Dix clefs pour atteindre la jeunesse adolescente

Dix clefs pour atteindre la jeunesse adolescente

1 Corinthiens 9:22-23 « J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l’Evangile, afin d’y avoir part. »

 

La population adolescente – tranche d’âge entre 13 et 17 ans - est la moins représentée dans nos églises. Les adolescents sont quatre fois moins nombreux que les 18-30 ans… Parmi les enfants de ceux qui fréquentent nos églises, seuls 12% des jeunes de moins de 18 ans assistent aux réunions. Pire encore,10% de ces jeunes seulement continuent d'aller à l'église une fois adultes 

Beaucoup d’adolescents luttent contre la solitude. Souffrant de l’indifférence, ils se dévalorisent. Leurs sentiments se mêlent entre la confusion, la colère et le mal-être. Ils sont partagés entre le désir de conserver leur image d’enfant, et celui d’incorporer le monde des adultes Leurs changements psychologiques et morphologiques sont tels que les atteindre n’est pas chose aisée !

Une récente statistique montre que:

- 85% des personnes qui viennent au Christ, le font avant l'âge de 18 ans.

- Près de 50% de la population du monde a moins de 25 ans. Dans la plupart des pays en voie de développement, 50% de la population n’a pas 15 ans.

- 3.5 milliards des personnes sur notre planète ont moins de 20 ans.

Compte tenu des statistiques actuelles, combien de ces jeunes auront l’occasion de se tourner vers leur Sauveur ? 

Le pasteur Ron Hutchcraft dit : « Les jeunes sont tourmentés par la solitude, saturés par le sexe, fascinés avec le côté noir du surnaturel et susceptibles de suicide. Nous ne pouvons pas les abandonner. »

 « Dix points définissent cette génération. D'abord : La solitude est profondément ancrée en eux. Ils sont à la maison seuls, élevés par leur musique, par la télévision, par les jeux vidéo. Ils feront n'importe quoi pour obtenir un sentiment affectueux, même pour une seule nuit. Beaucoup de ce qui constitue leur sexualité n'est pas qu’un sentiment biologique. C’est leur envie d’intimité, se sentir près de quelqu'un pendant quelques minutes. » (Amsterdam 2000).

Paul nous donne quelques finesses pour les gagner à Christ. Il écrit, « J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns. Je fais tout à cause de l’Evangile, afin d’y avoir part. »

1. Paul a su identifier l’ampleur des besoins des adolescents.

Nous avons besoin d’apprendre comment les écouter ; ainsi nous pourrons découvrir de quelle manière les jeunes d'aujourd'hui expriment leur grand besoin d’affection. Il ne faut pas se contenter de s’intéresser « à la tête » sans satisfaire les besoins du cœur des jeunes.

Paul a écrit, « ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance. » (1 Cor. 2:4)

Un trop grand nombre d’entre nous parlent beaucoup, mais ne font pas l’effort d’écouter et de ressentir la douleur des adolescents. Le jeune n’a pas besoin que l’adulte lui parle de son expérience ; il souhaite plutôt l’entendre parler de sentiments, afin de se sentir compris. Beaucoup de jeunes sont arrêtés par la superficialité cruelle des adultes, qui ne sont pas disposés à s’identifier à leurs maux, luttes et espérances émotives latentes.

Apprenons à être compatissants dans nos interventions, de sorte que nous exprimions la sympathie et la bonté à ceux qui le désirent ardemment. Pour être touché, celui qui souffre doit ressentir beaucoup d’amour, ainsi que le fait qu’on l’accepte tel qu’il est.
Demandons au Seigneur la sagesse, la passion et la communication afin de pouvoir parler au cœur des jeunes.

2. Paul a trouvé des moyens non religieux pour s’adapter à son auditoire.

Les jeunes veulent savoir si nous savons parler leur langue. Ils sont intéressés de savoir si nous pouvons nous identifier à leur niveau et à leur cadre culturel. Il n’est bien entendu pas question d’employer un langage vulgaire ou grossier, mais plutôt de savoir s’adapter à un état d’esprit qui est différent du nôtre. Ayons l’humilité d’apprendre - en observant les frères qui ont déjà eu du succès auprès de la jeunesse - comment parler aux jeunes de manière à leur faire comprendre les bases de la vie chrétienne.


3. Paul a utilisé la personnalité et les dons que Dieu lui avait donnés pour atteindre ses contemporains.

Ne pensons pas que nous devons « être quelqu’un d’autre ». Il faut au contraire éviter les masques, car les adolescents ne sont pas dupes. Laissons la vérité de Dieu, l’amour et la grâce se manifester au travers de la personnalité qu'Il nous a donnée.


4. Paul prierait pour la jeunesse d'aujourd'hui de manière à vivre intensément ses besoins spirituels.

Seuls ceux qui entretiennent une vie de prière intense et régulière peuvent s’occuper de la jeunesse avec la puissance de la main de Dieu. Ne pensons pas pouvoir atteindre les adolescents que Dieu nous a confiés sans passer du temps dans la prière pour chaque jeune individuellement.

