Les églises qui forment

Les églises qui forment

Je me souviens toujours du serrement  au creux de l’estomac. J’étais un étudiant, un jeune croyant, et ma foi en Christ ressemblait à un château de cartes qui s’était écroulé. La vie chrétienne, si excitante et joyeuse devint un mythe, pendant un temps. Je me sentais sans racine, à la dérive et confus.

Un membre de ma confrérie venait de me poser quelques questions sur le christianisme auxquelles je n’avais pas de réponse. Ce qui me troubla profondément jusqu’au moment où Bob Prall, pasteur et ouvrier chrétien sur le campus, y répondit pour moi. « Souviens-toi toujours qu’il existe une réponse quand bien même tu l’ignores», me conseilla-t-il à la fin. 

Au cours des deux années suivantes, je le suivis partout, l’observant pendant qu’il partageait Christ avec des personnes sceptiques, écoutant ses discours, et suivant la manière avec laquelle il s’y prenait avec des non chrétiens. L’exemple affectueux et savant de Bob de même que ses enseignements m’ont permis de m’enraciner profondément dans la vérité de Dieu et m’ont donné une base pour trois décennies d’interaction avec les non croyants. Je lui serai toujours reconnaissant de la manière dont il m’a formé.

En effet, de la même manière que Bob m’a formé, plusieurs églises à travers l’Amérique du Nord affûtent leurs membres à répondre avec efficacité aux questions des non chrétiens. Leurs histoires pourront peut-être vous encourager.

Dîner et Discussion

Dennis McCallum est pasteur de la Communauté Chrétienne Xenos de Columbus dans l’Ohio. Il a une passion ardente pour atteindre les « post-modernes » pour Christ. A cet effet, les membres de Xenos ont élaboré des méthodes efficaces de formation à l’évangélisation. Dans son livre, The Death of Truth, McCallum expose à grands traits un plan pratique en se servant des groupes de discussions au cours des dîners. « Communiquer avec la culture post-moderne n’est pas impossible, déclare-t-il, cela est tout juste plus difficile. » De la même manière que les missionnaires doivent apprendre la langue et les coutumes des peuples qu’ils veulent atteindre et bâtir des relations avec ceux-ci, il revient à nous aussi de comprendre et de nous lier d’amitié avec les post-modernes.

Ainsi, « Dîner et Discussion » de Xenos réunit des chrétiens et certains de leurs amis non chrétiens dans un domicile pour dîner et discuter ensemble. Les invités sont assurés qu’il ne s’agit pas d’un culte et que toutes les opinions sont les bienvenues. Les sujets comprennent : « Juger ou ne pas juger», « Le pardon dans les relations », « Les opinions sur l’après vie », et l’actualité. 

A la fin du dîner, le coordinateur présente plusieurs scénarios pour la discussion. Lors d’une séance sur le jugement, par exemple, il pourrait décrire une situation de racisme au travail et appeler les participants de décider si cela est « acceptable » ou « mauvais ». Ensuite, il raconte l’histoire d’une mère de famille qui choisit de quitter son époux et ses enfants pour un autre homme ; et invite une fois de plus les participants à voter. L’idée est de créer une petite confusion afin d’aider les participants à se rendre compte que, contrairement à la mentalité courante selon laquelle tout point de vue est acceptable, parfois ils portent eux-mêmes des jugements qu’ils pensent absolument indiqués.

Un échange pareil peut conduire aux discussions sur, par exemple, l’Allemagne de Hitler. Le massacre des Juifs était-il simplement une tradition culturelle qu’ il faut respecter ?

De toute évidence, l’objectif n’est pas de prêcher, mais d’amener doucement des non chrétiens à repenser leurs présuppositions. Les sessions ne comprennent pas toujours une présentation de l’Evangile. Au fait, elles peuvent être « pré-évangéliques », afin d’aider les non croyants à revoir leur propre relativisme, à reconnaître la nécessité de quelques vérités universelles ou absolues, et à se rendre compte que les chrétiens détiendraient peut-être quelques réponses. Les membres de l’église peuvent plus tard poursuivre ces relations et présenter Christ au moment opportun. « Dès que les pensées des gens ont été dégelées ou secouées de leur modèle post-moderne totalitaire, ils deviendront de nouveau ouverts à l’évangile, » déclare McCallum. 

