Aller là où Jésus n’a point été nommé

Aller là où Jésus n’a point été nommé

Texte : Rom 15.18-21

" …Et je me suis fait honneur d'annoncer l'Evangile là où Christ n'avait point été nommé, afin de ne pas bâtir sur le fondement d'autrui, selon qu'il est écrit: Ceux à qui il n'avait point été annoncé verront, et ceux qui n'en avaient point entendu parler comprendront. C'est ce qui m'a souvent empêché d'aller vers vous…"

1- Introduction et précisions sur les termes :

Mission, missions et évangélisation. Mission intérieure et mission extérieure.

En général il y a une distinction entre la Mission, au singulier, qui est le devoir et la responsabilité de l’église de proclamer l’évangile à tous les hommes, selon l’ordre de Jésus (Mat 28.19-20), et les missions, au pluriel, qui sont les œuvres et organismes qui permettent à l’église d’envoyer des missionnaires.

On distingue également, dans l’usage habituel, entre les termes : mission et évangélisation. Le plus souvent, le mot évangélisation désigne la proclamation de l’évangile lorsqu’elle s’adresse à des hommes de même culture et de même langue, alors que l’on emploie du mot mission désigne aussi la proclamation de l’évangile mais à des peuples lointains ou d’autres cultures.

Certains emploient le terme mission pour désigner la responsabilité générale que Dieu a confié à l’église dans le monde incluant en plus de l’a proclamation de l’évangile, l’influence et la responsabilité de l’église dans les domaines tels que : social et culturel et humanitaire, ainsi que politique, réservant le terme évangélisation uniquement à la proclamation de l’évangile.

On appelle mission extérieure, une mission entreprise en-dehors du pays d’origine de l’église qui soutient ; et mission intérieure qui est une mission de l’église dans son propre pays. Il y a des pays où les églises ne font pas la différence entre mission intérieure et extérieure. Mais il faut savoir que dans beaucoup de ces pays il y a des différences culturelles et linguistiques importantes à l ‘intérieur même de leur frontière. Il y a de vastes pays, où des ethnies n’ont pas été atteintes, on comprend alors qu’ils ne fassent pas de différences entre mission intérieure et extérieure.

Il y a aussi le terme légèrement différent mission à l’intérieur, ce terme moins usité de nos jours, a été lancé par Hudson Taylor, quand il a lancé la " mission à l’intérieur de la Chine ", il n’était pas le premier missionnaire à venir en Chine, mais ceux qui l’ont précédé, restaient dans les villes portuaires de la Chine et ne s’aventuraient pas à l’intérieur de la Chine, Hudson Taylor, s’est aventuré à l’intérieur de la Chine qui n’avait pas été atteint par l’évangile, là où Christ n’avait point été nommé. Sur donne continent comme l’Afrique certains missionnaires suivront ce principe. Si le terme " mission à l’intérieur  " est moins usité de nos jours le concept lui reste toujours d’actualité. car beaucoup de pays ont été atteint par l’évangile dans leur capitale et parfois dans les autres villes principales, mais les autres villes et des régions entières n’ont pas touché par l’évangile, Christ n’y a pas été nommé. Nous pensons penser à certains pays d’Asie centrale, ou encore à des ethnies non atteintes sur tous les continents.

Nous pouvons dire que la Mission est la proclamation de l’évangile en vue de l’implantation de l’église là où elle n’existe pas, comme l’apôtre Paul qui se faisait un honneur d’annoncer l’évangile là où Christ n’avait pas été nommé (Rom 15.18-21).

2- Aller là où Christ n’a pas été nommé

Aller là où Christ n’a pas été nommé, était là priorité de l’apôtre Paul à tel point qu’il a pu dire que c’est ce qui l’a empêché d’aller vers les chrétiens de Rome : Rom 15.20 " Et je me suis fait honneur d'annoncer l'Evangile là où Christ n'avait point été nommé, afin de ne pas bâtir sur le fondement d'autrui, selon qu'il est écrit: Ceux à qui il n'avait point été annoncé verront, et ceux qui n'en avaient point entendu parler comprendront. C'est ce qui m'a souvent empêché d'aller vers vous."

Cette vision était le principe moteur du ministère de Paul, cette vision, il l’a reçue dès sa conversion, Actes 9.15, et il l’a conservera jusqu’à la fin, Act 26.15-23. Et même si Paul voulait aller à Rome, c’était " en passant  (Rom 15.24) " car il avait l’objectif d’aller en Espagne, parce que Christ n’y avait point été nommé.

Jésus lors de son ministère terrestre, n’a pas été jusqu’en Illyrie, ni à Rome ni en Espagne, ni dans les autres nations. Mais à l’exemple de Paul, les églises ont porté le beau nom de Jésus à bien des nations. En Rom 15.21 Paul reprend une prophétie d’Esaïe qui se trouve en Esa 52.13-15, où il est question de Jésus, mais Jésus n’ a pas été lors de son ministère terrestre vers les nations, mais l’Eglise qui est son corps y va, et l’Eglise se trouve donc associé à cette prophétie.

La même pensée se trouve dans Act 13.46-47, ou Paul reprend une prophétie d’Esaïe sur Jésus, qui porte le salut jusqu’aux extrémités de la Terre, Esa 49.7, et c’est l église suivant l’ordre du Seigneur (Mat 28.19-20) et par le Saint-Esprit qui va jusqu’aux extrémités de la terre pour y porter le nom de Jésus.

Il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui puisse procurer le salut, Act 4.12. Oh ! combien sont-ils nombreux encore ces endroits sous le ciel où le nom de Jésus n’a pas été nommé ! Comment croiront-ils en Celui dont ils n’ont pas entendu parler, et comment en entendront-ils parler s’il n’y a personne qui prêche, et comment il y aura des prédicateurs si personne ne les envoie ? (Rom 10.13-15).

Comme l’apôtre Paul en son temps, est-ce que annoncer l’évangile là où Christ n’a point été nommé est notre priorité ? Voyons-nous ces contrées, ces régions, ces peuples, ces ethnies, qui ne connaissent pas la splendeur de l’évangile de Christ ? Paul ne négligeait pas non plus les églises qui étaient déjà implantées, il en prenait soin, l’édification de l’église faisant partie de la mission, par exemple Paul a laissé Tite en Crète pour mettre en ordre ce qui restait à régler (Tite 1.5).

Beaucoup de ces contrées, de ces ethnies, ne jouissent d’aucun média, il n’y a pas de radio, de télévision, d’internet. Aussi il n’y a pas d’autres solutions que d’y aller " en chair et en os ". Et quand bien même, les médias y sont, rien ne remplace la valeur d’un contact humain. Il y a des risques et des dangers de toutes sortes, des efforts à faire, tout comme Paul qui a connu bien des périls pendant ses missions (2Co 11.23-28), mais le Seigneur appelle son église à répandre en tout lieu l’odeur de sa connaissance (2Co 2.14).

C’est toujours la priorité de l’église, l’ordre de Jésus est toujours de vigueur, et devrait être toujours à l’ordre du jour conseils d’administrations des église, lorsqu’ils se réunissent pour former des projets et établir des plans. Puissions-nous en avoir la volonté car trop nombreux sont encore les endroits où Christ n’a pas été nommé.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires