L’étonnement, ou la foi en Jésus Christ ?

L’étonnement, ou la foi en Jésus Christ ?

Tout au long des Évangiles nous voyons les hommes réagir au ministère de grâce du Seigneur Jésus. Or, là où Jésus demandait de se repentir et d’accepter ses paroles comme venant de Dieu son Père, ils restèrent souvent incrédules. L’étonnement et la stupéfaction qui dans un premier temps les avaient saisis n’avaient pas produit un vrai besoin de venir à Jésus Christ.

Nous voyons donc que l’étonnement ne suffit pas pour être « touché » par la grâce de Dieu. Ainsi, les miracles ont de tout temps interloqué les hommes de toutes conditions. Mais ce n’est pas pour autant que la plupart se sont tournés vers Dieu. Les médecins incrédules vous dirons que telle guérison est pour eux inexplicable sans vouloir réellement l’attribuer à un Dieu dont ils refusent l’existence et l’intervention. Leur étonnement ne va pas plus loin que le sentiment d’avoir vu une chose extraordinaire.

Voyons donc maintenant en quoi les gens étaient étonnés par le Seigneur Jésus.


1. Par ses paroles, par son enseignement

Ils s'étonnaient de sa doctrine; car il les enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes. Marc 1.22

Il arriva que, quand Jésus eut achevé ces discours, les foules s'étonnaient de sa doctrine; car il les enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.
Matthieu 7.28-29

Et le sabbat étant venu, il se mit à enseigner dans la synagogue; et plusieurs, l'ayant entendu, étaient dans l'étonnement, disant : D'où viennent ces choses à celui-ci ? Et quelle est cette sagesse qui lui est donnée, et d'où vient que de tels miracles s'opèrent par ses mains ?
Marc 6.2

Le Seigneur était venu sur la terre pour annoncer le Royaume de Dieu, pour apporter et accomplir le message de grâce de Dieu. Ses paroles étaient celles de Dieu son Père. Quand il parlait c’était la voix de Dieu qui se faisait entendre. Sans comprendre la divinité de Jésus, le peuple reconnaissait sa sagesse et l’autorité de ses paroles. Hélas! Beaucoup, manipulés par les chefs religieux qui avaient peur de perdre de leur influence sur les âmes, n’allèrent pas plus loin dans leur étonnement. Or, aucun homme n’avait jamais parlé comme cela. Et pour cause! Jésus est la voix de Dieu appelant tout homme à la repentance et au salut divin.

Les huissiers répondirent : Jamais homme ne parla comme cet homme. Jean 7.46

Jésus s'écria et dit, Celui qui croit en moi, ne croit pas en moi, mais en celui qui m'a envoyé; et celui qui me voit, voit celui qui m'a envoyé. Jean 12.44-45

Ne crois-tu pas que moi je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que moi je vous dis, je ne les dis pas de par moi-même; mais le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres. Jean 14.10

Le Seigneur était absolument ce qu’il disait, contrairement à nous. Ses paroles ne dépassaient pas ses pensées, et celles-ci étaient parfaites et véritables. Ses paroles étaient l’expression parfaite de la pensée de Dieu. Selon le premier chapitre de l’Évangile selon Jean, Il EST le Verbe incarné, la Parole Divine faite homme.

Ils lui disaient donc, Toi, qui es-tu ? Et Jésus leur dit, Absolument ce qu'aussi je vous dis.
Jean 8.25

Ils ne pouvaient le surprendre dans ses paroles devant le peuple; et étonnés de sa réponse, ils se turent.
Luc 20.26

Bien des fois, les religieux voulurent prendre Jésus dans ses paroles. Perfidement, ils lui posèrent des questions avec de mauvais motifs pour le surprendre et le mettre en défaut. Mais là encore la perfection du Seigneur Jésus les a confondus si bien qu’ils furent réduits au silence!

Alors les pharisiens vinrent et tinrent conseil pour l'enlacer dans ses paroles... Et l'ayant entendu, ils furent étonnés; et le laissant, ils s'en allèrent... Et les foules, ayant entendu cela, s'étonnèrent de sa doctrine. Et les pharisiens, ayant ouï dire qu'il avait fermé la bouche aux sadducéens, s'assemblèrent en un même lieu. Et l'un d'eux, docteur de la loi, l'interrogea pour l'éprouver... Et personne ne pouvait lui répondre un mot; et personne, depuis ce jour-là, n'osa plus l'interroger. Matthieu 22.15-46

Ils ont préféré se taire plutôt que de demander au Seigneur la réponse. Ainsi trop souvent, on préfère se taire et ne plus écouter l’Évangile plutôt que de demander à Dieu de pouvoir accepter et recevoir ses paroles.

