Des enseignements texte et audio pour grandir dans la foi et vous ressourcer !

Jacob partagé entre grâce et légalisme

Sommaire
Jacob partagé entre grâce et légalisme

Bonjour Mon ami(e),

“Je suis trop petit pour toutes les grâces ‘hesed’ et pour toute la fidélité dont tu as usé envers ton serviteur...” (Genèse 32.10).

Dans le livre de la Genèse, il nous est raconté le combat que Jacob a livré avec Dieu (Genèse 32.24/32). Cette lutte symbolise le combat intérieur dans le cœur de Jacob ; il oscille entre grâce et légalisme.

Souvenons-nous que Jacob est sur le point de rencontrer son frère Esaü qu’il a trompé il y a plusieurs années. Esaü est sorti avec une mini-armée pour aller à la rencontre de Jacob. Jacob est terrorisé par le souvenir de son péché et de ses conséquences (Genèse 32.7).

Jacob cherche désespérément une solution. Il envisage de diviser en deux camps ses biens, pour en préserver une moitié en cas d’attaque d’Esaü (Genèse 32.7/8). Il compte sur sa ruse, sa tactique pour s’en sortir. Mais bien vite il est conscient que cela est insuffisant, et il va prier en faisant appel à la grâce de Dieu (verset 10).

Le mot hébreu ‘hesed’ fait référence au principe divin d’accorder des bénédictions à ceux qui ne les méritent pas. Lorsqu’il prie, Jacob oriente son cœur vers la grâce. Cependant, immédiatement après cette belle prière, Jacob fait quelque chose qu’il nous arrive de faire également : il veut payer la grâce.

En effet, les versets 13 à 20 décrivent les divers contingents de troupeaux et de présents qu’il envoie devant lui pour acheter le pardon de son frère. Le raisonnement de Jacob nous est rapporté au verset 20 : “Je l’apaiserai ‘kaphar’ par ce présent qui va devant moi.” ‘Kaphar’ fait allusion à l’expiation. Voici que Jacob sort du terrain du ‘hesed’ pour aller vers le terrain du ‘Kaphar’. Il quitte le terrain de la grâce pour aller sur celui des œuvres personnelles.

Parfois, nous-mêmes oscillons entre ces deux attitudes. Nous sommes comme les Galates qui avaient bien commencé par la grâce mais qui en étaient revenus au salut par l’observation de règles légalistes. Nous voyons Dieu comme quelqu’un qui va nous demander des comptes pour nos péchés et qu’il faut apaiser par nos mérites. Dieu ne nous aime pas en fonction de ce que nous faisons ou donnons, il nous aime à cause de Christ qui expie nos fautes.

Nous avons le choix entre deux voies : dépendre de l’œuvre expiatoire de Christ ou dépendre de nos propres efforts et mérites. Il nous arrive, comme Jacob, d’osciller entre ces deux attitudes. Un peu de grâce et un peu de légalisme.

Or, pendant la nuit, Dieu va détruire toute espérance légaliste chez Jacob. Dieu va éliminer tout espoir chez Jacob de s’en sortir par lui-même. Il ne pourra pas s’enfuir devant son frère … un petit coup sur la hanche suffit !  

Un conseil pour ce jour :
Abandonnez vos efforts personnels, souvenez-vous que la lutte cesse lorsque vous vous reposez sur la grâce divine.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
Paul Calzada, est pasteur. Il a été missionnaire et à voyagé dans le monde entier au service de la direction du travail missionnaire des Assemblées de Dieu. Il sert aujourd'hui avec son épouse au sein de l'église MLK de Créteil. Les Editions Première Partie viennent
d'éditer son dernier livre : VIEILLIR HEUREUX.

Voici ce qu'il écrit au sujet de ce livre : Étant entré dans ma quatre-vingtième année, il m’a semblé opportun de jeter un regard dans le rétroviseur de ma vie, pour me souvenir des leçons apprises. Cela a donné un livre dans lequel je rappelle, au travers de 31 pensées, les beautés réelles d’une saison de vie, riche d’un vécu avec Dieu, pour Dieu et les hommes. Vous pouvez obtenir le livre en cliquant sur ce lien.
0 commentaire
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.