Comment allez-vous?

Comment allez-vous?

Formule banale de salutation à laquelle on répond de façon tout aussi banale : généralement on lance un " ça va merci " ou " ça va on fait aller " ou encore " très bien merci " (formule brevetée encore plus efficace pour éviter de rentrer dans le dialogue. On peut aussi répondre : " Et toi comment tu vas ? " ça laisse le temps de chercher une réponse ou de ne pas répondre… Il y a même des variantes subtiles comme " si j’enlève tout ce qui ne va pas et que je garde seulement ce qui va , alors ça va ! " ou " j’ai 10 raisons d’aller mal mais j’en ai 10 000 d’aller bien, alors ça va ! ". Et on passe à un autre sujet ou on se dépêche de sortir de l’endroit dans lequel on se trouve, tête baissée pour ne pas croiser un regard qui pourrait stopper notre fuite.

En fait, même si cela ne va pas si bien que ça , on ne veut pas ennuyer les autres avec nos histoires personnelles. On se dit que cela ne les regarde pas, cela ne les intéresse pas d’ailleurs. Et puis " les autres ", peuvent-t-ils vraiment nous aider de toute façon ?

Alors que j’étais encore jeune marié, quand je rentrais le soir, préoccupé, et que mon épouse me posait cette question, " ça va mon chéri ? ", je répondais parfois, un soupir dans la voix, ou bien le visage verrouillé : " ça va ! " et elle de rajouter, peu convaincue : " tu es sur que ça va ? ". Alors s’engageait un bras de fer terrible entre ma fierté d’homme de faire comme si tout allait bien et mon envie de lui partager mon mal-être du moment.

Et quand la digue de ma fierté finissait par céder, je finissais par partager ce qui me tracassais ou me contrariais. La conversation terminée, je me faisais cette réflexion en moi-même : pourquoi je ne me suis pas livré plus tôt ? Je me sens tellement mieux maintenant ! La parole est libératrice.

Ces trois mots " comment tu vas ? " font écho à trois autres mots : " je t’aime ". C’est parce que l’on aime que l’on s’inquiète pour cet autre que Dieu a mis un jour sur notre route.  

Suppose que ce soit Dieu qui aujourd’hui, te pose cette question ? Est-ce que tout va vraiment bien pour toi ? Es-tu heureux, sans crainte de l’avenir, sans crainte de l’au-delà ?
Tu ne peux pas te dérober par une réponse vague, polie ou une pirouette de langage. Tu peux toujours quitter la pièce où tu es, Dieu est encore là.

Dieu qui t’interpelle, que tu sois petit ou plus grand, que tu ai la foi ou que tu cherches encore un sens à ta vie, Dieu qui t’interpelle ne se laisse pas tromper et te dit : "  tu es sûr que ça va ? "

Si tout va bien alors dis-le lui, mieux : crie-le lui, chante-le lui..

Et si tout va mal dis-le lui aussi, dans le secret de ton cœur apporte-lui ta situation, ton problème, tes peurs, tes hontes et compte sur lui pour mettre de l’ordre dans ton cœur et dans ta vie.

Sache que Dieu va continuer à te poser cette question jusqu’à ce que tu lui réponde, car il t’aime et il ne se désespère jamais de toi.

En partenariat avec : www.famillejetaime.com



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

Merci, sincèrement merci...

Merci car c’est grâce à vous que le TopChrétien et ses contenus existent et sont disponibles gratuitement. Grâce à vous qui priez... qui nous soutenez... qui utilisez nos services... Nous vous aimons et prions que Dieu vous bénisse en toute chose !

David Nolent, Directeur du TopChrétien et son équipe

 

3 commentaires