Les paroles restent des "Armes de destruction massive"

Les paroles restent des "Armes de destruction massive"

Nous avons consacré plusieurs de nos dernières éditions de la “Manne du Lundi” à l’utilisation – et aux abus – des paroles. Dans le monde d’aujourd’hui, avec la prolifération de programmes ininterrompus de chaînes de télévision, d’émissions de radio, de l’Internet et de toutes sortes d’autres formes d’expression, il semble que ce sujet soit plus important que jamais.

Dernièrement, un célèbre animateur de radio fit l’objet de sévères critiques à cause de commentaires impromptus qu’il avait prononcé durant son émission. Les déclarations qu’il avait faites se voulaient humoristiques et amusantes, mais elles ne furent pas du tout du goût du groupe ethnique qui en avait fait l’objet. Finalement, le commentateur de cette radio fut licencié, malgré ses nombreuses années de service.

Il y a un dicton qui dit ceci “la bave du crapaud n’atteint point la blanche colombe”. Il est temps de se débarrasser de ce dicton, une fois pour toutes. Il ne s’est jamais avéré juste. Les dommages causés par des paroles dures sont souvent plus douloureux et laissent des traces pendant plus longtemps que les coups physiques, même si aucun des deux n’est acceptable.

Ce problème ne se limite certainement pas aux média. Des paroles prononcées sur le coup de la colère – ou simplement sans avoir fait attention – entre époux, parents et enfants, frères et sœurs, peuvent être la cause de considérables douleurs à la maison. Dans le milieu professionnel, où les attentes peuvent être immenses et la pression du travail très intense, des paroles chargées d’émotion peuvent faire autant de dégâts que des lames acérées.

Il peut y avoir de nombreuses raisons qui motivent des paroles dures – la frustration, l’hostilité, l’envie, l’orgueil, la jalousie, la colère. Très souvent, après avoir prononcé des paroles non appropriées, nous les regrettons et nous aimerions pouvoir les ramasser et les jeter par la fenêtre. Malheureusement, le mal est fait : des pensées empoisonnées laissent alors une profonde empreinte dans les esprits.

Quelle est la solution ? La vie est faite de tellement de spontanéité et il en va de même des paroles que nous prononçons sans réfléchir. Comment éviter d’infliger une telle capacité de destruction orale aux personnes avec qui nous travaillons, qui comptent pour nous et même que nous aimons ? Le livre des Proverbes, dans l’Ancien Testament de la Bible, nous offre quelques idées qui valent la peine d’être analysées :

Soignez vos paroles comme des biens précieux. Tout comme cet animateur radio qui paya très cher ses paroles légères et insensibles, nous devrions nous aussi être bien conscients des conséquences de commentaires dégradants, même s’ils semblent fort à propos. ‘Mais je n’avais pas l’intention de blesser…’ constitue une faible défense, par ailleurs inacceptable. “Celui qui veille sur sa bouche garde son âme; celui qui ouvre de grandes lèvres court à sa perte” (Proverbes 13:3)

Ne laissez pas vos émotions diriger votre langue. Restez conscient des dangers potentiels qu’il y a de faire des commentaires irréfléchis, sous le coup de l’émotion, que vous pourriez regretter par la suite. Penser soigneusement à ce que vous allez dire peut vous éviter d’avoir à corriger ou à remédier à l’impact blessant de paroles prononcées sans sagesse. “Celui qui retient ses paroles connaît la science, et celui qui a l’esprit calme est un homme intelligent” (Proverbes 17:27)
 
Dans le doute, taisez-vous. Un homme d’état disait : ‘Il vaut mieux rester silencieux et passer pour un imbécile que d’ouvrir la bouche et d’ainsi enlever tout doute’. En particulier dans les situations de stress ou à forte charge émotionnelle, nous sommes tentés d’exprimer nos pensées à haute voix dès qu’elles font surface. Nous devons cependant faire attention de ne pas donner à quelqu’un d’autre une partie de nos pensées que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre. “L’insensé même, quand il se tait, passe pour sage; celui qui ferme ses lèvres est un homme intelligent” (Proverbes 17:28)


© MANNE DU LUNDI est un article hebdomadaire de CBMC INTERNATIONAL, un ministère évangélique à but non lucratif qui a pour objet de servir les gens d’affaires et les professionnels qui veulent suivre Jésus, de présenter Jésus-Christ en tant que Seigneur et Sauveur auprès des autres gens d’affaires et professionnels.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

3 commentaires
  • kere235 Il y a 6 années, 5 mois

    Seigneur aide moi à mettre de l'eau dans ma bouche!
  • Mireille Dabire Il y a 11 années, 11 mois

    Je remercie le frère pour cette exhortation. En effet, notre langue peut nous condamner. Maîtrisons nos émotions et sachons bien utilisé nos langues. Dieu vous bénisse
  • esperans7 Il y a 12 années, 6 mois

    Combien de fois n'avons-nous pas dit "mais je n'avais pas l'intention de blesser". Souvent, nous croyons avoir de bonnes intentions à l'égard d'autrui. Mais nous nous adressons à lui avec ces petites expressions qui font que, presque automatiquement, une grande forêt peut être embrasée (cf. Ja 3: 2-12) : - t'aurais pu... - quand même... - tu n'avais qu'à... - si tu n'avais pas fait/dit ceci... - de toute façon...,etc. Bannissons ces petites expressions qui attisent le feu, et tout ira mieux dans nos relations!