Le vieillard et l'enfant

Le vieillard et l'enfant

 Ecoute ton père, lui qui t'a engendré,
Et ne méprise pas ta mère, quand elle est devenue vieille.
Proverbe 23.22


Il était là, mon petit-fils d'à peine 4 ans, le regard brillant et plein d'innocence.
Nous allions tous les deux, main dans la main, rendre visite à une de mes grand-tantes, âgée de 92 ans.

Cette « mamie », avait un air un peu rébarbatif, je l'avoue ! Le dos très courbé, le visage marqué par toutes ces années et la bouche édentée, lui donnaient un air un peu « sorcière » (comme disaient les enfants !).

En la voyant, mon petit-fils eu une forte réaction de recul, se cachant derrière moi et ne voulant pas dire bonjour à cette mamie, car elle lui faisait peur...

Parlant avec douceur à mon petit-fils, j'ai réussi à lui expliquer que cette mamie était certes, très âgée, mais qu'elle était très très gentille et surtout, elle était très contente d'avoir notre visite, car elle ne pouvait plus sortir comme lui, ni aller se promener.
Lentement, le petit « s'est apprivoisé », approchant prudemment la mamie, pour savoir si ce que je lui racontais était vrai !

La mamie lui offrit un gâteau, un petit jouet, ce qui facilita le contact, et en remerciement, l'enfant accepta de lui faire la bise. Ce fût un exploit !

Par la suite, mon petit-fils allait tout seul voir cette mamie, et il n'en avait plus peur.

Avant, lorsque les familles vivaient encore ensemble, les personnes âgées et les enfants se côtoyaient journellement, souvent les petits-enfants étaient confiés à la garde des aînés, il n'y avait pas de coupure entre les générations.

Aujourd'hui, la vie est bien différente, rares sont les familles qui gardent chez elles les personnes âgées... et le contact avec les enfants devient de plus en plus difficile.

Pourtant les vieillards ont besoin de ce contact, et les petits enfants aussi, même si au départ, ils sont un peu réticents...

Faisons tout notre possible pour favoriser ces contacts, mettons en valeur notre vieillard, afin que nos petits enfants apprennent à les aimer comme ils le méritent.

« Le signe de la bonté chez les jeunes, c'est d'aimer la vieillesse ; et chez les vieux, c'est d'aimer la jeunesse »
E. Géruzez – Extrait de « Mélanges et pensées »

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

30 commentaires
  • Diane Il y a 2 semaines, 5 jours

    Ohlala. Très intéressant. Ça me donne des idées. Mon fils n'a jamais vu une personne très âgée (ma mère n'a pas 60ans). Donc je vais l'amener dire bonjour à son arrière grand mère au village.
  • Eveline Simonnet Bénévole du Top Il y a 3 semaines, 1 jour

    Je souris quand je relis ce texte écrit il y a quelques années.... mon petit fils est un jeune homme... et moi je deviens comme ma grande tante.... mais j’ai beaucoup de chance car malgré « mes handicaps » je suis chez moi et entourée de mes enfants qui m’aident beaucoup.... Alors, merci Seigneur pour ma famille, pour mes amis, et que cette fin de vie soit remplie de Toi.
  • rozange Il y a 3 semaines, 1 jour

    Aujourd'hui, la vie est bien différente, rares sont les familles qui gardent chez elles les personnes âgées... et le contact avec les enfants devient de plus en plus difficile. Pourtant les vieillards ont besoin de ce contact, et les petits enfants aussi, même si au départ, ils sont un peu réticents... Faisons tout notre possible pour favoriser ces contacts, mettons en valeur notre vieillard, afin que nos petits enfants apprennent à les aimer comme ils le méritent. « Le signe de la bonté chez les jeunes, c'est d'aimer la vieillesse ; et chez les vieux, c'est d'aimer la jeunesse » E. Géruzez – Extrait de « Mélanges et pensées » Amen
    • Eveline Simonnet Bénévole du Top Il y a 3 semaines

      Ce n’est pas en se débarrassant des « anciens » en les mettant dans des mouroirs qu’on va aider les jeunes. Il y a toute une éducation et un respect à enseigner, autant dans les familles que dans les écoles ! Et il y a encore du chemin à faire.......
    • JLP29 Il y a 3 semaines, 1 jour

      Encore une fois , vous ne faites que réécrire le texte d'Eveline Simonnet , sans chercher à comprendre la force profonde de ce texte qui nous révèle la difficulté transgénérationnel de notre société actuelle !!!! Il y a pourtant un force commune à connaître nos anciens et leur expérience , aussi bien que d'écouter la jeunesse qui a soif de la VRAIE CONNAISSANCE . Amen
  • Afficher tous les 30 commentaires