Dieu, dans sa sagesse, n’a heureusement pas donné de barbe aux femmes

Dieu, dans sa sagesse, n’a heureusement pas donné de barbe aux femmes

C’est la conclusion à laquelle est arrivée un père de famille.
Pour je ne sais plus quelles raisons il avait dû remplacer la maman à la maison,
ce qui ne lui laissait même plus de temps pour se raser…

J’ai souvent pensé à cette phrase pleine d’humour.
En tant qu’épouse, maman, institutrice, animatrice de groupes d’étude biblique pour enfants, maîtresse de maison, où aurais-je pris le temps de me raser ?
Car en plus de tout cela, pour garder l’équilibre,
il ne fallait pas négliger la vie personnelle, culturelle, artistique.

Chacun de ces aspects demande un engagement fort,
beaucoup de temps, de la disponibilité, de l’énergie.
Tout cela  s’enchaîne, se croise parfois, se superpose souvent,
avec en prime un sentiment de grande frustration.
Insatisfaction et culpabilité ne sont jamais loin des pensées du genre :
tu pourrais faire mieux, si tu y consacrais plus de temps.

En chacune de nous traîne un idéal de perfection,
d’harmonie, de réussite totale et à coup sûr.
Cela relève de l’utopie, d’un désir de toute-puissance
qui n’est pas du ressort de notre statut de créature.
Par contre, ce qui est dans nos possibilités
c’est de compter sur l’intervention de Dieu.
Lui seul a le moyen de changer en bien ce qui est ou nous semble raté.
A notre niveau, tendons vers la perfection tout en acceptant humblement l’imperfection.

Je suis maintenant à la retraite, je n’ai plus d’enfants à la maison, je laisse à des plus jeunes le soin de préparer des études bibliques pour les enfants.
Bref, j’ai du temps (j’en aurais même pour me raser…si, si…)
Avec du recul, je me rends compte que ce qui me semblait tellement imparfait, renfermait en fait de nombreux moments de bonheur pour et avec les enfants, les élèves, les collègues, les amis...

Ce qui compte, ce n’est pas tant  la perfection que l’amour et le respect.
Les enfants et même les adultes nous pardonnent l’erreur et l’imperfection
s’il y a l’amour et la justice.

Dieu, dans sa sagesse, ne multiplie pas ses exigences envers nous.

Jésus nous l’a confirmé :
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme  et de toute ta pensée…
Tu aimeras ton prochain comme toi-même… Tout ce qu’enseignent la loi et les prophètes est contenu dans ces deux commandements. Matthieu 22/37-40

en partenariat avec : www.famillejetaime.com

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

👓  En cette période de crise : Change ton regard ! Regarde cette vidéo puis partage-la largement autour de toi ! #Changetonregard ❤️

1 commentaire