Le but ultime de Dieu

Le but ultime de Dieu

Demandez à dix personnes quel est le thème principal de la Bible, je suis certain que vous recevrez dix réponses différentes. Certains diront : «Le sang», d’autres «Le salut» ou encore, «La rédemption, la sanctification,  la restauration». Si quelqu’un me demande quel est le thème principal de la Bible, je lui répondrai avec un mot. Un mot qui, je crois, décrit plus que le thème principal de la Bible, mais qui décrit aussi l’essence même de la théologie, la principale raison d’être de la création de l’homme, de l’incarnation de Christ, de la crucifixion, de la résurrection, et de l’établissement de l’Église. Je crois que ce mot décrit le but ultime de la prière, ainsi que le désir suprême de Dieu pour tous et chacun de nous.

Ce mot est… «PRÉSENCE».

La Bible débute avec «présence» quand Dieu marche avec Adam et Ève, le soir, dans le jardin et elle termine avec «présence» quand elle décrit le point culminant pour l’humanité, l’invitation pour tous ceux qui sont sauvés et sanctifiés par le fils, à vivre avec Dieu éternellement, dans Sa présence.

Du début à la fin du livre, nous découvrons un Dieu qui désire ardemment établir sa présence parmi son peuple. «Ils seront mon peuple et je serai leur Dieu» est un cri de Dieu évident partout dans les écritures. De l’Ancien jusqu’au Nouveau Testament, «présence» est la motivation en arrière des multiples lois et commandements énumérés dans le Pentateuque (Dt 23. 14).

Il y a une raison pour laquelle Moise a prié cette prière célèbre : « Si tu ne marches pas toi-même avec nous, ne nous fais point partir d’ici. Comment sera-t-il donc certain que j’ai trouvé grâce à tes yeux, moi et ton peuple? Ne sera-ce pas quand tu marcheras avec nous, et quand nous serons distingués, moi et ton peuple, de tous les peuples qui sont sur la face de la terre?» (Ex 33. 15-16). Moise a fait cette prière après s’être fait offrir par Dieu, la victoire et la prospérité (Ex 33. 1-3). Mais il a préféré rester pauvre dans le désert avec Dieu plutôt que d’avoir la renommé et la prospérité sans Dieu. Il a compris que ce qui fait d’un peuple, le peuple de Dieu, c’est la présence de Dieu avec lui et non la renommé ou la prospérité. Il savait que la «présence» distingue le peuple de Dieu de tous autres groupements sur la face de la terre et rien d’autres que «présence». Moise savait que le succès sans Dieu n’est pas du tout le succès!

Ces pour cette même raison qu’Ézéchiel a pleuré des chaudes larmes de lamentations quand qu’il a témoigné avoir vu la présence de Dieu quitter le temple (Ez 10, 11). Dans le temps de Moise, Dieu a quitté la montagne pour aller avec le peuple mais, arrivé au temps d’Ézéchiel, Dieu a quitté son peuple pour retourner sur la montagne. Un renversement tragique à cause d’un peuple qui a perdu sa soif et sa passion pour la présence de Dieu!

Une église absente de la gloire de la présence de Dieu : Quelle absurdité, quelle tristesse!

Ézéchiel était très conscient de cela, tout comme le roi David.

David, dans sa prière de repentance réputée, a prié : «Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton Esprit Saint» (Ps 51. 13). Avez-vous remarqué qu’il n’a pas prié pour que Dieu ne lui retire pas son royaume, ces richesses, ou son pouvoir! Mais plutôt que Dieu n’enlève pas son Esprit Saint. David voulait être certain que, même s’il perdait tout le reste, il ne soit pas rejeté loin de la face de Dieu, loin de Sa «présence». David savait qu’il pouvait vivre sans richesse, sans pouvoir, sans la couronne du royaume mais jamais sans la présence de Dieu. David a compris que le désir ultime de Dieu est d’habiter avec l’homme, et que le besoin vital de l’homme, est d’avoir une vie marquée par la présence de Dieu. Que Dieu m’aide à comprendre que la chose la plus chère dans ma vie ne doit pas être, ni l’argent, ni la santé, ni la bonne vie, ni même la famille ou les amis mais qu’elle doit être Dieu Lui-même. J’ai de besoin de sa présence avec moi avant tout!

Nous pouvons voir ce cri pour la présence de Dieu exprimé régulièrement dans la Bible, parmi les hommes et femmes de Dieu et tout au long de l’histoire de l’église. «Présence» est la signification qu’exprime un des noms donnés à Jésus : Emmanuel, «Dieu avec nous». Jean a si bien décrit l’incarnation de Jésus dans l’introduction de son livre en disant : «Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité…» (Jn 1. 14). Jésus est venu pour établir la «présence» d’une façon tangible et parfaite.

L’apôtre Paul  a, lui-aussi, compris « présence » comme le but ultime d’église.
Paul décrit l’église comme un lieu, avant tout, de «présence», pour le peuple de Dieu. C’est pour cette raison qu’il nous donne la meilleure description de l’Église, dans le nouveau Testament en disant : «…, et qu’il survienne quelque non-croyant ou un homme du peuple, il est convaincu par tous, il est jugé par tous, les secrets de son coeur sont dévoilés, de telle sorte que, tombant sur sa face, il adorera Dieu, et publiera que Dieu est réellement au milieu de vous.» ( 1Co 14. 24-25).

Le meilleur compliment qu’un visiteur peut dire au sujet de l'église n’est pas : «Quel beau bâtiment! Quelle bonne musique! Quel discours éloquent! ou Quelle organisation impeccable!»  mais plutôt : «Dieu est réellement au milieu d’eux!».


Ce que l’humanité ravagée, démonisée et opprimé a besoin n’est pas seulement un beau sourire, une bonne poigné de main ou une tape d’encouragement dans le dos. Les hommes ont besoin de la véritable et puissante «présence» du Dieu vivant pour les convaincre, les guérir et les libérer! C’est pour cette même raison que Paul prie et pleure pour église, qu’il chéri église, la défend, la corrige et la supplie pour l’unité et l’harmonie en son sein (1Co 1-3). Car église n’est pas tout simplement un rassemblement de personnes gentilles qui aiment les mêmes choses et aiment chanter les mêmes chants mais c’est le lieu de la présence de Dieu! On ne devrait jamais oublier cela! Merci Seigneur pour l’Église! Merci pour Ta présence!

Que ma vie, mon ministère, ainsi que celle de mes collègues et des étudiants en formation à l’IBQ soit toujours motivée par une passion pour Dieu et marquée par l’évidence de la puissance de Sa présence!
J’ai défié dernièrement les centaines d’étudiants en formation, ici a l’Institut Biblique du Québec, et je les défi encore, ainsi que chacun d’entre vous à faire de la recherche de la présence de Dieu, un but et un cri de votre cœur pour cette nouvelle saison d’automne. Que les prières de Moise, David, Ézéchiel et Paul soient aussi les nôtres. Afin que cette génération dise de nous : «…Dieu est réellement parmi eux!».

Que Dieu vous bénisse!

Mark Lecompte

0 commentaire