Avec 2 mots seulement, vous pouvez redémarrer !

Avec 2 mots seulement, vous pouvez redémarrer !

Il y a quelques temps déjà, je me suis retrouvée complètement paralysée. Pourtant, je n’ai été atteinte d’aucune maladie des os ni de piqûre d’insectes ou de morsure d’animal dangereux. Un autre mal, sournois. Je vous laisse deviner lequel. Sinon, (re)lisez cet épisode Comment sortir d’une déprime ?

Alors que j’en avais assez de rester couchée sur mon canapé, j’ai supplié Jésus : “Aide-moi, Jésus, aide-moi !”

Vous savez ce que Jésus m’a dit ?

2 mots : “lève-toi !”

“Lève-toi !"

2 mots, pas plus. Pour l’instant. Je l’ai fait. Primo, physiquement, puis secondo, spirituellement. Par la suite, j’ai dû réapprendre à marcher. Oui. Rester couchée de longs mois (c’est une image, hein !), puis se tenir ensuite debout demande un gros effort !  Alors, j’ai dû m’y remettre sérieusement, avec un régime spécial que je détaillerai plus tard.

La raison de ma panne ? Plusieurs tempêtes qui se sont enchaînées et déchaînées, et qui m’ont coincée dans ma barque, pendant de longs mois. J’aurais mieux fait de réveiller Jésus plus tôt !

Bon. Je vous raconte la suite ?

Une fois debout, il faut le rester !

Comment ai-je réagi, d’après vous, après ces 2 mots, prononcés quelques 2000 ans plus tôt par Jésus, au paralytique, couché sur une civière : “Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche” (Jean 5.8). Je n’ai emporté ni mon canapé ni mon lit.

J’étais en train de méditer. Sur mon canapé. Paralysée depuis de longs mois, enchaînant pannes sur pannes d’inspiration, incapable de me lever, de me préparer, il ne me restait plus que la Parole de Dieu et la prière. Ces actes me coûtaient également beaucoup d’effort.

Quand j’ai entendu Dieu répondre à mes supplications, que voulez-vous que je fasse d’autre ?! J’ai obéi. J’ai remis en place mes coussins, lissé mon boutis, et me suis installée devant mon ordinateur pour me remettre à écrire.

Et puis, se mettre en mouvement

“Marche”, a dit Jésus. Un troisième mot qui est arrivé un peu plus tard, dans l’après-midi. J’ai pris mon téléphone, posé quelques rendez-vous. Quelle victoire, vous n’imaginez même pas ! J’avais relancé le moteur qui avait calé.

Enfin, dans la soirée, j’ai fait le point sur ce qui m’était arrivé entre le moment où je naviguais sur mon lac, tranquille, et comment je me suis retrouvée lovée au fond de mon canapé.

J’ai réalisé que j’ai failli me faire emporter par les tempêtes que j’ai tenté d’apaiser à la force de mes petits bras, de ma petite voix, de ma petite foi.

Coincée au fond de ma barque, Jésus, à l’arrière, il m’arrivait de dialoguer avec lui, pourtant. Cela ne l’a pas réveillé pour autant. Le bruit de la tempête était plus fort que mes efforts. C’est là que j’ai eu l’idée de crier.

Là encore, Jésus m’a demandé pourquoi j’étais paralysée.

Quels sont mes handicaps ?

Je ne rentrerai pas dans les détails. Mais le plus gros, de loin le plus gros : LA PEUR ! J’étais paralysée par la peur. C’était mon principal handicap, pour tout vous avouer.

  • Peur de nouveaux rejets
  • Peur des critiques, des médisances
  • Peur du regard des autres
  • Peur de ne pas réussir dans ma vie
  • Peur de me retrouver encore ou toujours toute seule
  • Peur de manquer, etc.

Et puis celles que je ne n’avais pas encore identifiées… “Inconnues”.

Et vous, quels sont vos handicaps ?

Quels sont ces handicaps qui vous paralysent au point de vous voler votre énergie, votre volonté et même votre vie ?

  • Peur de l’avenir ?
  • Une mauvaise habitude ?
  • Un handicap physique, un problème de santé ?
  • Un péché dont vous avez peine à vous débarrasser ?
  • Une relation parasite ?
  • D’autres dieux (travail, argent, hobbies, etc.) ?

Quels qu’ils soient, je vous invite à les énumérer à Dieu (même les anonymes !) et à les déposer tels des fardeaux dont vous ne voulez ab-so-lu-ment plus. Et Dieu vous rendra libre ! Et là, vous pourrez marcher, courir, même !

Faire un “paquet-cadeau” et le remettre à Dieu

Ensuite, j’ai fait un gros paquet de toutes ces peurs paralysantes en prenant le soin d’ajouter les “inconnues” et je les ai remises à Dieu.

Il n’y a pas d’autre nom plus puissant que le nom de Jésus !

“Seigneur, libère-moi de LA PEUR ! Je veux vivre LIBRE ! Dans le nom de Jésus. Amen”

Et c’est tout. C’est tout car il n’y a pas d’autre nom plus puissant que le nom de Jésus ! Il n'y a point d'autre Dieu que lui, il est le seul Dieu juste et qui sauve !  (Esaïe 45.21) Pour vous y aider, écoutez ce chant de Jérémie Besnard Aucun autre nom, il est dans mon église 😊

💡 Si vous voulez symboliser cet acte… Faites comme moi ? Je fais “un paquet-cadeau” bien ficelé avec des nœuds inextricables (au cas où je serais tentée de le défaire et les reprendre...) de tous mes problèmes et je le lui tends… “Tiens, Seigneur, je me décharge de tous mes soucis…” (1 Pierre 5.7)

C’est tout.

That’s all ?!

Oui. Pour l’instant. Vous savez qu’il va falloir ensuite franchir d’autres caps. Pour cela, il m’a fallu adopter un régime spécial pour pouvoir résister dans la durée. Ce régime, je sens qu’il vous intrigue ! Je vous en parle très vite !

Je prie pour vous, que le Dieu de grâce vous délivre maintenant de tous vos handicaps, dans le nom de Jésus ! Amen !



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

6 commentaires