Le visible et l'invisible

Le visible et l'invisible

Cher Pasteur,

Nous pouvons nous extasier à juste titre devant les exploits extraordinaires de la Science. Il nous faut reconnaître les progrès fulgurants qu'elle a réalisés ces dernières années, tant dans le domaine de la médecine, de la biologie et de la chirurgie, que dans celui des nouvelles technologies et de la recherche spatiale.

Lorsque pour la première fois parut le célèbre roman de Jules Verne "De la Terre à la Lune", avec son obus habité de trois hommes partant de Floride vers la douce Phœbé souriante dans le ciel, qui donc eût pu se douter qu'environ un siècle plus tard, la fusée Apollo 11 décollerait du même endroit (Latitude 27°7 Nord pour Jules Verne et 28°27 Nord pour Cap Canaveral, avec des longitudes respectives de 79°22 et 80°32 Ouest !), avec à son bord trois hommes, Neil Armstrong, Edwin Aldrin et Michael Collins !

L'homme cherche une réponse à ses interrogations existentielles. Mais le drame, c'est qu'il ne la cherche pas au bon endroit. Sa science lui a bien montré que l'extraordinaire univers qui nous entoure serait le résultat d'une explosion originelle, le fameux "Big Bang", mais elle est incapable de lui dire qui a allumé la mèche du pétard ! Pour lui, seule la matière existe, car ses cinq sens ne peuvent lui faire appréhender autre chose, et c'est pourquoi son champ d'investigations y est inexorablement limité.

Car pour percer le véritable secret de l'origine de l'univers, il faut la foi. Il faut croire en l'existence d'un monde immatériel, infiniment plus vaste et extraordinairement plus puissant, auprès duquel le monde matériel, si impressionnant soit-il, n'est qu'un pâle reflet. L'apôtre Paul n'hésite pas à attribuer à ces deux mondes des qualificatifs bien différents :

"… les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles." (2 Co. 4.18)

Ainsi la Bible nous révèle que ce qui nous semble si solide, si inébranlable, tout ce que nos yeux peuvent voir, nos oreilles entendre, nos papilles savourer, notre odorat sentir et nos mains toucher, que tout cela, dis-je, ne durera qu'un temps, et passera un jour. Et cela, parce que, contrairement à ce que nous imaginons, la matière n'est pas la cause première, mais un effet, le résultat d'un mystérieux processus spirituel. C'est pourquoi la Bible affirme :

"C'est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu'on voit n'a pas été fait de choses visibles." (Héb. 11.3)

"Car il dit, et la chose arrive ; il ordonne, et elle existe." (Ps. 33.9)

Commencer à croire cela, c'est ouvrir une porte sur l'infini et sur l'éternité. C'est comprendre que l'être humain peut n'être pas livré pieds et poings liés aux caprices aléatoires de la matière, mais qu'il peut découvrir l'extraordinaire destinée que son Créateur a prévue pour lui ; que, tout comme il est venu au monde en tant qu'être matériel, il peut naître dans cette dimension nouvelle du monde de l'esprit, en croyant au Seigneur Jésus :

"Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit." (Jn. 3.6)

"… il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ" (Éph. 2.6)

C'est un monde où tout est possible, qui possède une entière autorité sur la matière dans laquelle nous vivons journellement, et duquel provient toute bénédiction, spirituelle ou matérielle :

"Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation." (Ja. 1.17)

C'est pourquoi, tout en admirant sans réserve ce que d'aucuns appellent les "prodiges" de la science, force nous est de constater son incurable limitation, et l'inanité de ses prétentions, face à la merveilleuse richesse de la foi :

"Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas." (Héb. 11.1)

La foi est antiscientifique, me direz-vous ? Je l'admets fort volontiers, car elle transcende tout ce que l'homme appelle science.



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

2 commentaires