Dieu nous parle-t-il davantage dans un moment de louange en musique que dans le silence ?

Dieu nous parle-t-il davantage dans un moment de louange en musique que dans le silence ?

Dieu nous parle-t-il davantage dans un moment de louange en musique que dans le silence ?

Pendant la louange Dans le silence Les deux Je ne sais pas Dieu ne me parle pas
3316 participants
Sur un total de 3316 participants
Dites-nous en commentaire pourquoi avoir fait ce choix !

Dans ces contextes, Dieu parle-t-il davantage ou écoutons-nous mieux ?

La louange et la musique

C'est biblique. Dieu se plaît au milieu des louanges de son peuple : "Chantez en l'honneur de l'Eternel, vous qui l'aimez, célébrez par vos louanges sa sainteté". (Psaume 30.5)

Paul nous invite aussi à louer Dieu. (Ephésiens 5.18-20)

La louange permet de se centrer sur Dieu.  Vécue de manière communautaire, elle ouvre de nouveaux horizons, de nouveaux sujets de reconnaissance et de nouvelles manières d'adorer. Notre Père nous aime et désire nous rencontrer. La relation entre Lui et nous se fait dans les deux sens, favorisant les dons prophétiques.

Le risque existe toutefois de se centrer davantage sur le groupe que sur Dieu et d'avoir besoin d'une ambiance pour "ressentir" sa présence.

Nous avons un avantage par rapport au temps de Jésus : celui d'écouter à la maison des chants de louange ou une musique inspirante. Lire la Parole et entendre la voix de Dieu nous permettront alors de vivre de beaux moments.

Dans le silence

C'est aussi biblique. Jésus nous le conseille. "Mais toi, quand tu veux prier, va dans ta pièce la plus retirée, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le lieu secret. Et ton Père, qui voit dans ce lieu secret, te le rendra". (Matthieu 6.6)

Jésus lui-même avait besoin de se retirer. "Quand il l'eut renvoyée (la foule), il monta sur la montagne pour prier à l'écart et, le soir venu, il était là seul". (Matthieu 14.23)

Le silence est une denrée précieuse. Pour des moments déterminés, apprenons à laisser de côté les soucis et les demandes d'autrui, arrêtons-nous, fermons la porte derrière nous. Prier dans notre langue ou en langues, réaliser la présence de Dieu, se taire et attendre sont des exercices pas toujours faciles, car Dieu ne crie pas. Elie en avait fait l'expérience :

Devant l'Eternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers; l'Eternel n'était pas dans le vent. Après le vent, il y eut un tremblement de terre; l'Eternel n'était pas dans le tremblement de terre. Après le tremblement de terre, il y eut un feu; l'Eternel n'était pas dans le feu. Après le feu, il y eut un murmure doux et léger. Quand il l'entendit, Elie s'enveloppa le visage de son manteau, sortit et se tint à l'entrée de la grotte. Et voici qu'une voix lui fit entendre ces paroles: «Que fais-tu ici, Elie?» (1 Rois 19.11-13)

Ne pas opposer les deux

La manière de rencontrer Dieu et de l'entendre dépend des tempéraments, des situations et des parcours de vie. Ne restons pas enfermés dans des rites ou des pratiques toutes faites. Découvrons, apprenons, progressons.

"Maintenant donc, frères et sœurs, vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, [et c'est ce que vous faites]; de même nous vous le demandons et nous vous y encourageons dans le Seigneur Jésus: progressez encore". (1 Thessaloniciens 4.1)

Vous pouvez nous faire part de vos expériences dans les commentaires ci-dessous.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !


Ce texte est la propriété du TopChrétien. Autorisation de diffusion autorisée en précisant la source. © 2022 - www.topchretien.com
122 commentaires