Les implications et les conséquences du Royaume de Dieu

Les implications et les conséquences du Royaume de Dieu

Introduction

Prêt à verser son sang (The voice of the Martyrs, traduction libre)

Se tenant à l’extérieur mais près de la porte d’entrée de l’église, elle est intriguée par l’amour et la joie manifestés par les chrétiens qui sont à l’intérieur. Remarquant sa présence, la missionnaire américaine lui propose d’entrer, mais la jeune fille décline poliment l’offre de la dame. Ce n’est pas qu’elle ne veuille pas accepter l’invitation. Au contraire, au fond de son cœur, elle souhaiterait joindre sa voix à ces croyants qui chantent et adorent Dieu de tout leur cœur. Ils semblent si heureux, et la communion qu’ils ont entre eux est si spontanée et naturelle. Toutefois, cet endroit dans les Philippines est très hostile au christianisme et son père lui a formellement interdit d’avoir quoi que ce soit à faire avec « ces chrétiens ».

Ce que la jeune philippine ne sait pas, c’est que la missionnaire prie avec ferveur pour le salut de son âme, soupirant de voir le jour où cette jeune fillette l’accompagnerait à l’église et apprendrait comment Jésus à verser son sang sur la croix afin que ses péchés soient pardonnés. La jeune fille ressent bien que quelque chose est en train de se produire dans sa vie, il lui est de plus en plus difficile de résister à l’invitation de cette charmante missionnaire.

Finalement, un bon dimanche matin, elle accepte. Non seulement elle accepte l’invitation de participer à l’école du dimanche, mais elle ouvre aussi son cœur à Jésus. Ce jours-là, cette petite philippine est devenue un enfant de Dieu. La missionnaire partageant la joie débordante de cette jeune fille, lui remet une jolie robe blanche représentant le fait que Jésus a lavé tous ses péchés.

La semaine s’écoule et anxieuse de rencontrer de nouveau la jeune fille, la missionnaire se rend rapidement au prochain service de l’église. Mais la jeune fille ne peut être trouvée nulle part. Se faisant du soucis pour cette fillette, la missionnaire se rend dans le village où celle-ci habite. En arrivant à sa maison, elle trouve la jeune et nouvelle croyante étendue dans la poussière. Alors qu’elle s’approche, elle s’aperçoit que la jolie robe blanche qu’elle lui avait donnée était déchirée, salie et imprégnée de son sang. Le père de la jeune fille n’avait pas partagé leur joie lorsqu’il a appris la conversion de sa fille. Fou de rage, il l’a battu, frappé à répétition et l’a laissé pour morte.

La missionnaire voyant l’état de la jeune philippine soulève gentiment ce corps frêle et inconscient et la transporte à l’église où un docteur se précipite pour venir lui prodiguer les premiers soins. Ils lui enlèvent la jolie robe blanche maintenant en lambeau afin de la nettoyer mais ils se rendent tous compte très rapidement que les blessures étaient beaucoup trop sévères pour qu’elle puisse s’en sortir. La jeune philippine allait bientôt mourir.

La missionnaire et d’autre amis se rassemblent donc auprès d’elle, afin de la réconforter durant ses dernières heures. Alors que cet enfant reprend conscience, elle fait une demande tout à fait spéciale à la missionnaire. Malgré sa souffrance et les traumatismes infligés par son père, elle insiste résolument à tenir la jolie robe blanche que la missionnaire lui avait offerte. Les croyants on beau lui expliquer qu’elle était en lambeau, imprégnée de sang et de poussière, mais elle insiste à tenir la robe dans ses mains. Avec la foi toute simple d’une jeune fille de 10 ans, elle murmure : « je veux juste que Jésus sache que j’ai été prête à verser mon sang pour lui ».

Au travers du témoignage de cette jeune fille, j’aimerais ce matin que nous nous arrêtions un moment pour nous poser une question. «Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la vie de cette jeune fille pour qu’elle soit ainsi prête à verser son sang pour son sauveur bien-aimé ?»

