Jugement et Miséricorde

Jugement et Miséricorde

Cher Pasteur,

Lorsque Jésus a déclaré : "Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. " (Jn 8.36), il promettait de nous libérer des liens mortels du péché, mais aussi d'autres servitudes bien plus subtiles, celles des règles et des préceptes religieux humains érigés en dogmes incontournables. La vie nouvelle que le Saint-Esprit insuffle en nous par la nouvelle naissance (Jn 3.3-8) est une vie de liberté complète. Une petite illustration : Le wagon de chemin de fer est obligé de suivre les rails. L'automobile se dirige où elle veut. Certes, elle est plus sujette aux accidents. Il lui faut donc davantage de prudence et d'attention.

Paul nous dit : "Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ; […] Je dis donc : Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair." (Gal 5.13-16). Nous avons la pleine liberté de choisir notre mode de vie : l'Esprit ou la chair. Mais, contrairement au légalisme qui passe tout le monde au même crible de ses ordonnances, la loi qui jugera nos paroles et nos actions sera "la loi de liberté". Et elle jugera tout particulièrement nos paroles et nos actions envers autrui.

Si j'ai entre les mains le "Manuel Légaliste du Parfait Chrétien" (Édition revue et augmentée), j'ai le droit (et pourquoi pas le devoir ?) d'épingler tous ceux qui, autour de moi, ne s'y plient pas strictement. Mais si je comprends que le Saint-Esprit est en train d'élaborer dans mon cœur et dans celui de mes frères le "Nouveau Manuel Non Légaliste du Parfait Chrétien" (Édition revue et adaptée à chaque cas), je guéris ma démangeaison de jugement par le baume de la miséricorde. Jacques ne dit-il pas : "Celui qui parle mal d'un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi et juge la loi. " (Ja 4.11). De quelle loi s'agit-il ? De celle dont parle l'auteur de l'épître aux Hébreux : "Je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur cœur" (Héb 8.10).

C'est une pensée comparable qu'exprime Paul : "Vous êtes manifestement une lettre de Christ, écrite, par notre ministère, non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs." (2Co 3.3)

Jacques dit également :

"Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté, car le jugement est sans miséricorde pour qui n'a pas fait miséricorde. La miséricorde triomphe du jugement." (Ja 2.12-13)

Lorsqu'il affirme : "le jugement est sans miséricorde pour qui n'a pas fait miséricorde ", il fait simplement écho à l'affirmation de Jésus : "Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez" (Matt 7.2).

C'est bien vrai qu'il y a encore tant d'imperfections dans le peuple de Dieu, sans oublier les serviteurs de Dieu ! Il y a tant de jugements qui pourraient être rendus, sur celui-ci, celui-là, celle-ci, celle-là. Et, croyez-moi, certains en feraient leurs choux gras ! Mais puisque Dieu nous a témoigné un tel amour qu'il a déversé sur nous sa divine miséricorde, accomplissons à notre tour sa seule, sa vraie loi : "Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même " (Gal 5.14).

N'oublions jamais : "La miséricorde triomphe du jugement."

(Rediffusion TL – Jugement et Miséricorde - 748)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire