De la compassion à l'action

Mathieu 20 verset 34 : "  Emu de compassion, Jésus toucha leurs yeux ; et aussitôt ils recouvrèrent la vue, et le suivirent ".

La détresse nous environne. Elle peut être physique, psychologique ou spirituelle. Face à elle, nous avons plusieurs choix : l’indifférence, la fuite ou la compassion. Qu’est-ce-que la compassion ? C’est ressentir la douleur de l’autre et être poussé à y remédier. Jésus, lui-même, fut à plusieurs reprises, ému de compassion et cela l’a amené à agir (Marc 6 verset 34, Luc 7 verset 13…). Il prend en compte la détresse de chaque individu de manière spécifique. Nous sommes aussi appelées à discerner en fonction de la situation rencontrée quel type d’action mener.

Face à une détresse matérielle, c’est pourvoir aux besoins de notre prochain, en lui fournissant ce dont il a besoin pour vivre (Jacques 2 versets 15-16). Dans d’autres situations, si l’épreuve que vit la personne peut résulter de ses mauvais choix ou de son péché, ce n’est pas toujours le cas. Alors, renonçons à toujours donner une explication à la souffrance. Cela peut parfois, au contraire, attiser la douleur. C’est ce qu’ont fait les amis de Job, qui ont été repris par Dieu.

Face à de grandes détresses, l’action prend une toute autre forme. Elle consiste surtout à écouter activement, avec tout son être, la personne en souffrance. Lui offrir une présence entière et lui donner une pleine liberté d’exprimer sa peine, sans a priori, c’est respecter sa douleur. Nous sommes uniques et notre histoire personnelle est comme une toile de résonance. De ce fait, nous vivons de manière différente, les expériences douloureuses de la vie. C’est pour cette raison que comparer ou quantifier la souffrance de l’autre, ne nous appartient pas. Dieu nous appelle à consoler ceux qui sont abattus (1 Thessaloniciens 5 verset 14) à apporter un soutien actif et efficace. Il nous rend capables pour cela, à travers notre propre expérience (2 corinthiens 1 versets 3-4). Notre rôle est de conduire ceux qui souffrent à établir, par la prière et l’obéissance, une relation plus profonde avec leur créateur. Ils y trouveront une nouvelle révélation de sa personne et de son amour, une consolation et une espérance vivifiante en lui (Job 42 verset 5).

UNE REFLEXION : Comment aider les personnes de mon entourage qui souffrent, de manière adaptée ?



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

8 commentaires
  • louisette Il y a 9 années, 6 mois

    Merci à tous pour vos prières. soyez bénis et restauré en retour dans le Nom de Jésus Christ.
  • parade Il y a 9 années, 6 mois

    Je compatis avec cette soeur qui a perdu ses trois frères..surtout si ses frères étaient très prôches , la douleur est plus grande ..c"est pareil à un ou des ami(es) qui nous laissent tomber..la douleur devient plus grande..mais heureusement qu"il Y a "Jésus " , Lui je peux tout Lui dire ...quand on souffre ,on a juste besoin que la personne nous écoute et est attentive à ce que l"on vit..Juste sa présence nous réconforte et fait que l"autre respecte nos dires...sans se poser en juge ...c"est cela "de la compasion en action" .Laisser parlé l"autre qui souffre..respecter sa douleur...!
  • danyomkil Il y a 9 années, 6 mois

    Merci seigneur pour cette pensée qui me touche et me montre combien les compassions de dieu dans ma vie ont toujours été grandes Aide moi seigneur à user de compassion envers mon prochain sans aucun jugement soyez tous benis mes freres et soeurs dans l'amour de dieu le pere et de jesus chrst notre redempteur Amèn
  • Afficher tous les 8 commentaires