Malgré son jeune âge, elle avait certainement des projets, des rêves, des ambitions pour son avenir… il y a quelque chose qui s’est passé dans sa vie qui a bouleversée ses priorités et a placés ses ambitions personnelles à un second rang. Je crois que cette jeune fille a réalisé que donner sa vie à Jésus implique de consacrer sa vie à une cause qui allait au-delà de ses projets personnels.

Cette cause, la séduite à un point tel qu’aucune circonstance, qu’aucune personne, pas même ses parents, aucune menace ne pouvait venir remettre en question sa décision de vivre pour Jésus. Une cause pour laquelle non seulement la mort ne représente pas une défaite ou une perte mais un gain et une victoire.

Cette cause est celle du Royaume de Dieu. (2Tm 1.12)

Ce matin, j’aimerais voir avec vous quelques implications et bénéfices du Royaume de Dieu dans la vie du croyant.

Notre participation au Royaume de Dieu implique la repentance

Mt 3.1-2, 7-10 : Ce n’est pas une descendance charnelle qui nous procure le statut de participant dans le Royaume de Dieu. Ici Jean-Baptiste frappe en plein dans le mille en attaquant la fierté juive, pour lui ils ne font pas partie de la descendance de la femme par qui la promesse de rédemption doit venir, par leur attitude ils démontrent plutôt qu’ils descendent du serpent car ils s’opposent à Dieu (cp. Jn 8.44)

Prenons un moment pour définir plus précisément ce qu’est la repentance : 1Th 1.9-10.

On raconte, en effet, à notre sujet, quel accueil vous nous avez réservé et comment vous vous êtes tournés vers Dieu en vous détournant des idoles pour servir le Dieu vivant et vrai et pour attendre que revienne du ciel son Fils qu’il a ressuscité des morts, Jésus qui nous délivre de la colère à vient. (1 Th 1.9-10, Semeur)

La repentance va au-delà d’un sentiment, elle se manifeste par un comportement nouveau et différent d’auparavant.

Alexandre le Grand était un général brillant et courageux. Un jour, un de ses officiers s'est présenté devant lui. Il comparaissait pour insubordination et conduite frisant la lâcheté. Alexandre le Grand demanda à l'officier, "Quel est ton nom ?" L'officier répondit, "Sir, mon nom est le même que le vôtre. Mon nom est Alexandre."Le général a regardé l'officier et s'est écrié, "Alexandre ? Alors, soit tu changes ton nom, soit tu changes de conduite !" En tant que chrétiens, nous ne pouvons pas porter le nom de disciples de Jésus à moins d'être disposés à suivre ses ordres. Nous devons changer de nom ou de conduite.

La repentance dirige notre attention sur Dieu et non pas sur nos fautes passées. (La conviction de péché nous pousse vers Dieu, la condamnation du diable nous éloigne de Dieu.)

Puisque la repentance dirige notre attention sur Dieu, elle détourne de ce fait même notre attention sur notre vie passée.

La repentance nous transforme pour un but, celui de servir Dieu. Elle provoque un nous un désir profond de s’engager totalement au service du Royaume de Dieu.

Un pourceau et une poule, qui partageaient la même basse-cour, avaient entendu parler du programme qu’une église avait mis sur pied pour nourrir les affamés. Le pourceau et la poule se sont mis à réfléchir pour voir comment ils pourraient aider. La poule dit : « J’ai trouvé ! Nous allons donner à l’église du jambon et des œufs pour nourrir les affamés » Le pourceau réfléchit à cette proposition et dit, « Il y a une chose qui ne va pas avec ton idée d’œufs et de jambon. Pour toi, ça exige seulement une contribution, mais pour moi, ça exige un engagement total ! »

La repentance se manifeste aussi par une espérance, celle du retour de Jésus-Christ. Cette espérance a encouragé les croyants de Thessalonique fortement éprouvés à se consacrer sans compromis au service de Dieu.

[Chant : La voix du Seigneur m’appelle…]

Notre participation au Royaume de Dieu provoquera l’incompréhension des incroyants

Mais il y eut un homme d'entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n'est avec lui. Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et (c’est à dire) d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. Ne t'étonne pas que je t'aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit. (Joh 3:1-8)

Nicodème ne peut pas saisir l’œuvre de l’Esprit au travers Jésus. Comme le vent, il en perçoit certains effets mais, n’ayant pas l’Esprit de Dieu dans sa vie, il ne peut pas discerner l’œuvre et le message de Jésus.

Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit : Ne cherchons pas à être compris par ceux qui n’ont pas l’Esprit de Dieu, il est tout à fait normal que nous vivions de l’incompréhension.

Cependant, c'est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n'est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis; nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire, sagesse qu'aucun des chefs de ce siècle n'a connue, car, s'ils l'eussent connue, ils n'auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. Dieu nous les a révélées par l'Esprit. Car l'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est l'Esprit de Dieu. Or nous, nous n'avons pas reçu l'esprit du monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu'enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu'enseigne l'Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l'homme animal ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge. L'homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n'est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ. (1Co 2:6-16)

Notre participation au Royaume de Dieu implique le recherche constante du règne de Dieu.

Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. (Mat 6:33)

Déf. du Royaume de Dieu : « Sphère où Dieu règne, où sa volonté est accomplie. Il a pour sujets les croyants, pour roi, J.-C. Ce royaume est à la fois actuel, là où Jésus règne sur nos motivations et nos actions, et futur, lorsque le règne de Dieu sera général et effectif et s’exercera sur un univers renouvelé. »(La Bible du Semeur)

Chercher le Royaume de Dieu, c’est chercher son règne.

La Bible Semeur traduit le verset comme suit : « Faite donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. » (Mt 6.33)

Le verbe pour « cherchez » est un impératif présent. (a) L’impératif met en valeur l’aspect d’un commandement ; (b) le présent souligne que c’est une tâche que nous devons faire sans arrêt. Nous pourrions donc traduire : « Cherchez continuellement le règne de Dieu dans votre vie ».

L’enfant de Dieu a cette prière qui jaillit avec force de son âme : « Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite dans ma vie comme au ciel… » (Mt 6.10)

La recherche du règne de Dieu est un S.O.S. que nous lançons à Dieu : Nous reconnaissons que nous avons besoin de la direction divine afin que notre vie ait un sens véritable : « Je suis errant comme une brebis perdue; cherche ton serviteur, Car je n'oublie point tes commandements. » (Ps 119.176)

Le prophète Jérémie avait compris que ce n’était pas à lui de donner un sens à sa vie :

Je le sais, ô Eternel! La voie de l’homme n’est pas en son pouvoir; Ce n’est pas à l’homme, quand il marche, A diriger ses pas. (Jérémie 10:23)

Vous pouvez choisir votre métier, votre conjoint, vos passe-temps et bien d’autres aspects de votre vie, mais pas votre raison d’être. (Rick Warren, Une vie, une passion, une destinée, Longueuil, Les éditions Multilingues, p. 19.)

Le romancier russe Andrei Bitov a grandi dans un régime communiste athée, mais lors d’un jour de tristesse, Dieu a attiré son attention. Il raconte : « Au cours de ma vingt-septième année, alors que j’étais dans le métro à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), j’ai été submergé par un désespoir si intense qu’il m’a semblé que ma vie s’arrêtait, que tout avenir était bouché et que rien n’avait de sens. C’est alors que soudain, venue d’on ne sait où, une phrase a résonné dans ma tête : Sans Dieu, la vie n’a aucun sens. Je me suis répété ces mots avec stupéfaction et ils ont défilé dans ma tête comme un escalator. Je suis sorti du métro et j’ai marché dans la lumière de Dieu. (Rick Warren, Une vie, une passion, une destinée, Longueuil, Les éditions Multilingues, p. 19.)

[Temps de prière dans lequel (a) nous demandons pardon à Dieu pour les moments où nous cherchons à nous bâtir un avenir sans rechercher sa volonté, (b) nous invitons Dieu à manifester son règne dans notre vie ]

Conclusion Quelques bénéfices du Royaume de Dieu

Lorsque nous vivons pour la cause du Royaume, Dieu béni notre vie.

C'est la bénédiction de l'Éternel qui enrichit, Et il ne la fait suivre d'aucun chagrin. (Pro 10.22)

Si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, Vous mangerez les meilleures productions du pays (Es 1.19)

Car l’Éternel Dieu est un soleil et un bouclier, L’Éternel donne la grâce et la gloire, Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité. Éternel des armées! Heureux l’homme qui se confie en toi! (Ps 84.11-12)

Lorsque nous vivons pour la cause du Royaume, son oeuvre ne peut être étouffée

Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l'ivraie parmi le blé, et s'en alla. Lorsque l'herbe eut poussé et donné du fruit, l'ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n'as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie? Il leur répondit: C'est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent: Veux-tu que nous allions l'arracher? Non, dit-il, de peur qu'en arrachant l'ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l'un et l'autre jusqu'à la moisson, et, à l'époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d'abord l'ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. (Mat 13:24-30)

Ce que la parabole nous enseigne :

Il y a un ennemi qui cherche à semer des obstacles dans notre vie.

Dieu permet que des obstacles se présentent sur notre chemin et qu’ils y demeurent pour un temps.

Peut importe la quantité de l’ivraies… elles ne peuvent arrêter la croissance de la bonne semence.

Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d'autrui? S'il se tient debout, ou s'il tombe, cela regarde son maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l'affermir. (Rom 14:4)

Un artiste rendit visite à une amie très chère. Quand il arriva, elle était en larmes. Il lui en demanda la raison. Elle lui montra un foulard d'une grande beauté, qui avait pour elle une grande valeur sentimentale. Ce foulard venait d'être endommagé par de l'encre indélébile. L'artiste lui demanda la permission de prendre le foulard qu'il lui retourna, plusieurs jours plus tard, par la poste. Quand elle ouvrit le paquet, elle eut de la difficulté à reconnaître son foulard. Partant de la tache, l'artiste avait fait un dessin d'une grande beauté avec de l'encre de chine. Maintenant ce foulard était bien plus beau et avait bien plus de valeur qu'avant…Il arrive que les tragédies qui nous brisent le cœur, deviennent le moyen même pour un plus beau dessin dans nos vies. Soyons patients avec les blessures DONT NOUS n'avons aucun contrôle. Elles peuvent, en fin de compte, devenir une source de guérison et de beauté spirituelle.

Lorsque nous vivons pour la cause du Royaume, il est possible d’expérimenter la paix de Dieu au sein des moments difficiles.

Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ. » (Phi 4:4-7)

Il n’est pas dit dans le texte que notre problème sera résolu… sinon nous n’aurions pas besoin d’une paix qui surpasse toute intelligence. Paul est en train de nous dire que parfois nous serons appelés à affronter des circonstances difficiles qui ne se règleront pas toujours dans l’immédiat. Il est cependant possible d’y expérimenter la paix de Dieu.

L’apôtre Paul sait de quoi il parle, il ne parle pas au travers son chapeau, ce qu’il dit, il le met en application. Nous en avons la preuve à ceci : Ce sont dans les lettres dites de la « captivité », alors que l’apôtre des gentils est emprisonné que nous le voyons abondé de reconnaissance envers Dieu et parler de la joie, de l’espérance et de la paix du croyant.

Ma prière pour vous ce matin c’est que vous puissiez réaliser que notre intégration au Royaume de Dieu implique de sérieuses responsabilités. Celles-ci sont cependant accompagnées de très grandes bénédictions pour celui qui se soumet à l’appel du Royaume.

0 commentaire