Xenos s’est aussi engagée à enraciner les jeunes dans la Parole de Dieu. Son programme comprend des jeux, des histoires, et une étude biblique pour les jeunes afin d’aider les élèves et les étudiants à comprendre et à expliquer la vérité de Dieu. De plus, des rencontres conçues pour des publics séculaires et comprenant des enseignements par une équipe composée des adultes et des jeunes sont organisées dans les domiciles des lycéens. Ainsi, des gamins évangélisent leurs congénères, et les groupes d’étude bibliques universitaires partagent l’évangile avec les étudiants de l’Etat d’Ohio.

En dépit des connaissances que Kellie Carter avait acquises du mouvement New Age, sa mère succomba au cancer du sein. Désabusée en ce qui concerne Dieu après le décès de sa mère Kellie chercha des réponses dans la voyance, l’astrologie, et la méditation. Puis un de ses amis l’invita à une séance d’études bibliques de Xenos sur le campus universitaire pendant laquelle elle a débattu du christianisme avec les autres personnes présentes.

« Ce qui m’a frappé est que je recevais toutes les réponses, se souvient Kellie, ces gens savaient ce en quoi ils croyaient et pourquoi ils y croyaient. Voilà ce qu’il me fallait.» Les preuves scientifiques et historiques à propos du christianisme l’ont poussé à accepter Christ comme Sauveur.

Plus tard, Kellie a invité Jeremy (« Germ ») Gedert à une rencontre organisée par Xenos sur la colère, un problème qu’il reconnaissait avoir. Suite à des leçons bibliques sur l’accomplissement de la prophétie, Germ plaça sa foi en Christ. Germ déclare à présent que Dieu lui a donné « des relations magnifiques, une humeur maîtrisée, et une vision véritable pour ma vie en Christ avec en plus une femme merveilleuse (appelée Kellie Gerdert). » Des étudiants formés évangélisent d’autres étudiants.

Xenos organise des cours, des conférences, et offre des exposés et des livres afin d’aider les chrétiens à comprendre et à partager l’Evangile dans la culture moderne. Pour toute information rendez vous sur : www.xenos.org.

Répandre la Passion

Lorsque George Haraksin est devenu chrétien, il était étudiant à l’Université de l’Etat de Californie à Fullerton. Cependant, il changea de spécialité et se mit à étudier les religions comparées afin de découvrir les vérités du christianisme. A travers son engagement dans l’Eglise du Nouveau Chant dans la ville voisine de San Dimas, il a renforcé ses connaissances bibliques et en apologétique, ce qui lui a permis d’enseigner sur la pensée New Age. De plus, les études en philosophie et en éthique au Talbot Seminary ont attisé en lui le zèle de communiquer les vérités bibliques. En effet, Haraksin enseigne lesdites vérités à présent en tant que pasteur chargé de l’Enseignement et de la Formation à l’Eglise du Nouveau Chant.

« L’épître aux Ephésiens nous demande d’édifier l’église, remarque-t-il. Il existe trois niveaux d’apprentissage : la classe, les relations et à la maison. » Avec ses collaborateurs, Haraksin cherche à utiliser ces trois niveaux pour préparer les membres de son église à répondre aux questions que posent les non chrétiens.

Ainsi, les dirigeants de l’Eglise du Nouveau Chant intègrent aux réunions régulières de leur église la formation des saints. Certains sermons traitent de l’apologétique, tandis que ceux prêchés au cours des rencontres dans les soirées de la semaine traitent des sujets tels que « l’Evangélisation et la mentalité post-moderne ». Quant aux déjeuners mensuels des hommes, ils traitent des « Preuves en faveur de la Résurrection » ou de « Jésus le chemin unique ? » A l’invitation de l’Eglise du Nouveau Chant, des enseignants de l’Ecole Internationale de Théologie sont venus donner des enseignements sur « Comment développer une perspective chrétienne du monde » et d’autres sujets théologiques encore.