Paul a écrit, « Qu’est-ce donc qu’Apollos, et qu’est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l’a donné à chacun. J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître» (1 Cor. 3:5,6)


5. Aujourd’hui, Paul exprimerait sa passion pour la jeunesse par une intensité qui résonnerait avec ses propres soucis et émotions.

On ne peut travailler parmi les jeunes sans être passionné. Les adultes aiment travailler objectivement, sans permettre à des sentiments subjectifs d'entraver leurs affaires ; mais les adolescents ne conçoivent pas leurs relations de cette manière.

Nous n’avons pas nécessairement à être amusants ou populaires. Si l’on est passionné au sujet de ce que l’on communique, les adolescents seront forcément marqués.

Tous les communicateurs de jeunesse à la radio (Fun Radio, NRJ et autres radios en vogue) et à la télévision produisent des hommes et des femmes qui savent parler à nos ados et les intéresser … A nous d’avoir le feu de Dieu pour leur communiquer l’évangile.

6. Paul a parlé du sens éternel de la vie, de l'espoir et de l'inspiration.

Les jeunes pensent souvent que la vie n’est pas juste ; pour certains, la vie n’a même pas de raison d’être, et ils se demandent ce qu’ils font sur terre.

Quand ils ne trouvent pas de réponses appropriées ils se tournent vers toutes sortes d'habitudes destructrices comme les drogues, le sexe ou différentes poursuites avides. Paul, à la différence, a écrit, « …car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder mon dépôt jusqu’à ce jour-là. » (2 Tim.1:12)

Paul savait que Dieu donne, en Christ, la satisfaction, le but de la vie terrestre, et l’éternel espoir – choses qui rendent la vie intéressante à vivre.


Paul a communiqué cette certitude à Timothée, l’assurant que Dieu lui donnerait tout ce qu’il faudrait pour faire face aux difficultés de la vie.

De même, nous devons apaiser les adolescents, en leur apportant des certitudes.


7. Paul a donné des réponses à ses contemporains par-rapport à leurs difficultés du moment.

La jeunesse veut avoir les réponses aux questions qu’elle se pose aujourd'hui. Elle n’est pas prête à entendre des solutions pour ses problèmes futurs. Paul a écrit, « Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. »

Insistons sur l’importance du ministère de l'Esprit Saint dans la vie de chaque jeune : l’Esprit vient pour soulager, encourager et instruire personnellement chaque croyant au sujet de la puissance de la Parole de Dieu. Aidons les jeunes à développer une vie de dévotion saine où ils puissent utiliser la force, l'inspiration et l'encouragement trouvés dans la puissance de l'Esprit. Paul a écrit, « Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair... Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi. » (Gal. 5:16, 18)


Aidons les jeunes à gagner sur la crainte, et à exercer leur volonté sur les tendances coupables destructrices.


8. Paul est sorti chercher le perdu, celui qui est seul ainsi que la brebis blessée.

Ne pensons pas que les jeunes viendront spontanément dans nos église : à nous de sortir et de les trouver dans leurs champs. À moins que nous quittions les murs de l'église, la plupart des jeunes continueront à mourir.

Demandons au Seigneur de nous donner la sagesse d’aller dans des événements où nous pouvons les rencontrer, échanger sur leur terrain, là où ils se sentent à l'aise. (Pensons aux lieux où Jésus est allé rencontrer la samaritaine, Zachée, Nicodème et d’autres encore).


9. Paul a présenté à ses contemporains une relation personnelle, une communion, au lieu d'un système religieux.

Il a dit, « Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. » (1 Cor 9:19) La jeunesse d'aujourd'hui cherche, dans nos réunions, un contact, des rapports personnels. Aidons les jeunes à trouver Jésus en tant que leur meilleur ami, leur sauveur et leur consolateur.


Montrons-leur combien Jésus est intéressé par tous les aspects de leur vie, même les recoins qui ne sont pas très « beaux ».


10. Paul a apporté le message de l'évangile sous une forme intéressante.

Une des raisons pour laquelle les jeunes achètent les marchandises du diable est le fait que celui-ci utilise « un bon marketing ». A travers les plaisirs de la chair, Satan offre aux jeunes la déception, la culpabilité, les regrets et la mort : il empaquette le tout d’une telle manière qu’ils sont attirés. Nous avons Jésus, qui est le chemin, la vérité et la vie mais nous « n’attirons » pas les jeunes, car souvent nous ne le présentons pas de la bonne manière, et n’apportons qu’un Jésus faible, lointain, et sans attrait. Se pourrait-il que notre « package chrétien » soit trop ennuyeux, trop sec ou non approprié aux normes culturelles des adolescents ?


(NB : Certaines des idées ont été tirées de l’auteur W. Wiersbe, le manuel de Wycliffe de la prédication et prédicateurs, p. 185. Certaines phrases viennent de la rencontre des évangélistes à Amsterdam en l’an 2000)

</c :<>

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires