La prédication biblique selon H.W. Robinson

La prédication biblique selon H.W. Robinson

Dans le cadre du cours, Communication de la Parole avancée, dispensé à l’Institut de Théologie pour la Francophonie par le pasteur Claude Houde, les étudiants ont été conviés à découvrir ce livre tout récemment traduit en français. Voici pour vous, le résumé de cet ouvrage captivant et pertinent pour devenir de meilleurs communicateurs de la Parole de Dieu.

Par la seconde édition de son livre revu et corrigé, La prédication biblique, l’auteur Haddon W. Robinson enrichit son ouvrage de vingt ans d’expérience supplémentaire dans l’enseignement sur l’art de la prédication. Tout en gardant les bases de ses procédures à savoir que les sermons doivent traiter d’idées, il transmet une méthode éprouvée à ceux qui apprennent à prêcher ou à ceux qui désirent rafraîchir leur notion de base. La notion de désir est aussi très importante, voir vitale, pour tout prédicateur qui souhaite prêcher efficacement. L’auteur s’attache donc tout au long de son ouvrage à nous enseigner comment développer et apporter des messages sous forme d’exposé. Examinons maintenant avec cet enseignant écrivain expérimenté quels sont les différents ingrédients, qui préparés séparément puis associés harmonieusement ensemble, vont faire de la prédication sous forme d’exposé un repas nourrissant et consistant pour les personnes servies, soit l’auditoire.

L’auteur présente tout d’abord le contexte actuel dans lequel la société mais aussi les chrétiens en général perçoivent la prédication. Celle-ci est de moins en moins considérée, elle est même dévaluée. Mais l’auteur transmet cet encouragement des Ecritures que les prédicateurs devraient toujours apporter leur message avec passion et ferveur car il en va de l’éternité des âmes. Cela reste un émerveillement quand nous voyons Dieu convaincre des individus, s’emparer des âmes sous l’effet de la prédication. Pour lui, « la prédication sous forme d’exposé authentique a derrière elle la puissance du Dieu vivant ». Selon sa définition de cette forme de prédication, les réflexions de l’auteur biblique déterminent la substance du sermon.

Le prédicateur doit rechercher la connaissance intime des auteurs bibliques et les idées transmises dans leur contexte d’origine. Le prédicateur doit aussi rechercher à vivre le message avant de le prêcher car l’auditoire entend le prédicateur avant le sermon. Le secret pour cela est d’apprendre à écouter Dieu avant de parler en son nom. Un autre aspect déterminant est d’apprendre à connaître ceux qui vont nous écouter prêcher à savoir l’auditoire. Reste alors à captiver notre auditoire. Pour cela, il est nécessaire et important de savoir communiquer le concept biblique étudié c’est à dire de savoir expliquer et appliquer clairement une idée biblique aux auditeurs. Ainsi cette sensibilité à l’écoute de Dieu et de la connaissance des besoins de l’auditoire doit aider le prédicateur dans le choix de son texte biblique servant de base à l’étude de son message. Cette étude doit passer par le crible de la réflexion sur le texte choisi et par l’utilisation d’un certain nombre d’outils qui vont permettre d’élaborer la phrase thématique et les différents points du message. Pour que les explications des idées tirées de la Bible soient pertinentes, elles nécessitent d’être étudiées aussi bien au regard de la Bible que de l’auditoire. Le développement de la prédication doit être clairement expliqué de telle sorte que l’auditeur comprenne la signification de l’idée centrale du texte, qu’il en accepte la validité et qu’il sache comment cette vérité biblique peut s’appliquer à sa vie. Pour être efficace le prédicateur doit mettre en relation les vérités bibliques avec la vie pratique. Les auditeurs doivent croire la vérité et connaître les moyens de l’appliquer à leur vie. C’est pourquoi le message doit pouvoir se résumer en une phrase formulée simplement, clairement, facile à retenir et doit avoir un but qui ultimement est de voir des vies transformées de manière spécifique. Le but de la proclamation de ce message doit susciter et provoquer au moins une réaction.

Quelque soit la forme du sermon (déductif ou inductif) ce dernier doit toujours comporter un plan constitué d’une introduction, d’un développement et d’une conclusion. Les différents points doivent être reliés entre eux par des phrases de transition. Le plan de sermon est la structure qui soutient toute l’ossature de la prédication et qui a besoin d’être enrichi par d’autres matériaux complémentaires et diversifiés pour rendre les points du message encore plus compréhensibles, attrayants et convaincants pour l’auditoire. Encore une fois, le choix et l’utilisation de ces matériaux comme les définitions, les citations, les reformulations, les narrations ou les illustrations doivent être faits judicieusement pour ajouter une plus value à l’ensemble. Il reste maintenant deux ingrédients extrêmement importants l’introduction et la conclusion du message. Ce sont eux qui vont donner envie de goûter au plat de la prédication et de s’en souvenir même longtemps après au point de vouloir pratiquer la recette.

L’introduction revêt une importance capitale dans la mesure où elle doit capter l’attention, dévoiler les besoins et orienter l’auditoire vers le sujet de la prédication. Elle introduit aussi bien le message que le messager. La conclusion doit être aussi sérieusement préparée afin de ne pas laisser l’auditeur sur sa faim, sur un goût d’inachevé. Elle est vraiment la touche de finition qui laisse un impact dans les pensées et les émotions. Enfin, une fois le message soigneusement concocté, il ne demande plus qu’à être servi, proclamé. Pour que celui-ci prenne toute sa saveur , le prédicateur doit prêter attention à ce que son style soit direct, clair, personnel, dynamique, et que son langage comportemental, son contenu verbal et la qualité de sa présence s’harmonisent pleinement. Tel un grand cuisinier, le prédicateur doit se préparer et préparer l’ensemble de ses ingrédients en relation avec la Parole de Dieu et son auditoire. Dans cette préparation laborieuse et minutieuse de la prédication sous forme d’exposé, le prédicateur doit creuser, chercher, trier et garder l’essentiel. Cela exige du prédicateur de développer ses capacités, ses possibilités afin de donner le meilleur de lui-même. La prédication requiert une haute responsabilité car elle met en jeu : la responsabilité du messager, la responsabilité de la proclamation du message et la responsabilité des personnes qui l’écoutent. C’est pourquoi, aussi bon soit-il, le prédicateur reste conscient de ses limites, offre son message à Christ avec cette confiance que l’Esprit de Jésus poursuivra merveilleusement le travail commencé dans le cœur des auditeurs.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire