Brebis sans berger

Brebis sans berger

"Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu'elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n'ont point de berger." (Matt. 9.36)

Jésus sent son cœur se serrer devant l'immense besoin de tous ces gens devant lui. Il perçoit cette foule comme languissante et abattue. Pourtant aucun signe extérieur ne la distingue du commun des mortels. Il voit ces gens comme des brebis sans berger. Il sait que les brebis ont besoin d'un berger, car le berger signifie pour elles la sécurité, la nourriture et le repos assurés. Bien sûr, Jésus ne pense pas à leur situation matérielle, mais à leur état spirituel. N'a-t-il pas déclaré être le Bon Berger, venu pour que les brebis aient la vie et qu'elles soient dans l'abondance ? N'a-t-il pas évoqué le voleur qui ne vient que pour dérober, égorger et détruire les brebis, ainsi que le loup qui les ravit et les disperse ? (Jn. 10.10-18)

Jésus, le Bon Berger venu donner sa vie pour sauver les brebis, sait bien que Satan, l'Ennemi, fait de terribles ravages parmi les hommes, et que lui seul, le Fils de Dieu, a le pouvoir de les délivrer des liens du péché qui les rend languissants et abattus. C'est aussi lui qui dira :

"Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main." (Jn. 10.27-28).

L'abondance dont Jésus parle peut être ou ne pas être matérielle. Dieu sait pourvoir à nos besoins (Matt. 6.31-33), mais d'une manière équilibrée, comme l'exprime Agur :

"Ne me donne ni pauvreté, ni richesse, accorde-moi le pain qui m'est nécessaire. De peur que, dans l'abondance, je ne te renie et ne dise : Qui est l'Éternel ? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, et ne m'attaque au nom de mon Dieu." (Pr. 30.8-9).

Dieu nous veut dans l'abondance, mais il veut aussi que nous sachions la gérer, et pour cela, il désire pour nous l'abondance spirituelle :

"Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l'état de ton âme." (3 Jn. 2)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • sophiemarie Il y a 10 années, 6 mois

    Amen mon Jésus, mon berger merci pour ta grâce imméritée qui me permet de prospérer sans m'inquiéter du lendemain. Je crois et je confesse que tu sais pourvoir à mes besoins et que avec toi je vis dans l'abondance avec le pain nécessaire que tu m'accordes. Merci seigneur je t'aime et je te loue de ton mon coeur. Au nom de Jésus Amen