vous auriez eue le choix, mais si les circonstances vous conduisent à un retrait abusif de permis pour une faute non commise c' est quand même une épreuve que vous traversez et non une tentation puisque votre cœur n' a pas été tenté. Il en va ainsi des tribulations qu' ont connues les apôtres et non des tentations. Et pour citer notre Seigneur : la Croix, qui nous est salutaire, c' est quand même une épreuve, nécessaire, mais une épreuve qu' il a traversée. Et non une tentation. Lorsque Pierre a été crucifié comme son Seigneur c' était une épreuve qui a été au delà de ses forces. Vous comprenez ? Dieu vous bénisse. gérard.
    • Evelyne Il y a 6 années, 7 mois

      Bonjour, Auriez-vous l'amabilité de préciser la distinction que vous faites entre tentation et épreuve? J'ai toujours, pour ma part, considéré la tentation comme une épreuve, les 2 mots revêtant les mêmes réalités, celles d'un test que l'on fait subir à quelqu'un. Pour le croyant, le test subi, que ce soit dans le cadre d'une tentation ou d'une épreuve, reste in fine celui de la foi. J'avoue donc ne pas comprendre quand vous dites qu'il s'agit de deux choses différentes. Merci d'avance de vos éclaircissements.
  • Afficher tous les 10 commentaires