« Et je choisis de vivre », après le décès de mon enfant - (Documentaire)

« Et je choisis de vivre », après le décès de mon enfant - (Documentaire)

Son bébé est mort. Comment et même pourquoi continuer à vivre après un tel choc ? Suivons Amande dans sa marche ...

Amande et Guillaume semblent venus d’un autre âge. Guillaume fabrique des habitats insolites dans les arbres. Amande est institutrice. Leur monde s’écroule au décès de Gaspar. Leur beau bébé aux joues rondes et au regard pétillant meurt à 9 mois d’une maladie inconnue.

 Quand on perd un parent, on est orphelin.

Quand on perd un conjoint, on est veuf.

Quand on perd un enfant, il n'y a pas de mot pour l'exprimer. Ça démontre combien la douleur est intense …

 

Amande a 30 ans. Sa souffrance et son désespoir sont infinis. Elle n'a pas de foi particulière, mais face à ce vide elle ressent un besoin de rituels, de symboles, besoin de faire quelque chose et de rencontrer des gens qui ont le même vécu. Elle veut retrouver le goût de vivre, elle se pose des questions existentielles et a l'idée de réaliser un film qui pourra aussi aider d'autres parents en deuil et briser ce terrible tabou.

 Au début, j'avais vraiment très peur que la douleur soit toujours aussi intense. Je pensais même que plus rien ne valait la peine d'être vécu. A travers ces rencontres, j'ai découvert que la force de vie est plus forte que celle de la mort. Alors j'ai continué ma quête.

 

Amande parle de ce projet à leur ami Nans Thomassey, qui est réalisateur. Nans a une certaine renommée via ses émissions "Nus et Culottés" sur France 5, il est passionné par le voyage et les rencontres humaines. La perte de sa sœur aînée à 15 ans, le motive pour « contribuer à transformer notre regard sur la mort pour nous éveiller pleinement à la vie ».

Une grande maison de production refuse le projet car classé "invendable". Il devient alors le projet de tous, via une levée de fond et ce sont plus de 2000 donateurs qui vont se fédérer pour le rendre possible.

 

 Nans interpelle alors son ami Damien Boyer, rencontré via les films « Aventure ». Damien, touché par la démarche d’Amande et Guillaume, accepte de co-réaliser et de produire le documentaire via sa société de production Orawa.

 Ma foi m'a toujours motivé à m'intéresser aux autres et à essayer de me mettre à leur place pour les aider.

Le film est un média très impactant, il permet de partager des messages dans l'intimité du salon des téléspectateurs, ou au cinéma, quand tous se retrouvent pour échanger.

Ce film sera réussi si les gens se sentent entendus et s'ils y trouvent un espoir, voire une espérance.

 Damien rencontre Amande et Guillaume qui habitent tout près de chez lui, dans la Drôme. Il est touché par Amande :

 

Amande a demandé de l'aide après ce drame, car elle voulait retrouver le goût de vivre. Elle demeure très créative, humble et vulnérable. Elle avait le désir de partager ses découvertes, d'où l'idée de ce film. Mais elle ne pensait pas que le projet prendrait une telle ampleur.

 

Le scénario se présente comme une balade initiatique, Amande part à la rencontre de témoins dans la montagne près de chez elle, des personnes qui ont aussi perdu un enfant, mais qui sont aujourd'hui rayonnantes.

 

Elle écoute Mamie Nadette, une gentille grand-mère de 80 ans  :

C’est Jésus qui m’a aidée à revivre.

Un matin je me suis réveillée avec une joie qui ne pouvait venir que de Dieu.

Il faut du temps pour reprendre pied dans la Vie et recroire qu’on est faits pour avancer.

Nadette s’était alors alors remise à aimer et à s’occuper de ses enfants, puis d’autres enfants, avec beaucoup de générosité. Elle avait découvert une nouvelle dimension de vie à travers sa terrible épreuve.

 

Puis c’est Laurence, qui a décidé de s’engager dans l’association des clowns qui avaient aidé et fait rire sa fillette gravement malade à l’hôpital. Leur joie et celle des enfants malades l’aident à vivre aujourd’hui.

 

Amande rencontre ensuite Meena. Quand celle-ci a annoncé à son mari qu’elle voulait se séparer de lui, il a mis le feu à leur maison, et s’est tué avec leurs deux enfants.

Meena est très fraîche et pétillante. Elle nous invite à réfléchir :

 Les vivants ferment les yeux des morts,

et les morts ouvrent les yeux des vivants.

- Proverbe hongrois -

 Meena a écrit le livre : « Apprivoiser le pardon »

 

Puis vient toute la famille d'un autre Gaspard, mort d'une maladie orpheline à presque 4 ans. Toute sa fratrie l'a accompagné jusqu'au bout.

Ils relatent ce cheminement dans les réseaux sociaux : « Gaspard, entre terre et ciel », et reçoivent un immense soutien humain et spirituel. Ils sont chrétiens, et la prière est au centre de leur vie.

 

Christophe Fauret, en tant que psychiatre et psychothérapeute, apportera un éclairage professionnel sur l’accompagnement face et suite à la mort d’un enfant.

 

On vit avec Amande toutes ses rencontres et ses découvertes. Guillaume, lui, ne marche pas, mais il prépare les bivouacs de la troupe. En effet, lâne Mao, fidèle compagnon de marche, ne suffit pas à transporter tout le matériel !

