La pauvre veuve

La pauvre veuve

Jésus est assis dans le temple devant le tronc. Il observe. Il regarde cette pauvre veuve qui y met tout ce qu’elle a.

Ce que Jésus voit au premier regard, ce sont les hommes religieux qui donnent de leur superflu (beaucoup, car ils sont riches). Il voit aussi la pauvre veuve. Il dit en Marc 12.42 « Elle a mis deux petites pièces, toute une somme ». Les hommes riches donnaient leur superflu. Elle donnait son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre. Le statut social des veuves de l’époque était misérable. Elles n’avaient aucune aide de l'État. 

Souvenons-nous que le Seigneur regarde au cœur, et qu’il connaît exactement nos motivations.

Examinons nos cœurs devant lui, et humilions-nous pour toutes les fois où nous avons regardé aux apparences. Nous avons jugé sévèrement nos frères. Peut-être ne venaient-ils pas assez souvent aux réunions d’Église ? Cependant, souvent, à leur place discrète, ils servent le Seigneur. Que d’attentions pour la pauvre brebis blessée. Et Jésus se réjouit de cette attitude.

Sais-tu consoler celui ou celle qui vient de subir un deuil cruel ? Apportes-tu à tous ceux qui passent par l’épreuve une parole d’encouragement. À la jeune maman solo, souvent débordée, qui aurait besoin de soins particuliers.

Une chrétienne venait visiter une jeune maman de trois enfants, débordée, qui n’avait pas le temps de lire sa bible et de prier. Elle a pris l’habitude de s’occuper des enfants pour que notre jeune maman puisse s’isoler et passer des temps bénis avec le Seigneur, et se fortifier.

Et cette grand-mère isolée dans un coin perdu du Far-West, et qui n’avait pas la possibilité de se rendre souvent à l’Église. Mais là, dans cet endroit, elle cherchait à répandre la bonne odeur de Christ.. Elle faisait le dîner tous les soirs pour les 7 garçons d’une femme seule, dont elle était voisine, et qui devait travailler tard pour nourrir sa famille. Quel beau geste !

Cessons de regarder à ce qui frappe les yeux. Ayons le cœur rempli de l’amour de notre Sauveur pour voir ce que les cœurs durs et insensibles ne peuvent soupçonner, toutes les peines ou les fardeaux qui chargent nos prochains.

C’est une exhortation. Et je m’inclus dans le lot. Donne-nous, Seigneur, de te servir humblement tous les jours de notre vie. Que l’on soit vu ou reconnu, peu importe.. Ce qui compte, c’est que, comme la pauvre veuve du récit de l’Évangile, nous mettions tout notre cœur à servir le Roi des rois au travers de nos frères. Courage.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires