Cet homme blasphème !

Cet homme blasphème !

Lecture : Matthieu 9:1-8.

Parler du péché, même du temps de Jésus, même dans un pays dans lequel la religion est omniprésente, est une chose difficile. Personne, en effet, n'est spontanément porté à se reconnaître pécheur.

À notre époque, c'est encore pire. En effet, le fait de reconnaître son péché, force à admettre qu'il existe une loi, et donc un législateur qui nous est supérieur, et à qui nous devons obéissance et soumission. Dans notre beau pays de France, et sans doute ailleurs également, les citoyens se veulent libres d'agir à leur guise, et n'acceptent généralement de respecter une loi, le code de la route par exemple, que lorsque la peur du gendarme les étreint. Ils savent inventer toute sorte d'outils électroniques ou informatiques pour pouvoir se permettre de rouler à tombeau ouvert en toute impunité. Un des candidats aux dernières élections présidentielles a même fait campagne sur le thème : « France, la belle, la rebelle ».

Force nous est cependant de reconnaître que Dieu a créé le monde avec des règles. Leur respect seul peut assurer le bon fonctionnement de l'ensemble. Cette création fantastique, extraordinaire, est d'ailleurs en grand danger, parce que notre monde civilisé consomme ses ressources et pollue son environnement, sans se soucier de l'ordre donné jadis par Dieu à Adam de cultiver et de garder le jardin (Genèse 2:15). Les ordres donnés par Dieu à Moïse sont plus qu'un code de bonne conduite. Premièrement, ils représentent la personnalité de Dieu, son essence même. Ainsi, lorsque Dieu nous ordonne de nous aimer et de l'aimer, il nous révèle qu'il est lui-même amour (I Jean 4:8). Secondement ils nous ont été donnés, non pour nous brimer, mais pour nous permettre de vivre heureux (Deutéronome 6:24).

Aucun homme ne peut vivre sans transgresser la loi divine. Aucun homme ne peut se passer du pardon que Dieu veut lui accorder. C'est la raison pour laquelle Jésus affirme au paralysé : « Tes péchés te sont pardonnés » (Matthieu 9:2). Il démontre ensuite qu'il a l'autorité et la puissance nécessaires pour faire ce qu'il dit : le paralysé marche …

Aujourd'hui encore, Jésus pardonne le péché, le tien, le mien, celui de tous ceux qui viennent à lui avec foi. Il est également celui qui guérit de toute infirmité, spirituelle, morale ou physique. Rien ne lui est impossible. Comme les foules présentes ce jour là, rendons gloire à Dieu pour son amour et sa compassion à l'égard des pauvres pécheurs que nous sommes.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

5 commentaires
  • DominicroiT Il y a 6 années, 7 mois

    Dieu est un Dieu d'ordre ...et d'Amour !
  • mimi37 Il y a 6 années, 7 mois

    Merci Jean-Michel pour ton beau texte. Que le Saint-Esprit puisse nous convaincre de péché, de jugement et de justice et que par la repentance nous abandonnions nos péchés pour suivre Jésus, lui qui est le chemin, la vérité et la vie. Ta petite en Christ Dominique Dumond
  • Eveline Simonnet Bénévole du Top Il y a 6 années, 7 mois

    Aucun homme ne peut vivre sans transgresser la loi divine ! Hélas.... ! d'où ce besoin de "purification" qui nous habite. Lorsque nous nous sentons lourds, tristes, opprimés, dépressifs, agressifs, perdus, tout notre corps, notre âme, sont en manque de la Présence Divine, ils crient famine. Laissons ce besoin de purification nous envahir, comme une source de jouvence, pour notre plus grand bien. * Merci Seigneur de bien vouloir me purifier, sans cesse, J'AI BESOIN DE TOI.
  • Afficher tous les 5 commentaires