Comme un arbre

Comme un arbre

Béni soit l’homme qui se confie dans l’Eternel,
et dont l’Eternel est l’espérance !
Il est comme un arbre planté près des eaux
,
et qui étend ses racines vers le courant ;
il n’aperçoit point la chaleur quand elle vient,
et son feuillage reste vert ;
dans l’année de la sécheresse, il n’a point de crainte,
et il ne cesse de porter du fruit.
Jérémie 17:7-8


Quoi de plus simple et de plus complexe à la fois que la vie d’un arbre ?

Une minuscule graine qui pousse, pousse pour devenir arbre immense, vivre des décennies et mourir en bois utile. La vie de l’arbre est un exemple pour le chrétien.

Né d’une simple et si petite chose, une graine, voici le germe qui commence sa progression d’un côté vers le soleil et de l’autre dans les profondeurs de la terre. Le germe passe, pousse et grandit, traversant la sombre et douce terre, évitant les pierres dures et un jour … Miracle, le germe, petite pousse verte, sort son bout de nez plein d’espoir hors du sol, à la lumière chaleureuse du soleil. La graine du royaume de Dieu a germé dans notre coeur et ce germe, c’est le début de notre vie et de notre relation avec Dieu.

De cette fine tige se déploient quelques feuilles qui, dès leur naissance, présentent leurs « mains » vers le ciel comme pour remercier Dieu pour la lumière et la pluie. Chaque jour le germe devenu plante prend de l’assurance et monte vers l’azur pour mieux étendre ses membres en vue du ciel. La plante se fortifie et la simple tige devient, petit à petit, tronc stable et solide pour porter des branches toujours plus hautes qui portent, elles-mêmes, les feuilles et les fruits. De la même manière, on avance avec notre créateur, le louant pour celui que nous sommes et son amour qui nous transforme et nous fortifie.

Pour tenir cet échafaudage toujours plus imposant, le petit germe a produit des filaments qui avec le temps sont devenus de solides racines. Les racines donnent la stabilité à l’arbre. La stabilité physique par son étendu sur et dans le sol tel un pied large et immobile. Une stabilité de vie car c’est par les racines que l’arbre s’abreuve et se nourrit pour gagner en force et en santé. Nos racines d’enfants de Dieu, nous les plongeons dans Sa Parole et notre foi s’affermit sur le Rocher qu’est Christ.

Toute sa vie, l’arbre va grandir et se fortifier en tendant ses branches en louange vers Dieu. La sécheresse, le froid, les intempéries pourront l’affaiblir et le malmener mais l’arbre reste toujours le pied bien ancré dans le sol et les branches bien tendues vers le ciel.

Comme l’arbre apprenons à plonger nos racines dans la terre nourricière de la Parole de Dieu et étendons chaque jour un peu plus nos membres vers Dieu, tels des branches et des feuilles vers le ciel d’où nous viennent la pluie et la lumière de l’Esprit de Dieu. Ayons un tronc solide, une foi ferme prêt à affronter toutes les intempéries et continuons de faire couler dans nos coeurs et nos veines la vie de Christ et l’amour de Dieu pour produire de belles fleurs et de bons fruits à partager autour de nous.

Quelle belle image que cet arbre en bonne santé qui produit des fleurs et des fruits d’où sortiront des graines et le cycle se perpétuera pour que naissent de nouveaux arbres. Les fleurs et les fruits de l’arbre vont nourrir une multitude d’animaux, d’insectes et d’autres végétaux. L’arbre les offre pour prendre soin de ces autres êtres qui vivent autour de lui. Il donnera chaque année plus ou moins selon sa force.

L’arbre est aussi un soutien pour ses contemporains. L’arbre accueille les promesses gravées des amoureux et, silencieusement, il se réjouit de leur bonheur. Il recueille patiemment les larmes des âmes en peine et étrangement, le coeur en ressort apaisé comme si l’arbre avait compris et consolé. L’arbre n’est pas le consolateur, il est un frère de la création, il est comme un canal entre le ciel et la terre.

Soyons comme lui un canal entre Dieu et nos pairs. Soyons, comme l’arbre, un ami pour accueillir les joies de nos pairs et des soutiens pour recueillir les peines et les larmes de nos proches qui en ont besoin.

Toute sa vie, l’arbre sert son créateur et même au-delà de sa mort. Lorsqu’on coupe un arbre, son bois nous sert à nous chauffer ou à construire nos maisons. On en fait aussi du papier pour transcrire notre savoir, nos connaissances ou simplement pour laisser une trace de notre passage sur terre.

Qu’après notre mort sur cette terre, nous ayons laissé une trace de bénédictions pour tous et que nous ayons pu aider et accompagner les autres à se construire. Et que toute notre vie et le souvenir qu’on en laisse soit un témoignage de notre vie, de notre amour et de notre relation intime avec notre créateur.

Job 14:7 Un arbre a de l’espérance : Quand on le coupe, il repousse, il produit encore des rejetons.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

15 commentaires