Avoir l'Esprit de Dieu

Avoir l'Esprit de Dieu

Cher Pasteur,

Dans sa première épître aux Corinthiens, l'apôtre Paul, prodiguant ses conseils aux veuves, prend le soin d'ajouter : "Et moi aussi, je crois avoir l'Esprit de Dieu" (1 Co. 7.40).

Nous avons tous l'ardent désir d'être conduits par Dieu, de transmettre un authentique message venu de Dieu, bref, que nos paroles soient le reflet de la pensée de Dieu. Que voilà donc une saine et sainte aspiration !

Je suis convaincu que Dieu a différents moyens pour nous conduire et nous faire connaître sa pensée. Dans certains cas exceptionnels, il peut nous envoyer un ange pour nous parler (Da. 10.4-21 ; Luc 1.26-38) ; il peut nous parler par une voix audible, ou par des visions, ce qui semble être le cas pour le prophète Ézéchiel : "La parole de l'Éternel me fut adressée en ces mots…" (Éz. 1.28 à 2. 2 ; 6.1 etc.) ; par ailleurs, les dons spirituels d'expression sont également un moyen par lequel Dieu nous parle.

Mais il semble bien que lorsque Paul affirme croire, "lui aussi, avoir l'Esprit de Dieu", afin de donner du poids à ses conseils, il ne s'agisse d'aucun de ces moyens cités plus haut. Mais avant d'examiner plus attentivement le sens de son propos, ouvrons une petite parenthèse.

Le fait qu'il dise : "Et moi aussi, je crois…" laisse supposer que d'autres que lui auraient cette prétention, qu'il ne fût pas prêt à reconnaître comme vraie. Et cela nous amène à considérer toutes ces personnes hyperspirituelles qui ne fonctionnent qu'à coups de révélations, de visions, de songes, provenant la plupart du temps de leur imagination débridée. Ce sentimentalisme exacerbé a malheureusement contribué, dans certains milieux, à donner l'impression qu'on ne peut être conduit par Dieu, ou transmettre une pensée conforme à la volonté de Dieu, que par des moyens spectaculaires et miraculeux.

C'est là que l'apôtre nous apporte une bouffée d'air frais : "Avoir l'Esprit de Dieu", c'est comprendre le sens profond de ce qu'il affirme ailleurs :

"… ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi" (Gal. 2.20).

Parle-t-il là d'une substitution de personnalités ? Veut-il dire que sa propre individualité est annihilée au profit de celle du Christ ? Loin de là ! Car c'est ainsi qu'il exprime la merveilleuse transformation que le Saint-Esprit opère dans le chrétien fidèle :

"Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait." (Rom. 12.2)

"Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit." (2 Co. 3.18)

Bien loin de se sentir infaillible, le serviteur de Dieu qui a longtemps vécu dans la communion intime de son Seigneur a acquis une mentalité, une manière de penser renouvelées, en accord avec la pensée de Dieu, qui lui permettent de conseiller utilement, sans toutefois se poser en oracle divin, avec la conscience aiguë que "moi aussi, je crois avoir l'Esprit de Dieu".

0 commentaire