Les arbres du Liban

Les arbres du Liban

"Et nous, nous couperons des bois du Liban autant que tu en auras besoin ; nous te les expédierons par mer en radeaux jusqu'à Japho, et tu les feras monter à Jérusalem.

" (2 Chr. 2.16)

Huram, roi de Tyr, va préparer du bois pour le temple que Salomon va construire. Ses bûcherons vont aller couper des cyprès et des cèdres au Liban, et lui envoyer en radeaux par mer jusqu'au port de Japho (actuellement Jaffa).

Il y a bien longtemps, je me trouvais sur un pont enjambant un cours d'eau, en Norvège. Je voyais descendre des radeaux de troncs de sapin les uns à la suite des autres ; ils se dirigeaient vers une fabrique de papier près du lac où débouchait la rivière. Et cet épisode de la vie de Salomon me revint en mémoire.

Étant assez rêveur de nature, je me pris à imaginer que les bûcherons parcourant les forêts du Liban demandaient aux arbres s'ils voulaient venir pour orner l'habitation du grand roi Salomon. Mais cela nécessitait leur abattage, et le dépouillement de leur verte parure. De nombreux arbres acceptèrent ce sacrifice, à l'exception d'un grand cèdre majestueux, le roi de la forêt. Mais quand les bûcherons furent partis, un incendie se déclara. Le cèdre regretta alors amèrement son orgueil qui lui avait fait refuser d'être utile dans la maison du roi. Il était maintenant trop tard, car ses puissantes racines le fixaient solidement au sol ; bientôt il ne serait plus qu'un tas de cendres !

C'est ainsi que pour être sauvé du feu du jugement de Dieu, il est nécessaire d'accepter de renoncer à nous-mêmes et à notre orgueil, pour participer à l'édification du véritable Temple de Dieu :

"Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l'édifice, bien coordonné, s'élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit." (Éph. 2.20)

Mais pendant que je méditais ainsi sur le pont, mon attention fut attirée par un drame qui se jouait dans le fleuve. Les liens d'un des radeaux s'étaient rompus, et les troncs s'emmêlaient et se fracassaient les uns sur les autres, dans leur cheminement vers l'usine.

Nous sommes dans les radeaux de l'église locale, en route vers une Japho spirituelle, où le Seigneur Jésus viendra nous chercher pour nous emmener dans la Jérusalem céleste. Mais il est indispensable que les éléments de ces radeaux que nous sommes soient étroitement liés entre eux : "Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de l'amour, qui est le lien de la perfection." (Col. 3.14)

C'est lorsque ces liens se relâchent qu'apparaissent les rivalités, les disputes, les divisions. Le radeau se disloque. Prenons soin de bien vérifier nos cordages, car ils nous viennent du grand bûcheron flotteur de bois sur l'océan du temps.

"Je les tirai avec des liens d'humanité, avec des cordages d'amour" (Osée 11.4)



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire