Esclavage au 21ème siècle: Un défi urgent pour l'Eglise !

Esclavage au 21ème siècle: Un défi urgent pour l'Eglise !

En mai dernier, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a rendu public un rapport estimant qu’il existe aujourd'hui à peu près 27 millions de personnes dans le monde, vivant dans l’esclavage. 

 

Ces chiffres qui ne sont pas contestables, représentent en fait la version basse d’une fourchette qui peut considérablement s’accroître en fonction des critères que l’on fait entrer dans la définition du terme d’«esclave». 

 

On peut en effet y ajouter le chiffre de 20,9 millions de personnes (juin 2012) vivant dans des conditions de travail forcé. C’est à dire se trouvant obligées de travailler de façon inhumaine (selon le droit international du travail défini par l’O.I.T.*) et qui pour des raisons multiples n’ont pas la liberté de cesser leur activité ou d’en choisir une autre. 

 

(NB: Un quart de ces personnes ont moins de 18 ans.)

 

Mais que dire d’autres statistiques plus alarmantes encore qui, en comparaison avec la déclaration universelle des droits de l’enfant, dénoncent le fait que 400 millions d’enfants dans le monde vivent comme des esclaves... !?

 

Quels que soient les chiffres que nous retenions, même en considérant les fourchettes les plus basses, il est un fait historique, politique et économique incontournable qui s’impose à nous: 

 

Il y a aujourd’hui dans le monde, plus d’êtres humains en situation d’esclavage qu’il n’y en a jamais eu dans toute l’histoire de l’humanité ! (notforsalecampaign.org)

 

L’esclavage... Voilà un terme que la plupart d’entre nous croyait relégué aux manuels d’histoire: L’Antiquité et ses peuples soumis, la traite des hommes et femmes d’Afrique passant par l’Europe vers les nouvelles Amériques...! Que de souffrances humaines, de tragédies personnelles pour les victimes et de honte pour les exploiteurs, que nous pensions aujourd’hui éteintes !

 

Et pourtant, voici que ce monstre qui n’avait en fait, jamais vraiment cessé d’exister, réapparaît plus fort que jamais. Quel est son visage aujourd’hui ?

 

L’esclavage «moderne» est multiforme et international. 

 

Il peut représenter des personnes "prisonnières" d’une entreprise, d’un employeur, d’un régime autocratique... qui n’ont aucune liberté de choix par rapport à leur situation  politique, spirituelle, ou économique, ni pour leur logement, ou leur éducation. 

 

Une dimension en croissance constante est celle de l’esclavage et du trafic d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle. De très nombreux enfants en sont les victimes.

 

Un exemple: Une femme politique Koweitienne a demandé sans complexe en mai dernier, le rétablissement en faveur des hommes de son pays, de l’esclavage sexuel pour les jeunes filles prisonnières de guerre, non musulmanes, de plus de 15 ans !

 

Il serait tentant de penser que ces situations concernent seulement des pays en voie de développement ou des dictatures, mais il n’en est rien ! 

Nos pays dits «modernes» et «développés» sont eux aussi frappés par ce phénomène, en utilisant par exemple les services sexuels de personnes déportées de force dans nos rues par des réseaux mafieux. 

 

Sans parler du tourisme sexuel de nombreux de nos concitoyens dans des pays pauvres...

 

Mais aussi quid de la multitude des produits électroniques ou autres, que nous aimons tant, fabriqués par des employés aux conditions de travail dignes de celles des bagnes ou galères d’autrefois ?!

 

Mon point n'est pas de développer ici une pensée politique par rapport à ces faits, mais souvenons-nous qu’entre les 18ème et 19ème siècles, la plupart des pays du monde furent amenés à officiellement abolir l’esclavage en reconnaissant l'universalité des droits inaliénables liés à chaque être humain venant au monde.

 

Pourquoi ?

 

Grandement parce que des hommes et des femmes de foi décidèrent, qu’il n’était plus possible pour des croyants d’accepter de telles situations au regard du message de l’évangile.

 

Des hommes tels que William Wilberforce (Angleterre) se levèrent à cause de leur foi, au mépris de leur vie, de leur carrière et de leur santé pour dirent NON à l’esclavage humain.

 

Leur combat d’abord méprisé face aux grands lobbys de leur époque, prit une ampleur telle que des sociétés toutes entières en furent transformées !

 

Nous connaissons tous le chant chrétien «Amazing grace», hymne international de l’Eglise universelle. Chanté dans toutes les langues, proclamant le rachat des pécheurs par Christ. 

 

Mais savons-nous qu’il a été écrit par un Anglais, John Newton, qui avant de devenir pasteur, fut un trafiquant d’êtres humains ? Touché par la grâce de Christ pour un homme tel que lui, il décida de consacrer sa vie à son Sauveur et à la lutte en faveur de l’abolition de l’esclavage.

 

Que dire aussi du combat de William Booth contre la misère de son pays (Angleterre) qui donna naissance à l’Armée du Salut ?

 

Ces hommes et ces femmes, aujourd’hui morts changèrent la société dans laquelle ils vivaient, et transformèrent durablement les mentalités autour d’eux. Leurs actions réformatrices engendrèrent de puissants réveils religieux dans leurs pays d’origine... 

 

Un rêve ?

 

Il semble que Christ nous interpelle aujourd'hui face, une fois de plus, à la dureté du coeur de l’homme envers son prochain. 

Il y a là plus qu'un problème moral ou éthique, il s'agit d'un problème spirituel !

 

Que répondrons-nous à son appel ? Dirons-nous que nous ne savions pas ? Que nous ne pouvions rien ?

 

Et s'il s’agissait là de l’occasion donnée par Dieu pour nous permettre de vivre enfin un vrai grand réveil spirituel ?

"Puis je me suis mis à regarder toutes les injustices qui se font sous le soleil; et voilà les larmes de ceux à qui ont fait tort, et ils n'ont pas de consolation; et la force est du côté de ceux qui leur font tort et ils n'ont pas de consolateurs." (Ecclésiaste 4:1)
            

 

«Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée; et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux»

(Matthieu 5:13-16)

 

Souvenons-nous de Matthieu 25:31-46 !

 

 

 

(*) Organisation Internationale du Travail

Le livre de Rachel Miquel Dufour est sorti !

A l’heure où le mot « sexe » est utilisé pour vendre tout et n’importe quoi et que beaucoup se posent des questions sur comment aborder le sujet en couple, en famille et même entre amis, Rachel Miquel Dufour nous offre une vision de la sexualité équilibrée, avec un angle novateur… Sexualité et spiritualité pourraient donc être associées (?!). Découvrez "Hourra pour le va-jay-jay" (en partenariat avec Paul et Séphora)

4 commentaires
  • Strasbourgeoise Il y a 6 années, 9 mois

    On est tous esclave de quelque chose et pourtant on est appelé à libérer les captifs ! Quelqu'un a dit dans les commentaires que la seule alternative à cette misère c'est Jésus-Christ. Encore faut -il être le prier et le louer à l'intérieur de nos prisons comme Paul et Silas l'ont fait. Mais dans nos églises combien de chrétiens savent encore ce que c'est que prier? La bible dit que dans les derniers temps les hommes auront l'apparence de la piété mais renieront ce qui en fait la force. Combien sont encore capables d'être offensifs dans la prière, de venir chaque jour à la croix pour réclamer la liberté et les victoires qui nous ont été acquises? C'est pourtant bien le seul chemin, même s'il paraît long parfois, pour sortir de l'esclavage en comptant sur le saint-Esprit pour nous éclairer étapes par étapes. Il y a toujours de l'espoir pour ceux qui se confient en Jésus-Christ!
  • Cérilien Jean-louis Il y a 6 années, 9 mois

    Gloire à Dieu pour ce qu'il fera encore au sein de notre génération.
  • Elisabeth Dugas Équipier du Top Il y a 6 années, 9 mois

    Merci Eric pour ce message. L'eau de rose n'est pas une boisson pour les chrétiens, mais il n'est pas non plus toujours facile de trouver la bonne mesure pour éviter de tomber dans ce qu'on a appelé "l'évangile social". Le chemin ? Toujours le même : écouter d'abord le Saint-Esprit puis agir de tout notre coeur ...
    • K. Victor Amoeny Il y a 6 années, 2 mois

      "On ne peut pas être et avoir été" Une si belle expression! Je l'ai si bien appréciée. Que le Seigneur nous garde. Merci Dominiquedimi! Merci Sermion!
    • Sharmion Il y a 6 années, 2 mois

      Il me semble que vous avez une mère sage. Merci pour ce partage et pour l'expression "on ne peut pas être et avoir été." J'avoue que je ne savais pas comment traduire cette expression. Maintenant, je sais parfaitement. God Bless.
  • Afficher tous les 4 commentaires