Avance en pleine eau

Avance en pleine eau

Texte : Luc 5.1-11

* Introduction : il nous faut toujours avancer dans notre foi et notre vie spirituelle.

Ce passage où Jésus demande à Pierre d’avancer en pleine eau en est une belle illustration.

Toutefois ce progrès spirituel, qui peut être comparée à une marche ou a une course (Phil3 :12-14) ne se fera pas sans obstacles et difficultés.

On peut faire aussi le parallèle entre ce « avance » et « allez » de Matt 28 :19-20, d’autant que dans Luc 5 :10 le Seigneur dira à Pierre qu’il sera désormais une pêcheur d’hommes, cela se trouve donc dans le contexte de l’évangélisation.

* Il y aura des vagues !

V4 « Avance en pleine eau ». C’est une chose d’être dans un bateau non loin du rivage et mais être en pleine eau en est une autre.

Sur le rivage, il n’y a pas ou peu de risques et si une tempête se lève, on a le temps de regagner la côte. Mais il en est tout autre lorsqu’on est au large, en pleine eau, il y a bien plus de risques, les vagues, la houle, le vent sont plus forts et si une tempête se lève brusquement on n’a pas le temps de regagner la côte, il faut l’affronter.

Lorsque j’avais environ 10 ans, nous étions partis avec mon père en pleine mer pour relever les filets que nous avions mis, il faisait beau et il y a avait peu de vent, arrivés en pleine mer mon père a vu au loin le ciel s’assombrir, connaissant bien les caprices de la mer à cet endroit mon père fait aussitôt demi-tour, mais nous étions déjà loin, et en l’espace de 5 à 10 minutes, nous étions en pleine tempête, j’étais terrifié, mais nous sommes revenus sains et saufs.

En pleine eau, nous rencontrerons des vagues, c’est à dire des oppositions qui viennent parfois de notre propre cœur, des autres, ou des ténèbres, des difficultés inattendues ou inconnues jusqu’ici vont venir sur notre embarcation.

Est-ce que les marins pêcheurs ne sortent en mer que quand il fait un temps splendide sans le moindre vent. Non, bien sur, ils ont des familles à nourrir. Sans prendre la mer quand il y a des tempêtes, ils la prennent même si le temps n’est pas au plus beau. Et même s’ils partent avec du beau temps, une tempête peut arriver n’importe quand.

De même si nous attendons toujours un moment favorable ou de bonnes conditions pour annoncer l’évangile, nous ne ferons pas grand chose : Ecc 11:4 « Celui qui observe le vent ne sèmera point, et celui qui regarde les nuages ne moissonnera point ».

Avant de parler de notre obéissance à la Parole de Dieu, voyons les difficultés que nous pouvons rencontrer.

* Nos difficultés pour avancer :

- La peur des circonstances et des évènements. Toutefois dans la foi rappelons-nous que Celui qui nous appelle a aussi les moyens de nous garder.

- La crainte des hommes, Jean 12:42-43 : « Cependant, même parmi les chefs, plusieurs crurent en lui; mais, à cause des pharisiens, ils n'en faisaient pas l'aveu, dans la crainte d'être exclus de la synagogue. Car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu ». Ces chefs pour aller plus loin dans leur foi auraient dû en faire l’aveu, mais ils étaient dans la crainte des hommes, il est certain que d’être exclu de la synagogue c’était être mis au ban de la société, en fait ils aimaient plus la gloire des hommes que celle de Dieu. Bien des personnes ne confessent pas leur foi dans les eaux du baptême à cause de la crainte des hommes, de la famille, des amis, de l’entourage, ils ont peur du « Qu’en dira-t-on ». Il en est de même aussi quand nous avons reçu dans notre cœur une direction de Dieu, et que nous sommes « bloqués » par la crainte de ce que vont dire ou penser les autres.

- Nos objections. Pierre a eu une objection, Jean 5:5 « Simon lui répondit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; … ». Nous avons souvent des raisonnements humains et même très logiques comme Pierre qui constituent des objections à la direction de Dieu. Nous nous cachons parfois derrière des excuses pour justifier notre manque de progrès spirituelle : « je n’ai pas le temps », « je ne peux pas », « j’ai déjà essayé et ça ne marche pas » etc. Comme Pierre, Moïse aussi a eu ses objections lorsque Dieu l’appelle à retourner en Egypte pour délivrer son peuple.

* L’opposition et les pièges du diable :

Malgré que Dieu dise à Pharaon « laisse aller mon peuple », il résiste, ou il essaie de le laisser aller à sa façon. Lorsque nous avons pris la décision d’avancer, l’ennemi de nos âmes, va tenter de nous en empêcher, de la même manière que Pharaon l’a fait.

- Rester dans le pays Exode 8 :21-24 : « …Allez, offrez des sacrifices à votre Dieu, dans le pays…» autrement dit ils pouvaient servir Dieu en restant dans le pays. Souvenons-nous que nous ne pouvons servir Dieu en étant du monde, il nous faut partir et nous éloigner de ce monde, c’est à dire de sa mentalité, de sa sagesse et manière de faire. Avançons toujours plus dans l’eau de la sainteté.

- Partir sans s’éloigner Exode 8 :21-24 : « …Je vous laisserai aller,…, seulement vous ne vous éloignerez pas, en y allant… » Pharaon propose un compromis. Tu peux servir ton Dieu mais n’en fait pas de trop, aller aux réunions à l’église de temps en temps ça suffit. Oh non ! Avançons toujours plus dans notre consécration (Rom12 :1-2).