« Je m’efforce de trouver des personnes au sein de l’église ayant ce genre de passion (pour l’apologétique) et le don de l’enseignement,  explique Haraksin. Au fur et à mesure que je les identifie, j’essaie de m’approcher d’elles afin d’attiser en elles ladite passion et pour les développer en leaders. »

Il veut être à même de faire aider des personnes ayant des questions sur la science et le christianisme par les membres de son église, spécialistes du domaine. Il est en train de mettre sur pied un réseau en matière d’apologétique au niveau de l’église locale.

Jeff Lampman, membre de l’Eglise du Nouveau Chant, reçut un coup de fil et une lettre de son cousin traduisant des perspectives bibliques étranges. « Je n’avais aucune idée sur la manière de lui répondre», se rappelle Jeff . Il montra la lettre à Haraksin, qui y discerna la doctrine des Témoins de Jéhovah. Lorsque deux Témoins de Jéhovah se présentèrent à son domicile, il les invita à le rencontrer avec Haraksin. « J’étais mal à l’aise au départ, » explique Jeff ; il grandit dans sa connaissance de la Bible au fur et à mesure qu’il vit Haraksin à l’œuvre au cours des six mois suivant.

L’expérience « m’a enseigné pourquoi je crois en ce que je crois, » se souvient Jeff. « Auparavant, si l’on me demandait pourquoi je crois en ce que je crois, je n’aurais aucune idée sur comment répondre. J’en ai à présent. George [ Haraksin] a été d’une assistance énorme. J’ai actuellement plus d’assurance, et je sais où trouver des ressources pour défendre effectivement ma foi. » Jeff continue à mettre en pratique ce qu’il a appris, dans ses rapports avec ceux de ses collègues sceptiques, en même temps qu’il aide à former et à encourager d’autres chrétiens.

L’apologétique n’intéresse pas tous les membres de l’Eglise du Nouveau Chant. Haraksin estime qu’il doit y avoir 10 à 20 pour cent des membres désireux d’assister aux réunions hebdomadaires s’ils sont encouragés de manière personnelle dans ce sens. D’autres membres préfèrent être à même de répondre de manière spontanée lorsqu’ils sont face à des personnes sceptiques. D’autres encore s’y intéressent peu ou pas du tout.

« Il existe toujours un anti-intellectualisme au sein de l’église», remarque Haraksin.  Certaines personnes veulent savoir « Pourquoi ne puis-je pas aimer Dieu tout simplement ? Pourquoi ai-je besoin de connaître toutes ces choses en plus ? » De fait, notre société connaît une surcharge d’information, et certaines « personnes ne veulent pas consacrer du temps à la lecture et à l’étude, » ce qui peut être décevant pour un pasteur bien désireux de voir les membres de son église apprendre.

Haraksin raconte l’histoire d’une femme qui mit en cause la divinité de Jésus. Dans une autre église, on lui avait dit de ne pas poser ce genre de questions, mais de passer des moments dans la prière. Haraksin apporta des réponses à ses préoccupations individuellement et l’invita à s’inscrire au cours intitulé « Jésus sous le feu » organisé par l’Eglise du Nouveau Chant. Ainsi, elle était libre de poser des questions sans la crainte d’offenser quiconque. Elle est vite devenue une chrétienne affirmée, engagée dans l’église.

« Nous sommes des personnes enclines aux relations et vivant dans une culture de relation, remarque Haraksin, nous continuons à apprendre. » Le présent produit du ministère de formation de son église contribue à l’heure actuelle à répandre le feu, qu’il a allumé.

Questions et réponses

Barry Smith est pasteur du ministère de la Formation des Disciples à l’Eglise Presbytérienne Kendall à Miami. Il désire ardemment que les adultes et les jeunes comprennent les vérités du christianisme. A cet effet, les écoles du dimanche ont même fait figurer des trimestres sur l’apologétique et l’éthique chrétienne dans leurs programmes. Au cœur de l’accent que met Kendall sur l’apologétique se trouve « Questions et Réponses ». Il s’agit, au fait, des dîners mensuels au cours desquelles ont lieu les discussions sur le rapport entre la foi et monde séculaire.

