Je le sais, mon Dieu pourvoira !

Je le sais, mon Dieu pourvoira ! Je le sais, mon Dieu pourvoira !

Auriez-vous, par hasard, chez vous, des choses qui pourraient servir UN JOUR ? Non ? Hé bien moi si !

Quelqu'un de ma famille m'a raconté le vidage du grenier d'une très vieille cousine. Il était extrêmement bien rangé (pas le mien …) et contenait entre autres une quantité industrielle de boites à chaussures. En faisant l'inventaire ils en ont trouvé toute une série contenant des … bouts de ficelle, mais le "ponpon" était la boite marquée : « Petits bouts de ficelle ne pouvant servir à rien  », ce qu'ils ont immédiatement vérifié après ouverture !

Plus proche de moi, pendant mon adolescence il a dû y avoir plusieurs périodes de « crise ». Elles se traduisait chez « la ménagère », en l’occurrence ma mère, par le stockage de « denrées de première nécessité ». J'ai ainsi découvert en haut d'un placard, vingt-cinq kilos de sucre en morceaux, emballés par paquets de cinq dans du papier kraft. Je me rappelle encore ma stupéfaction. Il paraît qu'on n'en trouvait plus alors dans les magasins : normal, ils étaient dans les maisons, en haut des placards ! La génération de mes parents avait connu la guerre ...

Et chez nous, chez moi ? Est-ce que nous n'avons pas aussi dans des tiroirs, des boites, ou des endroits improbables (je parle pour moi) des « au cas où » ou des « ça peut » (comme dans un livre que j'ai lu il y a longtemps), en résumé des choses qui ne servent à rien aujourd'hui, donc inutiles, mais qui « pourraient UN JOUR servir à quelque chose », dépanner …

Il m'arrive, au hasard de recherches archéologiques dans mon grenier, de retrouver des filons de « ça peut ». Je reconnais que je ne me rappelais souvent plus de leur existence et que je n'ai pas toujours le bon réflexe, à savoir celui de les mettre immédiatement à la poubelle ! Le plus souvent je les remets à leur place ou un peu plus en évidence, en me disant que je m'en occuperai une autre fois : un jour ...

Certaines d'entre nous sont plus ordonnées ou plus conservatrices ; certaines sont aussi un peu « expéditives » et jettent trop facilement un jour du matériel ou des objets, dont elles vont inévitablement avoir besoin la semaine suivante ! Elles devront alors les racheter ...

J'ai une amie qui avait ainsi donné toutes ses affaires par « solidarité avec ceux qui n'ont rien ». Chez elle il ne restait plus qu'un matelas, une valise, un camping gaz et le matériel strictement nécessaire. Elle avait donné son tourne-disques (ancêtre de la chaîne Hi Fi) ses disques, ses livres, ses bibelots, ses plantes, une grande partie de sa vaisselle … Elle vivait dans une austérité monastique...


Ainsi je me pose la question, et je vous la pose : « Qu'est ce qui se cache derrière cette accumulation d'objets "inutiles mais qui pourraient un jour servir" ? Peut-être bien la peur de manquer, la peur du lendemain, la peur de la crise …


Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins
selon sa richesse,
avec gloire, en Jésus Christ.
Philippiens 4.19


Prière : Seigneur, tu es Adonaï Jireh, l'Eternel Dieu qui pourvoit. Je le sais et je le crois de tout mon cœur. Je te bénis car j'ai souvent expérimenté dans ma vie que tu pourvois vraiment, aussi je te demande pardon pour toutes ces choses inutiles que je conserve « au cas où ». Je te demande d'augmenter ma foi en ta bienveillance, et de me donner le courage et le discernement pour éviter les accumulations inutiles, et pour effectuer le tri nécessaire dans ma maison.

PS : Et chez vous ? C'est comment dans vos greniers ou en haut de vos placards ?

26 commentaires
  • aquiirionsnous Il y a 2 mois, 1 semaine

    Bien que je sois d'accord avec ce message je pense qu'il est malheureusement ce jour de plus en plus de personnes qui loin d'amasser des choses inutiles ont du mal à avoir ne serait ce que le nécessaire. Je parle en connaissance de cause sans vouloir en dire plus sur ma difficile situation. Et oui je m'imagine des fois dans la maison de mes rêves et je pense à ce que je pourrais avoir de superflu car le manque est une grande souffrance et mes pensées alors consistent à imaginer le bien que je pourrais faire autour de moi envers ceux qui vivent dans des conditions semblables ou pires que les miennes. Je n'ai nulle honte de ces pensées car elles sont souvent libératrices. Je sais et donc crois que le Seigneur pourvoit car je le vis régulièrement. Je pense qu'être chrétien doit plus nous diriger vers ce qui manque à autrui que vers ce que nous avons en trop.J'ai connu des temps plus faciles ou le Seigneur m'a fait la grâce de pouvoir aider et cela est certain il y a vraiment plus de bonheur à donner qu'à recevoir.
    • apoabehou Il y a 2 mois

      vous dites la meme chose d'une after maniere car en effet si nous donnons aux autres nous n'aurons plus de chooses accumulees initulement car nous Les aurons Deja donnees
  • S M Il y a 2 mois, 2 semaines

    Alléluia, merci pour ce message édifiant!
  • babpg2007 Il y a 2 mois, 2 semaines

    Oui, mais pas en trop de temps!
  • Afficher tous les 26 commentaires