- Les sentiments et la prudence. Exode10 :8-11 « On fit revenir vers Pharaon Moïse et Aaron: Allez, leur dit-il, servez l'Eternel, votre Dieu. Qui sont ceux qui iront? Moïse répondit: Nous irons avec nos enfants et nos vieillards, avec nos fils et nos filles, avec nos brebis et nos bœufs; car c'est pour nous une fête en l'honneur de l'Eternel. Pharaon leur dit: Que l'Eternel soit avec vous, tout comme je vais vous laisser aller, vous et vos enfants! Prenez garde, car le malheur est devant vous! Non, non: allez, vous les hommes, et servez l'Eternel, car c'est là ce que vous avez demandé. Et on les chassa de la présence de Pharaon.

Pharaon savait très bien que si les femmes ne partaient pas, les hommes seraient revenues pour elles, et pour justifier ça, il a joué la carte de la prudence.

Par un excès de sagesse ou de prudence on peut étouffer la foi, ne pas avancer en pleine eau car il y a des risques, on n’obéit pas à un appel de Dieu. Cette difficulté se pose souvent à ceux ou à celles dont le conjoint ne se convertit pas, tout en nous gardant de jeter un jugement hâtif sur quiconque nous leur disons de prendre courage et d’aller toujours de l’avant, le Seigneur est avec vous et il veut aussi le salut de votre famille. Je vous laisse méditer Matt10 :37.

- Les biens matériels et l’amour de ce monde. Exode 10 :24-27 : Cette fois-ci Pharaon veut bien qu’ils partent tous, mais sans emporter leur brebis et leurs bœufs, qui sont pourtant indispensables pour le sacrifice. Tout ce que nous avons nous vient de Dieu, et nous le servons aussi avec nos biens. Comment cela est possible si nous le gardons égoïstement pour nous, si nous ne voulons pas nous investir pour le Royaume de Dieu, investir aussi nos biens, notre temps, nos capacités, etc.

La femme de Lot a regardé en arrière, à ce qu’elle perdait, elle est devenue une statue de sel, elle ne pouvait plus avancer. Démas a abandonné le bon combat par amour du siècle présent, lui aussi ne pouvait plus avancer dans sa vie chrétienne.

* L’obéissance de la foi.

Nous avons déjà vu que Pierre avait une objection humaine et logique d’autant qu’il connaissait son métier, toutefois il a obéi : Luc 5:5 « Simon lui répondit: Maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je jetterai le filet ».

Avancer et suivre le Seigneur comporte toujours des risques, mais le Seigneur est avec nous. Comme Il fut avec la reine Esther qui a pris le risque de se présenter devant le roi (Esther4 :10-5 :2) ; comme il fut aussi avec Abraham qui sur la Parole de Dieu est parti sans savoir où il allait.

Prenant le choix d’obéir avançons dans la plénitude de la foi.

Il nous faut persévérez dans la prière avec ardeur car c’est aussi la volonté de Dieu à notre égard, mais après la prière il nous faut faire certains pas de foi et avancer, et aller par tout le monde pour y prêcher la bonne nouvelle.

* Avancer toujours plus loin.

Lecture : Romains15:14-26 “ j'espère vous voir en passant, quand je me rendrai en Espagne, et y être accompagné par vous, après que j'aurai satisfait en partie mon désir de me trouver chez vous”.

L’apôtre Paul avait déjà évangélisé bon nombre de pays dans le pourtour nord du bassin méditerranéen et il envisagait d’aller encore plus loin : l’Espagne, qui était aux extrémités du monde connu d’alors.

Lorsque nous marchons nous regardons au loin tout en regardant au près afin de ne pas heurter quelques obstacles. Dans notre vie nous devons faire de même, regarder au près et au loin tout en désirant aller toujours plus loin.

Lorsque le semeur sème sa semence, il ne s’attend pas à la voir pousser le jour même, mais il regarde à l’avenir espérant une bonne récolte, ce que nous disons et faisons aujourd’hui aura sa répercussion dans l’avenir.

Prenons un autre exemple, celui de David voulant construire le temple, Dieu lui apprend que ce n’est pas lui qui le construira mais son fils, toutefois il prépare cet avenir en accumulant tous les matériaux nécessaires à sa construction.

Prévoyons l’avenir avec Dieu.

1Rois20:11 “ Et le roi d'Israël répondit: Que celui qui revêt une armure ne se glorifie pas comme celui qui la dépose! “

Certains ont fini leur course et en connaissent la fin, mais nous que savons si notre projet aboutira, aussi plaçons notre confiance en Dieu et non en nous mêmes car nos cœurs nous illusionnent parfois et nous fait que croire que tout réussira, remettons plutôt tout entre les mains de Dieu.

Prévoyons l’avenir de Dieu. C’est à dire, entrons dans la volonté de Dieu pour chacune de nos vies, sachant que le Seigneur nous a sauvés pour le servir et qu’Il a même préparé pour nos des œuvres bonnes afin que nous les pratiquions.

Que ce soit pour nos vies ou l’église il nous faut aller et regarder toujours plus loin, tout en remettant toutes choses entre les mains de Dieu, en lui soumettant nos projets et entrant dans les siens.

Avançons toujours plus, nous avons fait déjà des progrès, l’église a déjà fait déjà du bon travail, mais avançons encore plus en pleine eau pour y jeter nos filets.

Que Le Seigneur Jésus vous comble de ses grâces.

0 commentaire