Lesdites rencontres sont nées des conversations de Smith et de l’aumônier des hôpitaux, Phil Binie, qui avait pendant un temps fait partie de l’équipe de l’Abri en Suisse et aux Pays-Bas (L’Abri est un réseau de centres d’études chrétiennes crées par feu le Dr Francis Schaeffer.). Le noyau du groupe animant les rencontres est composés des hommes et des femmes professionnels dans la communauté, tous issus de Kendall. L’équipe dirigeante comprend un rédacteur du Miami Herald, un juge de la Cour fédérale, un professionnel de la médecine, des professeurs de l’Université de Miami, un avocat, et un artiste musicien.

Les membres composant le noyau du groupe invitent leurs amis et leurs collègues à se joindre à eux. Ainsi, des familles, y comprit les enfants, se réunissent dans un domicile pour dîner et bavarder. Après 45 minutes à table, les moniteurs prennent la charge des enfants pendant qu’un membre du groupe co-ordonne une présentation d’une heure pour les adultes. Smith a mené une discussion sur la question du mal : « Si Dieu est bon, d’où vient le mal ? »

L’éthique journalistique fut au centre d’une autre discussion, tandis qu’un juge s’occupa de celle sur la séparation entre l’église et l’état. Un professeur d’Anglais traita du « déconstructionisme » et de l’analyse littéraire tels qu’ils s’appliquent à la Bible, un sujet quelque peu compliqué mais très pertinent. ( Le déconstructionisme comprend la tendance à trouver le sens d’un texte non dans l’intention de l’auteur mais dans ce que les lecteurs d’aujourd’hui veulent faire dire au texte.)

Smith affirme qu’au moins une personne s’est confiée à Christ à travers une quête personnelle engendrée suite à son assistance aux rencontres du groupe. Au départ, tous les membres laïcs s’étaient accommodés mal à l’idée de partager leur foi en dehors de l’église ; à présent cela leur est plus aisé. Smith remarque un couple en particulier (un professeur de psychologie et un avocat) ; ayant fait leurs débuts au programme en tant que jeunes croyants, le couple a connu une croissance dramatique parce qu’ils ont compris le sens du christianisme dans leur cadre professionnel.

Smith souligne que le format «  Questions et Réponses » est facile à reproduire et peut se passer des membres du clergé. Le programme a commencé de manière informelle, il n’était pas un ministère reconnu par l’église au départ. « L’idée, explique t-il, était juste de trouver des personnes s’efforçant de contextualiser leur vie chrétienne en publique, et disponibles à partager leur expérience avec nous. »

Etablir un programme semble être le plus grand obstacle, étant donné la difficulté de trouver des mailles dans les programmes touffus des professionnels. Néanmoins, Smith est encouragé par ce que « Questions et Réponses » a accompli en deux ans. Il constate un regain d’intérêt dans les œuvres de Schaeffer qu’il recommande avec enthousiasme aux croyants et chercheurs.

L’Apôtre Pierre dit au croyants : « …soyez toujours prêts à vous défendre contre quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous : mais (faites-le) avec douceur et crainte » (1Pi 3.15). Paul affirme que Dieu donne des dirigeants spirituels à l’église pour « … le perfectionnement des saints. Cela en vue de l’œuvre du service… » (Eph 4.12). La Communauté Chrétienne Xenos, l’Eglise du Nouveau Chant et l’Eglise Presbytérienne Kendall prennent tous les présents avertissements au sérieux et expérimentent ainsi le fruit du royaume de Dieu.

Le présent article est paru pour la première fois dans le numéro de mars/avril 1999 du Moody Magazine.© 1999 Rusty Wright. Il est utilisé sous permission.

A propos de l’Auteur

Rusty Wright est orateur associé et écrivain à Probe Ministries, conférencier international, auteur et journaliste d’agence primé ayant animé des conférences dans six continents. Il est titulaire d’une licence en psychologie et d’un Master Degree en Théologie des Universités de Duke et d’Oxford respectivement.

Qu’est-ce que Probe ?

Probe Ministries est un ministère à but non lucratif dont la mission consiste à assister l’église à travers le renouvellement de la pensée des croyants en les dotant d’une perspective chrétienne du monde et à l’ édifier afin qu’elle atteigne le monde pour Christ. Probe accompli sa mission à travers des conférences Jeux de la Pensée pour jeunes et adultes, notre programme radio quotidienne de 3 minutes et demi, notre vaste site web : www.probe.org et le ProbCenter à l’Université de Texas à Austin.

0 commentaire