2. Par ses actes de puissance et d’amour


Le Seigneur Jésus faisait et disait (Actes 1.1). Son action était intimement et indissociablement liée à ses paroles. Il passait de villages en villages enseignant les paroles de Dieu et délivrant ceux qui étaient malades et asservis au diable. On lui reconnaissait un pouvoir merveilleux, mais là encore il n’y avait trop souvent dans les cœurs que de l’étonnement, de la curiosité. Il n’y avait pas de vrais besoins. On regardait un malade et l’on se disait qu’il avait bien besoin d’être guéri par le Seigneur, sans réaliser que l’on avait tout autant besoin de la guérison de son âme ! Or, quelle est la guérison la plus importante; celle du corps ou celle de l’âme ?

Il entra de nouveau dans Capernaüm, quelques jours après, et on entendit dire qu'il était à la maison. Et aussitôt beaucoup de gens s'y assemblèrent, de sorte qu'il ne se trouva plus de place, même auprès de la porte; et il leur annonçait la parole. Et des gens viennent à lui, amenant un paralytique porté par quatre personnes. Et ne pouvant s'approcher de lui, à cause de la foule, ils découvrirent le toit du lieu où il était; et l'ayant percé, ils descendirent le petit lit sur lequel le paralytique était couché. Et Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. Et il y avait là quelques-uns des scribes, assis et raisonnant dans leurs cœurs : Pourquoi celui-ci parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, sinon un seul, Dieu ? Et aussitôt Jésus, connaissant dans son esprit qu'ils raisonnaient ainsi en eux-mêmes, leur dit : Pourquoi faites-vous ces raisonnements dans vos cœurs ? Lequel est le plus facile, de dire au paralytique : Tes péchés te sont pardonnés; ou de dire : Lève-toi, prends ton petit lit, et marche ? Or, afin que vous sachiez que le fils de l'homme a le pouvoir sur la terre de pardonner les péchés (il dit au paralytique) : Je te dis, lève-toi, prends ton petit lit, et va dans ta maison. Et il se leva aussitôt, et ayant pris son petit lit, il sortit en la présence de tous; de sorte qu'ils en furent tous étonnés et qu'ils glorifiaient Dieu, disant : Nous ne vîmes jamais pareille chose. Marc 2.1-12

Ils ne virent jamais pareille chose ! Mais avaient-ils jamais entendu pareille chose ? Ont-ils bien écouté ce que le Seigneur Jésus leur avait dit ? Il ne semble pas ! Jésus venait de leur dire que le pardon des péchés est bien plus important et primordial que la guérison du corps. Ils avaient donc tous besoin de ce pardon !

Ils étaient extrêmement étonnés,
disant, il fait toutes choses bien; il fait entendre les sourds et parler les muets. Marc 7.37

On se réjouit pour les sourds et les muets … mais Jésus est venu pour tous les hommes, pas seulement pour ceux qui ont un handicap physique. Encore faut-il se reconnaître malade, pécheur ! Le péché n’est-il pas un mal qui nous ronge intérieurement ?

Jésus, répondant, leur dit : Ceux qui sont en santé n'ont pas besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance.
Luc 5.31-32

Les disciples furent eux-mêmes étonnés devant la puissance du Fils de Dieu lors d’une tempête.

Il monta vers eux dans la nacelle, et le vent tomba. Et il furent excessivement frappés et étonnés en eux-mêmes. Marc 6.51

En Matthieu 14.33, les disciples lui rendent hommage et déclarent qu’ils le reconnaissent comme véritablement le Fils de Dieu. Il arrive que notre connaissance du Seigneur soit quelque peu théorique, mais par une circonstance particulière nous sommes amenés à discerner mieux la grandeur de sa Personne, et nous sommes toujours dans ce cas étonnés.

Oui! la mer et le vent lui obéissent. Bien au-delà de ce qui nous paraît déjà grandiose, tout a été créé par lui et pour lui, sa grandeur dépasse l’infini des cieux. Et que dire de sa grandeur dans son abaissement et son sacrifice sanglant pour nous sauver !

Ainsi donc, si nous sommes parfois étonnés des paroles de Jésus, acceptons-les avec foi et retenons-les dans notre cœur et notre mémoire. Jésus nous révélera bien la portée, la profondeur et la richesse de ses paroles tout au long de notre vie, et cela au moment opportun. C’est son plaisir de nous enseigner et l'Esprit est en nous pour nous aider à saisir ces précieuses paroles pour autant que nous ne nous laissions pas encombrer par les vains raisonnements et les pensées attachées aux biens temporels.

Les disciples s'étonnèrent de ses paroles; et Jésus, répondant encore, leur dit : Enfants, combien il est difficile à ceux qui se confient aux richesses d'entrer dans le royaume de Dieu ! Il est plus facile qu'un chameau passe par un trou d'aiguille, qu'un riche n'entre dans le royaume de Dieu. Et ils s'en étonnèrent excessivement, disant entre eux : Et qui peut être sauvé ? Et Jésus, les ayant regardés, dit : Pour les hommes, cela est impossible, mais non pas pour Dieu; car toutes choses sont possibles pour Dieu. Marc 10.24-27

Sommes-nous simplement étonnés ou croyants devant les actes et les paroles de Jésus Christ ?



Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire