Dieu est-il jaloux ?

Dieu est-il jaloux ?

Question d'un Internaute : "La jalousie étant généralement considérée comme un défaut, comment Dieu peut-il être jaloux ?"

Le lecteur assidu de la Bible n'aura pas manqué de remarquer que ce sentiment de jalousie est, au fil de ses pages, attribué une dizaine de fois à Dieu, comme dans le texte ci-après :

"Croyez-vous que l'Écriture parle en vain ? C'est avec jalousie que Dieu chérit l'esprit qu'il a fait habiter en nous. " (Ja 4.5)

Cela peut sembler étonnant. Mais comment définir exactement la jalousie ?. Voici ce qu'en dit le dictionnaire Larousse :

Jalousie :

1. Sentiment d'inquiétude douloureuse chez quelqu'un qui éprouve un désir de possession exclusive envers la personne aimée et qui craint son éventuelle infidélité.

2. Dépit envieux ressenti à la vue des avantages d'autrui.

Ces deux définitions d'un même mot peuvent expliquer pourquoi Dieu peut déclarer :

"… moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux" (Ex 20.5 ; Deut 5.9)

Car nous découvrons que la première définition du mot jalousie s'applique parfaitement à Dieu : Dieu nous aime d'un amour sans bornes ; il nous veut pour lui, car il sait que c'est la seule condition de notre vrai bonheur ; il connaît aussi notre promptitude à lui être infidèles.

Paul va éprouver ce même sentiment à l'égard des Corinthiens :

"Car je suis jaloux de vous d'une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure." (2Co 11.2).

La seconde définition est nettement moins glorieuse : "dépit envieux". Ce sentiment n'est absolument pas compatible avec le caractère de Dieu. Par contre, il n'est pas rare chez les humains que nous sommes ! En norvégien, le mot "envie" dans ce sens (différent de "avoir envie de", qui signifie "désirer"), se dit "misunnelse" qui pourrait se traduire étymologiquement par "souhait malveillant". La jalousie prise dans ce sens fait partie des œuvres de la chair dans l'épître aux Galates (Gal 5.19-21). Elle est souvent présente chez le chrétien charnel :

"En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme ? " (1Co 3.3).

Remarquons en passant que la jalousie est ici étroitement associée aux disputes, parce qu'elle les engendre fréquemment.

Pour revenir à la première définition, il est tout à fait naturel, par exemple, qu'un conjoint trompé éprouve un sentiment de jalousie. Le contraire serait un signe d'indifférence. Cependant il arrive que la jalousie soit totalement injustifiée, et prenne des proportions absolument dévastatrices. Sa source se trouve alors souvent dans un sentiment d'infériorité, entraînant une mauvaise image de soi.

Et cela demande un travail de guérison intérieure que je ne puis aborder dans ce court article.

(Rediffusion TL – La jalousie de Dieu - 919)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire