Le sens des distances

Le sens des distances

Ruth s'attacha à Naomi.
Ruth 1.14

En lisant le livre de Ruth, nous pouvons discerner une précieuse qualité chez cette femme moabite, une intelligence dans les relations humaines, dans les comportements et décisions à prendre et à tenir, une faculté à comprendre la distance à mettre entre les autres et elle en fonction des circonstances et des moments.

Ainsi, lorsque Naomi l'incite à rester dans son pays avec des arguments logiques et raisonnables, elle s'accroche, en quelque sorte, à sa belle-mère. Elle ne laisse aucune distance entre celle qu'elle affectionne, celle qu'elle veut suivre plus que tout. Son attachement, son insistance, sa décision à ne pas lâcher d'une semelle Naomi, malgré un avenir incertain parsemé de difficultés, est la bonne attitude à prendre, même si elle ne peut avoir aucune garantie sur le bien-fondé de son choix.

Arrivées à Bethléhem, Ruth s'en va glaner des épis dans un champ où l'on voudra bien lui permettre. A l'arrière des moissonneurs, après avoir obtenu leur autorisation, elle travaille courageusement. Humble et discrète, elle se tient à l'écart, ne cherchant pas à quémander au-delà de ce qu'il lui a été accordé. Lorsque Boaz l'invite à rester dans ses champs et à s'approcher de ses servantes, elle n'en reste pas moins à distance, ne voulant pas s'immiscer dans une relation qui n'est pas la sienne, dans une proximité qui n'est pas encore. Il faut donc, au moment du repas, que Boaz lui dise de venir à l'avant et de s'asseoir au même rang que les autres.

Jusqu'à la fin de la récolte, Ruth reste dans l'espace relationnel qui lui a été ouvert, sans vouloir le quitter ou en changer les dimensions. Et quand Naomi lui révèle que l'instant est venu de faire un pas vers Boaz, elle le fait tout en gardant une retenue qui fait preuve d'une grande force de caractère. Combien il est, en effet, difficile de ne pas céder à la tentation d'aller un peu plus loin. La distance est si petite entre les pieds de Boaz où il lui est dit de rester et ses bras !

Au matin, Ruth retourne vers sa belle-mère et attend. C'est là également une épreuve que de ne pas accourir à l'endroit où tout se décide pour nous. L'envie d'y être, d'assister, d'intervenir doit est être grande, mais elle se retient. Elle accepte cette distance après avoir entrevu une grande intimité.

Arrive enfin le moment où il n'est plus question d'éloignement. Ruth peut pleinement vivre la relation que Dieu lui donne avec son mari, tout cela parce qu'elle a su quand il fallait se montrer insistante et quand il ne fallait rien brusquer.

Puissions-nous tous avoir le discernement nécessaire avec la volonté d'obéir dans l'attente de l'approbation divine.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires
  • chignon Il y a 5 années, 8 mois

    C'est salutaire à long terme d'avoir le sens des distances. puissions nous être des ruth contemporaines. En faisant la différence avec toute la vulgarité qui plane dans notre société.
  • claudia1803 Il y a 5 années, 8 mois

    Merci pour ce message qui me parle beaucoup, merci Seigneur d'utiliser le Top Chrétien pour nous encourager pour toucher les cœurs!
  • gastonie14 Il y a 5 années, 9 mois

    Merci beaucoup Sébastien pour cette exhortation. Combien de fois sommes- nous impatients dans nos réactions, dans l'attente de la réponse de Dieu à nos multiples fardeaux. Nous cherchons des solutions immédiates à gauche à droite, nous sommes sous les nerfs, tendus, frustrés, car nos problèmes ne trouvent pas satisfaction et nous râtons l'essentiel à cause de nos peurs d'échouer et de notre désobéissance à la volonté de Dieu. Puisse l'Eternel notre Dieu nous combler de son Esprit de discernement pour que les qualités précieuses qui ont caractérisées Ruth, c'est-à-dire une intelligence dans les relations humaines, comportement, décision à prendre et à tenir, une faculté à comprendre la distance à mettre entre les autres, consolident et construisent des bonnes fondations chrétiennes en nous pour l'oeuvre de Dieu à laquelle nous sommes tous appelés.