 

Ce documentaire est une première dans le genre, car outre l'audace d'aborder ce thème si lourd, les réalisateurs réussissent subtilement à transmettre de l'espoir et de la légèreté à travers les témoignages, les paysages fascinants, la musique, le feu de camp, le bivouac dans les arbres ...

Le film se terminera par le lâcher d’une montgolfière fabriquée maison, symbole du lâcher prise, mais chuuut, je ne vous en dis pas plus !

 

Je laisse Damien conclure :

Ce documentaire n’est pas encore sorti, mais d’ors et déjà presque 2000 personnes ont participé aux 14 conférences données en France et en Belgique, conférences animées entre autres par Armelle, une jeune auteure, qui a elle-même vécu tout un cheminement, après le décès de son fils il y a 15 ans.

 Le nombre de personnes touchées révèle déjà combien le sujet de la mort fait partie de la Vie.

 

Suivez l'avancée du film sur: https://www.helloasso.com/associations/les-amis-de-premiere-partie/collectes/et-je-choisis-de-vivre

ou https://www.etjechoisisdevivre.com/

 

PS : Depuis, Amande et Guillaume ont donné naissance à Merlin, qui a fêté son premier anniversaire pendant le tournage.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

15 commentaires
  • NY Il y a 10 mois, 2 semaines

    Bonjour, Cela fait 3 mois et 9 jours que j'ai perdu ma fille, notre première enfant souffrant d'un mal formation sur la voie biliaire. Depuis le jour où nous avons su qu'elle était malade, nous avons consulté Jésus par l’intermédiaire de notre pasteur qui est aussi notre prophète, car elle nous transfère toutes les paroles de Jesus, ce que nous devions faire, surtout les consigne à suivre concernant la maladie de notre petite princesse. Il y avait plein de chose, plein de parole et cela nous a fortifié notre foi en Lui. Durant 10 mois et quelques, nous avons essayé de suivre tout ce que Dieu nous a dis de faire, je ne dirais pas que nous avons suivi 100 % à la lettre, mais nous avons essayé, malheureusement, elle a mis fin à sa vie le 03 janvier 2019. Notre Dieu est un Dieu qui peut faire des miracles, qui peut guérir les malades, Il peux nous guérrire mains peux ne pas le faire, ca c'est parcequ'Il est Dieu. S'Il ne le fait pas, cela signifie pas qu'Il ne vous aime pas mais c'est Lui seul qui connaît ce qui est mieux pour nous, tout ce qu'Il fait c'est ce qui est bien pour notre âme pas pour notre chaire. Jer 29:11 "Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance." Dans notre cas, même si j'ai prié, j'ai supplié Dieu de venir en aide à ma fille, la guérir, j'avais la foi, mais ce n'est pas la guérison le chemin que Dieu a choisi pour nous. Je sais que c'est Dieu qui nous donne la vie et c'est Lui qui le reprend. Étant une personne fragile, je pensais que si jamais je perdais ma fille, cela m’était impossible de le surmonter, c'est dur de perdre une enfant, mais je vous dis, Jesus nous a beaucoup aider à surmonter cette épreuve, et maintenant, nous vivons heureuse avec Lui malgré le manque, les souvenirs,... C'est par sa grâce que nous en somme encore là aujourd'hui. Cette épreuve était pour moi une nouvelle expérience qui a bien mûri mon âme. Je sais que tout ce qu'Il a fait est toujours à notre bien, et le fait de suivre tous ses parole durant cette période était pour nous aujourd’hui une grande victoire. Moi et mon mari pouvons dire maintenant que :' peu importe ce qui se passera à l'avenir, nous n'aurons plus peur et nous lèverons la tête au ciel vers Dieu qui sait et qui peu tout, même si l'adversité et les épreuves viendront successivement, nous sommes déjà habitués, notre foi ne mourra jamais plus, mais continuera à s'enflammer, et oui, juste pour vous dire que nous somme des serviteurs de Dieu qui sont déjà éprouvés." Je vous encourage, vivre un deuil n'est jamais facile, l'important c'est que tu la vie avec Jesus, tu Lui laisse s'en occuper et là tu verras qu'Il soulagera tes souffrances d'une manière miraculeuse. Pour moi, c'était un miracle car jusqu'à maintenant je ne comprends pas comment Il a fait pour que j'arrive à me sentir bien et soulagé durant et après ce deuil, ce dont je sais c'est qu'Il est le Dieu de la paix . "Dans ma détresse, c'est à l'Éternel Que je crie, et il m'exauce."Psaumes 120:1 Ma plus grande joie c'est que Jesus a montré à notre pasteur qu'Il a pris notre bébé dans ses bras au paradis. Ce n'est pas merveilleux ca ?
  • Tirard Louisette Il y a 2 années, 9 mois

    AMEN je compatit à la douleur de ces personne qui on perdue un enfant. Moi JAI perdu ma fille brutalement d'un accident de voiture en rentrant de son travaille oui ces très douloureux on nes plus nous mêmes on n'a plus envie de vivre celas mais arrivé je suis chrétiene ja Vous Que j'avais tout abandonné pendant 3ans mais dieu ma rapeler Et ma remise sur pieds oui JAI passé des moments très difficiles mais Jésus mon sauveur ne ma pas abandonnée par la grâce de Dieu j'ai retrouvé le sourire la joie de vivre Et Je lui dit Merci
  • Christine olive Kewang Il y a 2 années, 9 mois

    Merci
  • Afficher tous les 15 commentaires