Le torrent fut à sec

Le torrent fut à sec

Dieu a envoyé Elie son serviteur près du torrent de Kerith car pour un temps celui-ci aller le désaltérer. Pour la nourriture Dieu avait ordonné aux corbeaux de le nourrir là.

Mais voilà l'homme de Dieu dépend de Dieu seulement... Un jour arriva que le torrent devint sec. La parole de l'Eternel fût à nouveau adressée à Elie pour une nouvelle destination et une nouvelle manière pour lui d'être ravitaillé en eau et en nourriture.

Les moyens que Dieu emploie pour nous bénir et manifester sa bienveillance finissent toujours par se tarir. Ce qu'Il a fait hier et la manière dont Il l'a fait finissent par s'arrêter pour faire place à de nouvelles bénédictions avec des moyens souvent différents. Ce qui ne change pas c'est que Dieu est fidèle, qu' Il pourvoit aux besoins et qu'Il fait des miracles.

Elie aurait très bien pu être nostalgique de l'endroit et s'entêter à demeurer à Kerith. Il aurait pu s'installer là et proclamer que ce lieu avait été le théâtre de la providence divine, en faire un lieu de pèlerinage et montrer aux visiteurs comment les corbeaux l'approvisionnaient... Et même attendre que Dieu à nouveau envoie les corbeaux et fasse couler l'eau du torrent !

Élie laisse derrière lui les moyens employés pour s'attacher au Dieu vivant qui est la source de toutes choses. Il en est de même dans notre vie chrétienne : les moyens et la manière dont Dieu se sert pour répondre aux besoins et manifester sa Gloire ne sont pas immuables : c'est Lui qui l'est ! Dieu bénit mais pas toujours de la même façon. Il peut nous faire passer par l'abondance et nous apprendre ensuite à vivre dans la disette. Il peut pour un temps mettre sur notre route une ou plusieurs personnes pour pourvoir à nos besoins et ensuite être obligé de travailler de ses propres mains.

En tout état de cause Dieu désire nous amener vers une nouvelle recherche de sa Personne et de sa Volonté. Élie a dû entendre à nouveau la voix de l'Éternel en se tenant devant lui. Il a jusqu'à la fin appris la dépendance de Dieu.

De 8:3 Il t'a humilié, il t'a fait souffrir de la faim, et il t'a nourri de la manne, que tu ne connaissais pas et que n'avaient pas connue tes pères, afin de t'apprendre que l'homme ne vit pas de pain seulement, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche de l'Éternel.

Combien de chrétiens et de serviteurs de Dieu attendent près du torrent de Kerith, qui signifie : gorge, tranchée, la pluie et les corbeaux du passé au lieu de chercher Dieu dans la prière. Nous pouvons nous entêter à attendre que Dieu agisse par nostalgie du passé mais plus par révélation. Le torrent devient alors une "tranchée" de résistance, un trou qui finit par nous enterrer dans l'amertume et la frustration !

Certains autres peuvent aussi entretenir l'illusion en creusant, faute de torrent, des citernes :

Jer 2:13 Car mon peuple a commis un double péché, Ils m'ont abandonné, moi qui suis une source d'eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, Qui ne retiennent pas l'eau.

Il est bon de laisser derrière soi les bénédictions passées pour chercher celles que Dieu veut nous donner pour aujourd'hui même si celles-ci nous bousculent quelque peu. Si un torrent s'assèche, c'est que Dieu qui est la source intarissable, nous ouvre une porte ailleurs et qu'il faut partir. C'est aussi cela l'obéissance à la voix de Dieu.

Php 3:13 Frères, je ne pense pas l'avoir saisi; mais je fais une chose, oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant,

Isa 50:5 Le Seigneur, l'Éternel, m'a ouvert l'oreille, Et je n'ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire