Le Cep et les Sarments

Le Cep et les Sarments

"Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il porte encore plus de fruit." (Jn. 15.1-11)

Il y a bien longtemps, alors que je me trouvais en Corse, j'eus l'occasion de faire une petite excursion dans la montagne. Au détour d'un chemin, je fus témoin du travail de taille dans une vigne, et je fus particulièrement frappé par le tas de sarments qui brûlaient dans un coin du champ. Ce verset 6 : "… on les jette au feu, et ils brûlent." me revint à la mémoire. J'observai attentivement les branches que le sécateur impitoyable du vigneron avait épargnées, et j'imaginai leur destinée : "… du fruit, plus de fruit, beaucoup de fruit."(v. 2 et 5). Comme il est important de demeurer attaché au cep, c'est-à-dire de demeurer en Jésus. Comme la sève est indispensable au sarment, nous pouvons dire avec le psalmiste : "… auprès de toi est la source de la vie." (Ps. 36.9).

Demeurer en Jésus, c'est garder précieusement ses paroles dans notre cœur (v. 7). Jésus exhorte ses disciples à "demeurer dans son amour" (v. 9). Le fait d'aimer le Seigneur et de demeurer dans son amour ne se borne pas à une exaltation sentimentale, mais implique l'obéissance à ses commandements. Jésus dit :

"Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour." (v. 10)

Aujourd'hui, les médias nous présentent l'amour d'une manière unilatérale et faussée. Les chansons et les films exaltent au mieux l'amour sentiment, quand ils ne se vautrent pas dans un érotisme de bas niveau. Les valeurs fondamentales de l'amour que sont le devoir, le don de soi-même et l'obéissance aux lois divines sont oubliées.

Il est vrai que nous avons une aversion naturelle contre l'obéissance. Pourtant "l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles…" (1 Jn. 5.3). Et, en plus, Jésus nous livre le secret d'une joie parfaite ! (Jn. 15.11).



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire