Gérer les conflits dans les équipes en mission

Gérer les conflits dans les équipes en mission

Act 15.36-41 " …Ce dissentiment fut assez vif pour être cause qu'ils se séparèrent l'un de l'autre. Et Barnabas, prenant Marc avec lui, s'embarqua pour l'île de Chypre… " 

Introduction : Bien que dans le titre de cette étude il est question des équipes en mission, plusieurs des points que nous allons évoquer se retrouvent dans toutes les équipes.

Les conflits ne sont pas un fait nouveau, il y a en a toujours eu et malheureusement il y en aura jusqu’au retour du Seigneur. Moïse a connu des problèmes dans son équipe, David aussi, ainsi que dans les équipes missionnaires de l’église des premiers temps, et même les douze premiers apôtres ont eu quelques conflits entre eux.

Divergences d’opinions.

Dans notre texte d’introduction nous voyons que la divergences d’opinions est devenu un vif dissentiment entre Paul et Barnabas, à tel point qu’ils se sont séparés. Quand on analyse les raisons qui ont donné ces positions à Paul comme à Barnabas, il est difficile de donner raison à l’un et tort à l’autre, car il semble que chacun avait des raisons logiques. Certains commentateurs critiquent l’attitude dure de Paul et félicitent Barnabas d’avoir donné une deuxième possibilité à Marc. Toutefois on peut aussi comprendre Paul, faire parti de cette équipe missionnaire n’était pas de tout repos, ils avaient subi et allaient subir bien des périls, il fallait donc des équipiers solides, or Marc leur avait fait défaut, même si celui-ci avait certainement mûri depuis, Paul ne voulait pas prendre ce risque.

Il est donc difficile de prendre parti pour l’un comme pour l’autre, et de toute manière dans de telles circonstances il vaut mieux éviter de prendre parti, toutefois là où ils ont eu tous les deux tort c’est qu’ils se sont disputés au point de se séparer.

On trouve encore d’autres cas, comme celui bien connu d'Evodie et Syntiche (Phil 4.2-3), ces deux femmes qui ont fait parti de l’équipe de Paul, il dira d’elles qu’elles ont combattu avec lui pour l’évangile. Que s’est-il donc passé entre elles, pour qu’un dissentiment naisse entre elles. La bible ne le dit pas, et répétons le, il ne faut pas toujours chercher à savoir qui à tord ou raison, de plus chacun peut avoir de bonnes raisons, en tout cas Paul les exhorte à avoir un même sentiment.

Nous pouvons être d’autres avis, avoir au sein du même équipe des opinions différentes, mais cela ne doit pas être sources de disputes et de division, gardant un même sentiment par amour les uns pour les autres.

Dans Phil 3.15-16 Paul dit que si nous sommes d’un autre avis, au point où nous sommes parvenus il nous faut tous marcher d’un même pas.

Le combat spirituel.

Satan est l’accusateur des frères (Apo 12.10), il cherche à discréditer les serviteurs de Dieu aux yeux des autres serviteurs de Dieu. Satan choisira en plus un moment favorable, ou il y a la fatigue et des pressions psychologiques, (voir chapitre suivant). Il sait qu’en divisant l’équipe, il empêche les serviteurs de Dieu de faire un travail efficace.

Satan va profiter aussi des erreurs que les uns et les autres peuvent faire, pour faire entrer la critique, les soupçons, et l’accusation au sein de l’équipe. Barrons lui la route, et ne lui laissons pas l’avantage en cautionnant la critique, mais pardonnons-nous réciproquement (2Co 2.10-11). Une bonne communication au sein de l’équipe est aussi indispensable, afin qu’il n’y ait pas d’incompréhensions qui fassent naître des conflits. Un des pères des missions protestantes, William Carey, se réunissait une fois par semaine avec ses deux plus proches collaborateurs, et là ouvertement ils exposaient les griefs qu’ils pouvaient avoir les uns sur les autres, s’il y en avaient, et après un temps d’explication ils se pardonnaient réciproquement. Ils sont restés souder jusqu’au bout, une telle attitude barrait la route à l’accusateur des frères. Veillons et prions afin de ne pas tomber dans la tentation du mépris et de la critique à l’égard des autres.

Pressions psychologiques.

Il est important de prendre conscience des pressions psychologiques dont sont sujets certains missionnaires. Ils ont tout quitté et se retrouvent dans une culture qu’ils ne connaissent pas (pour ceux qui sont dans un pays totalement différent de leur origine), tout a changé avec cela, l’environnement, les repères, la langue, les amis ne sont plus là, il peut y avoir la pauvreté, le manque d’hygiène et l’insécurité. Dans les pays riches, nous avons tous les conforts, mais d’autres bien plus pauvres il n’ y a rien ou presque. Le choc culturel peut être très fort dans certains cas. Tout cela fait pression, et peut être usant et amener une certaine irritabilité qui va se ressentir sur toute l’équipe, et cela peut dégénérer en conflit. Il est important de veiller sur son cœur, c’est ce que Paul recommande à Timothée (1Ti 4.16), ceci est vraiment très important (Pro 4.23).

Acceptons de reconnaître nos limites, que nous avons besoin d’aide et de renouvellement et peut être aussi de repos.

Rivalités

"le grand malheur de nos missions, c’est que personne ne veut être le deuxième" ainsi que s’exprimer un des pionniers des missions protestantes en Chine, Robert Morrison, et l’histoire des missions montre, hélas, que cela est bien vrai. Les motivations venant de la jalousie et l’esprit de concurrence émaillent, hélas, l’histoire de l’église et de ses missions. Robert Morrison disait cela car une compétition avait surgi entre lui et une autre équipe missionnaire qui voulait le devancer en traduisant la bible en chinois avant lui.

Pourquoi donc de telles rivalités arrivent-elles ? Il y a plusieurs raisons à cela, on peut citer en premier le caractère entreprenant et fort qui est propre à beaucoup de missionnaires, et il est certain que quand de tels caractères travaillent ensemble cela peut causer quelques frottements, comme il y en a eu au sein des premiers apôtres. Il est important que chacun reconnaisse ce que Dieu lui a confié sans outrepasser ses limites, et de garder le principe d’humilité, de douceur et de paix. Ce qui est important ce n’est pas d’être le premier à faire ce que d’autres non pas fait , ou de se dépêcher à devancer ce que d’autres ont commencé à faire, et d’entrer en compétition les uns envers les autres, mais d’être fidèle dans ce que le Seigneur nous a confié.

Nous pouvons citer deuxièmement la chair, car même si on est un homme de Dieu, on en reste pas moins un homme, et hélas parfois la vieille nature arrive à refaire surface. Que Dieu nous aide à renoncer à toutes prétentions venant de la chair. Je vous laisse ce verset à méditer Gal 5.26 : "Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres."

Conflit de génération. Des conflits peuvent naître aussi quand de nouveaux équipiers arrivent, bien plus jeunes, qui n’ont pas connu les débuts de l’œuvre de Dieu, ils ne savent pas ce que les premiers ont souffert au début. Ils arrivent avec un œil neuf, avec des méthodes nouvelles ou des façons de faire différentes. Les plus anciens peuvent ne pas comprendre les attentes des plus jeunes, et ceux-ci par impatience de servir le Seigneur selon leur manière peuvent aller trop vite et tout casser. Chacun à apprendre des autres, les plus anciens doivent oser confier des responsabilités aux plus jeunes et ceux-ci doivent respecter et se soumettre aux plus anciens.

Conclusion

Les conflits peuvent encore venir d’autres sources que celles que nous avons citées. Mais il est important de garder une bonne communion avec le Seigneur et avec les autres, de veiller sur son cœur et prier les uns sur les autres afin que rien ne vienne diviser les équipes qui servent le Seigneur.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire