Le cri de la moisson – partie 1/2

Le cri de la moisson – partie 1/2

Ce titre a été le thème du ressourcement spirituel pour les étudiants de l’Institut Biblique du Québec les 30 et 31 janvier 2004. Pour cette occasion, le conférencier invité était le révérend John Cottrell, actuellement missionnaire au Cambodge en Asie du Sud Est. L’accent de la journée a été sur l’appel de Dieu et la mission, et pour bien souligner ce point, le directeur de l’IBQ, le pasteur Mark Lecompte a rappelé en ouverture du séminaire à ses étudiants, professeurs et invités que " la moisson crie pour des ouvriers ".

Dans cette première partie nous verrons comment le conférencier a rappelé le plan de Dieu sur nos vies. Pour John Cottrell, Dieu dans sa grâce a voulu la présence au Québec de chacun des étudiants québécois et outre-mer, des pasteurs invités, du leadership de l’Institut Biblique au Québec, dans un but précis. Au-delà des besoins primaires comme prendre soin de nous, se nourrir, aimer et être aimé, notre salut est important pour notre éternité. Savoir que mes péchés sont pardonnés et que je suis en paix avec Dieu est indispensable.

Le conférencier nous a aussi indiqué que pour Dieu, il existe aussi des choses très importantes. Il faut rechercher et répondre à ce qui est important pour Lui. La mission par exemple peut devenir une bénédiction pour nous, comme elle l’est pour les autres.

Il est essentiel selon le révérend Cottrell, de changer notre regard afin d’entrer véritablement dans le plan éternel de Dieu, et pas seulement dans une quelconque forme d’altruisme. C’est seulement avec un véritable cœur pour Lui et les autres, que Dieu va commencer à œuvrer dans nos vies.

Durant le séminaire John Cottrell a spécialement tenu à mettre l’emphase sur cinq points :

  • Le cri de Dieu
  •  : Dieu nous appelle à travers les âges à prendre notre place dans Son plan éternel;
  • Le cri de la moisson 
  • : comment mieux être sensibles aux immenses besoins de nos semblables autour de nous;
  • Le cri du moissonneur
  •  : comprenons les besoins des missionnaires, des missions, des églises et des soutiens dans la mission de Dieu;
  • Le prix de la moisson
  •  : réalisons et payons le prix qu’il faut pour avoir une belle moisson d’âmes;
  • Le cri de nos cœurs
  •  : crions à Dieu afin que nous soyons au plein cœur de Son œuvre de salut et de délivrance.

Bien entendu le passage de référence dans les Saintes Écritures concernant la mission est trouvé dans l’évangile de Matthieu au chapitre 28.

" J’ai reçu les pleins pouvoirs dans le ciel et sur la terre : allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit. Et voici : je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu’à la fin du monde " Matthieu 28 :18-20 (version Bible du Semeur).

John Cottrell a pris le soin de détailler les points saillants de ces versets :

  • Les pleins pouvoirs
  •  : Il n’y a aucune limite dans la puissance de Christ et il est primordial pour un chrétien d’avoir conscience de cette puissance dans notre vie. Le Seigneur Jésus peut intervenir avec puissance dans n’importe quelle situation de notre vie. Son désir est de nous communiquer son pouvoir pour que nous soyons imbibés de cette puissance même si tout ne va pas toujours aller facilement. Pour illustrer ce point, le conférencier a pris l’exemple de l’apôtre Paul dans l’épître aux Corinthiens qui a vécu de grandes tribulations lors de son voyage en Turquie (2 Cor 1 :8-11). Paul était à ce point désespéré qu’il ne souhaitait plus conserver la vie. Le feu, le zèle, la passion de Paul sont remplacés par l’accablement mais ce grand découragement n’a pas réussi à l’arrêter car tout pouvoir est entre les mains de Christ. Le Seigneur veut nous préparer et nous fortifier quand la peine et les tribulations sont là. Il faut en tout temps pouvoir dire " Je sais en qui j’ai cru ".
  • Tous les peuples 
  • : Pour Dieu il n’existe pas de privilège. Le peuple d’Israël choisi par Dieu était le plus petit peuple afin qu’Il puisse montrer Sa grande force. Au travers de nous également, Dieu peut faire de grandes choses même si parfois nous pouvons nous sentir faibles et petits. Dieu veut nous " aiguiser " pour nous utiliser dans la moisson et cela est valable pour l’église locale comme pour nos ministères. Le révérend Cottrell nous rappelle que Dieu se réjouit quand Il voit nos cœurs tournés vers la moisson. Il voit le feu prendre et Lui-même ajoute " le bois " (les âmes) pour que le feu grandisse.
  • Tout ce que je vous ai prescrit 
  • : Une erreur revient souvent sur le champ missionnaire à savoir que des églises nationales créées sur le champ missionnaire réclament systématiquement de l’aide " Nous sommes le champ missionnaire, on a besoin d’aide et de soutien, on doit obligatoirement recevoir et être béni par d’autres... ". Jésus a aussi prescrit pour ces églises et ces missions tournées sur elles-mêmes qu’elles aussi peuvent à leur tour devenir une force missionnaire dans le monde et être une source de bénédictions pour d’autres.
  • Chaque jour 
  • : Le révérend Cottrell a invité son auditoire à trouver le moment pour être quotidiennement dans la présence du Seigneur et lui demander d’être là où Lui veut que nous soyons. Si nous sommes prêts, Dieu est prêt à conduire nos pas tous les jours. Soyons toutes et tous sensibles pour recevoir le fardeau de Jésus-Christ à savoir que tous soient sauvés.

Nous vous donnons un nouveau rendez-vous la semaine prochaine dans cette même rubrique. Nous découvrirons qu’au sujet de la mission, tout ne commence pas dans le Nouveau Testament ni même à travers le ministère de Jésus-Christ. Le mandat de Jésus n’est pas une surprise, mais une continuation du plan éternel de Dieu.

Que Dieu vous bénisse, à la semaine prochaine…


John Cottrell

est né à New York et possède une double nationalité franco-américaine. Il détient une maîtrise d’histoire et un certificat en stratégies internationales obtenu en 1985 à l’Université Paul Valéry de Montpellier en France. Il est pasteur depuis 1987 et affilié aux Assemblées de Dieu de France depuis 1988 où il agit en tant que directeur de l’action missionnaire pour la zone Asie-Pacifique. Lui et son épouse Sylvie ont quatre enfants, ils sont missionnaires au Cambodge depuis neuf ans.

Antoine Amico
est consultant en nouvelles technologies de l'information. Il est membre de l'Église Nouvelle Vie de Longueuil (Québec) et est aussi étudiant à l'Institut Biblique du Québec. Lui, son épouse Carole et leur quatre enfants habitent Saint-Lambert.


 

 

0 commentaire