Le cri de la moisson - partie 2/2

Le cri de la moisson - partie 2/2

Ce titre a été le thème du ressourcement spirituel pour les étudiants de l'Institut Biblique du Québec les 30 et 31 janvier 2004. Pour cette occasion, le conférencier invité a été le révérend John Cottrell actuellement missionnaire au Cambodge, en Asie du Sud Est 1. La semaine dernière nous avons trouvé ensemble certaines clés révélées dans les derniers versets du chapitre 28 de l'Évangile de Matthieu.

John Cottrell nous a aussi rappelé quel véritable cœur nous devons avoir en tant que croyant pour entrer dans le plan de Dieu au sujet de la mission.

Cette semaine, nous découvrirons qu'au sujet de la mission, tout ne commence pas dans le Nouveau Testament ni même à travers le ministère de Jésus-Christ. Dans un second temps, nous vous transmettrons la pensée de John Cottrell concernant la francophonie qui ne doit plus être considérée comme l'éternel " champ missionnaire " mais au contraire comme une véritable " force missionnaire ".

1. Mission et Ancien Testament

Déjà dans l'Ancien Testament il est question de mission. Missio Dei, la mission de Dieu à travers l'Ancien Testament est trouvée dans Genèse lors du récit de la création selon l'image de Dieu, à la chute de l'homme en Éden, lors de la destruction du monde après le déluge et même suite au jugement divin face à l'arrogance humaine à Babel.

John Cottrell a encouragé son auditoire à lire la Bible de façon missiologique.

Dieu révèle dans les 12 premiers chapitres de la Genèse le thème de son plan éternel de rédemption pour tous les peuples de la terre dans la postérité d'Abraham. Ce thème est le centre ardent des Écritures et trouve son accomplissement dans les événements relatés dans les deux testaments au travers des siècles.

Ce thème ardent, doit avoir un impact dans notre vie, dans nos décisions et dans nos ministères. John Cottrell déclare que la mission n'est pas un programme de plus pour l'église. C'est le sens même de l'existence de l'église car le but de la mission est que des myriades d'hommes et de femmes confessent la seigneurie de Jésus-Christ dans leurs vies.

2. La francophonie comme force missionnaire

John Cottrell a montré que Dieu nous appelle à collaborer dans Sa moisson en vue de la bénédiction de toutes les nations, y compris des pays francophones qui restent parmi les nations les plus pauvres sur le plan spirituel.

a) Pourquoi se concentrer sur la francophonie?

* Nous sommes francophones;

* Par le biais de la langue française, un lien culturel s'établit entre les peuples issus d'horizons variés et éloignés, comme pour mieux partager des références communes;

* Nos richesses spirituelles comme la littérature chrétienne, la musique d'auteurs et de compositeurs francophones, les programmes de formation dans nos instituts bibliques doivent se répandre dans la francophonie;

* Les prédicateurs, évangélistes, enseignants, missionnaires et éducateurs francophones doivent visiter la francophonie;

* Sans barrière linguistique, réjouissons-nous de ne pas avoir des mois ou des années à s'approprier les finesses d'un langage inconnu;

* Profitons du large réseau de contact qu'offre la francophonie sur le plans culturel, économique, social et politique.

Manifestement, une de nos premières responsabilités dans la mission de Dieu est d'être en bénédiction à la francophonie. Devons-nous en rester là ?

La réponse de John Cottrell est " non ". Le révérend Cottrell s'est positionné comme porte-parole de celles et ceux qui croient que la francophonie est appelée à devenir une grande " force missionnaire ". La mission de Dieu a pour cible tous les peuples et pas seulement les peuples francophones et tout en considérant la francophonie comme une cible privilégiée pour notre appel missionnaire, nous ne pouvons pas nous en contenter.

b) Quelles sont les raisons pour déployer cette nouvelle " force missionnaire "?

* Au sein des pays francophones se trouvent certains peuples non francophones et non encore atteints par l'Évangile. Nous devons aussi penser à eux;

* Dieu appelle aujourd'hui des francophones à aller vers des nations non francophones selon Sa volonté souveraine. Ces missionnaires ont besoin du soutien de nos églises, des prières, des ressources matérielles et financières et surtout de l'appui des leaders spirituels francophones;

* Loin d'appauvrir les missions au sein de la francophonie, le travail des missionnaires francophones dans des contextes linguistiques et culturels différents et si difficiles pour eux, contribue à l'enrichissement de l'œuvre de Dieu sur la terre;

* Que les missionnaires francophones deviennent un exemple pour tous les peuples appelés à dépasser leurs frontières socio-linguistiques pour atteindre toutes les nations;

* Pour dépasser la mentalité de pauvreté spirituelle qui prévaut dans la francophonie.

La francophonie est appelée à devenir une force missionnaire! Regardons dans nos maisons. Qu'est-ce que le Seigneur nous a donné comme étant destiné à Son service?

Pour encourager les étudiants de l'Institut Biblique du Québec, John Cottrell a rappelé que Dieu veut nous transmettre sa passion. Que Son cœur puisse devenir notre cœur. Dieu veut nous conduire à un endroit qu'Il a préparé tout spécialement pour nous de toute éternité pour que nous soyons heureux et que nous accomplissions des œuvres éternelles.

Préparons-nous pour la destinée à laquelle Dieu nous appelle. Pasteurs, préparons nos églises à cette réalité. Croyants, soyons fidèles à l'appel du Maître de la moisson.

" Allez dans le monde entier et prêcher la bonne nouvelle à toute la création " Marc 16.15.


John Cottrell est né à New York et possède une double nationalité franco-américaine. Il détient une maîtrise d'histoire et un certificat en stratégies internationales obtenu en 1985 à l'Université Paul Valéry de Montpellier en France. Il est pasteur depuis 1987 et affilié aux Assemblées de Dieu de France depuis 1988 où il agit en tant que directeur de l'action missionnaire pour la zone Asie-Pacifique. Lui et son épouse Sylvie ont quatre enfants, ils sont missionnaires au Cambodge depuis neuf ans.

Antoine Amico est consultant en nouvelles technologies de l’information. Il est membre de l’Église Nouvelle Vie de Longueuil (Québec) et est aussi étudiant à l’Institut Biblique du Québec. Lui, son épouse Carole et leurs quatre enfants habitent Saint-Lambert.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire