L’évangélisme basé sur les ministères : espoir pour ceux qui souffrent

L’évangélisme basé sur les ministères : espoir pour ceux qui souffrent

Note du Rédacteur : Beaucoup de Chrétiens sont devenus "des drogués d'alléluia qui vont de réunion en réunion pour apprendre comment prendre soin des gens qui souffrent, mais ils ne mettent jamais en pratique ce qu'ils ont appris," dit Charles Roesel, le pasteur de la Première Église Baptiste, Leesburg, Floride. "Dieu n'a pas besoin d'homme ou de femme sur une cime spirituelle et qui ne désire pas aller dans la vallée. Tant que nous prenons soin des gens, nous ne manquerons jamais d’audience parce qu’il y a une vallée remplie de gens qui souffrent." Dans une ville de moins de 20 000 habitants, l'église de Roesel soutient plus de 55 différents ministères. Il dit : "Nous n'avons pas besoin de l'évangile social démodé qui était tout social et rien évangile. Nous avons besoin de l'évangélisme basé sur les ministères qui coule du cœur de Dieu. Le but suprême de chaque ministère dans notre église est d'atteindre les gens pour Christ, ou alors nous avons échoué de les atteindre là où ils ont le plus grand besoin. Dieu dans son Esprit nous conduira aussi à utiliser ses ressources. Je ne crois pas qu'il dira, ' Bien fait ' à une église avec un sanctuaire de 27 millions de dollars quand des millions de personnes n'ont pas même entendu l'évangile. Nos églises ne peuvent pas donner aux missions ou ministères s'ils construisent des monuments aux hommes. Nous devons aller dans les églises sept jours par semaine plutôt que d'employer nos équipements quatre heures par semaine."

Soudain, alors que Jésus prêchait, il y eut un bruit sourd de boue tombant et le son de chaume dérivant. Chaque oeil se tourna vers le plafond. Là ils virent un trou et quatre hommes qui l’élargissaient. Ces hommes prirent les ceintures de leurs tailles et lièrent les ceintures aux quatre coins de la civière sur laquelle était un paralytique.

LEESBURG, Fla. (Pcom) - Cétaient des jours de grande excitation à Capernaüm. Un nouveau maître avec un pouvoir effrayant était en ville. La simple mention qu'il était près suffisait pour rassembler la foule. Quand la nouvelle qu'il était dans une certaine maison se répandait, les gens venaient de partout, remplissant la maison autant que possible.

Imaginez les quatre hommes tombant face contre terre, regardant par le trou voir ce que Jésus ferait en bas. Ils avaient fait tout ce qu'ils pouvaient; ils avaient apporté l'homme à Jésus. Maintenant ils faisaient confiance à Jésus pour faire seulement ce que lui pouvait faire.

Quand Jésus vit leur foi, Il se tourna vers l'homme paralytique et dit, "mon enfant, tes péchés sont pardonnés."

On sentit immédiatement un froid dans l’air. Les leaders religieux disaient : "qui cet homme pense-t-il qu'Il est ? Il offre le pardon des péchés - seulement Dieu peut le faire! En plus, cet homme n'est pas venu pour être pardonné, mais pour être guéri."

Jésus, percevant leurs pensées, dit : "Qu’est-ce qui m’est plus facile à faire? Dire, ' tes péchés sont pardonnés, ' ou dire, ' Lève-toi, prends ton lit et marche ' ? Mais, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir de pardonner les péchés..." Alors Il a dit à l'homme paralytique, " Lève-toi, prends ton lit et marche " (Marc 2:1-11).

L'homme se leva, prit son lit et marcha. C'était une heure glorieuse, là où il y a beaucoup de leçons pour nous.

1. Tout d'abord, nous voyons la souffrance - l'homme paralysé

Nous ne nous rendions pas compte quand nous avons commencé notre Centre de maternité que, dans une petite communauté comme la nôtre, nous aurions une moyenne plus de 100 personnes par mois venant pour des tests, des conseils, des vêtements de maternité et des provisions pour bébé. Nous ne savions pas, quand nous avons établi notre Abri de Femme, que la première semaine que l'abri fut ouvert, il serait rempli à capacité.

Une fois Billy Graham, dans la préparation d’une croisade, a écrit pour demander aux leaders de communauté une liste des gens dans la souffrance pour lesquels lui et son équipe pourraient prier. Les leaders lui ont envoyé une copie de l’annuaire téléphonique. Tant que nous nous occupons de gens dans la souffrance, nous ne manquerons jamais d'une audience.

Nous ne connaissions pas l'ampleur du problème des gens qui souffrent jusqu'a ce que nous soyons devenus impliqués dans l'évangélisme basé sur les ministères. Quand nous avons commencé notre Mission de Secours, nous ne nous rendions pas compte que dans une ville de 30,000 personnes, nous nous occuperions de plus de 5,000 personnes par an qui ont besoin d’un abri, d'alimentation, de vêtements, de travail et, surtout, d’une rencontre salvatrice avec Jésus Christ. Parfois notre parking ressemble à une scène de Les Raisins de la Colère : des familles avec enfants remplissent de vieux, breaks délabrés, leurs yeux vitrés avec un étrange regard de désespoir.

Que cela soit clair, ce n'est pas une option de la vie Chrétienne. Jésus, dans Matthieu 25:34 et après, a révélé Ses priorités dans la cour d'aucun appel. Si nous avions parlé, nous aurions probablement dit, "Venez, prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car vous n'avez pas bu, fumé, ou mâché, donc, nous vous recevons." Le seigneur Jésus, cependant, avait un message différent. "Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez recueilli, j'ai eu besoin de vêtements et vous m'avez habillé, j'étais malade et vous vous êtes occupé de moi, j'étais en prison et vous êtes venus me visiter" (Mat. 25:34-36, NIV). Parce qu'un Chrétien est quelqu’un en qui Christ vit, alors son souci devient notre souci et ce qui brise Son cœur, brise nos cœurs.

Autant que nous savons, ces hommes étaient des laïcs. Il n'y a aucune suggestion qu'ils aient été des théologiens formés. Nous ferions bien d’apprendre de cela. Si nous allons subvenir aux besoins des blessés de la vie, il est impératif que nous mobilisions les laïcs. Trop d'églises meurent d'infection de personnel. Trop d'églises dépendent de gens qu’elles paient pour qu’ils s’intéressent.

Il y a plusieurs années, je parlais à un groupe de jeunes séminaristes. Un d'entre eux m'a demandé, "quelle est l'erreur la plus grande que vous ayez jamais faite dans votre ministère ?" Pour un instant, je n'avais aucune réponse. J'ai fait tant d'erreurs, comment pourrais-je choisir la plus grande ? Mais, alors que je répondais à ce jeune homme, Dieu me donna la réponse : "l'erreur la plus grande que j'ai jamais faite était quand j'ai eu l’impression que j'étais le seul dans l'église qui sache comment faire quoi que ce soit. Le mouvement le plus grand que j'ai jamais fait était quand j'ai perdu des laïcs pour faire ce que Dieu les avait appelés à faire." Dans notre église nous avons 1,400 postes de volontaires occupés par des gens choisis par Dieu. Ma tâche est d'équiper ces saints pour le travail du ministère. Notez les qualités de ces quatre laïcs.

Ils étaient des hommes de compassion.Ils étaient les hommes de conviction.

Ces hommes croyaient vraiment que Jésus était capable de subvenir aux besoins de cet homme. La question est, le croyons-nous ? Non seulement je crois en la puissance miraculeuse de Christ pour guérir le malade, mais aussi je crois en sa puissance miraculeuse pour pourvoir aux besoins des sans-abri et des gens qui souffrent. Souvent quand je parle dans des conférences, on pose la question, "pouvons-nous nous le permettre ?" C'est la fausse question. La question est, "Est cela la volonté de Dieu ?" Et si c'est la volonté de Dieu, je vous assure qu'Il peut se le permettre ! Quand Tony Campolo a prêché dans notre église, il a parlé d'un jeune étudiant interpellant un groupe d'étudiants chrétiens. Le jeune homme a dit, "Aujourd'hui et chaque jour 30,000 personnes meurent de faim dans ce monde dans lequel nous vivons. La grande tragédie est que la plupart des Chrétiens s’en foutent complètement." Puis il a dit, "Et la tragédie la plus grande est que, quand vous sortirez d’ici, vous serez plus vexés que j'ai employé le mot "foute" plutôt que de ces 30,000 personnes qui meurent de faim aujourd'hui." 2. Ensuite nous voyons quatre hommes avec du cœur - les quatre qui sont venus apporter l'homme à Christ.
 
Je ne sais qui est à l’origine de ce dicton, mais ils ont tapé en plein dans le mille quand ils ont dit, "le monde ne se soucie pas de ce que nous savons jusqu'a ce qu'ils sachent combien nous nous soucions."

À Leesburg, les miracles de provision de Dieu ont été effrayants. Récemment, nous avons eu besoin de 2,000,000 de $ pour construire notre nouveau Village de Soin Chrétien. Le village, quand achevé, inclura : une Mission de Secours, un Abri de Femme, un foyer d’adolescentes, un Abri de Secours pour Enfants, un Centre de Soin pour femmes enceintes, une Grange de Meubles, un Cabinet de Vêtements et un Office d'Alimentation. Je n'ai pas voulu faire une campagne financière pour récolter de l'argent. Nous venions de récolter 2,000,000 de $ pour notre Centre de Vie de Famille et je ne tenais pas beaucoup à sauter dans une autre campagne. Au lieu de cela, j'ai partagé la vision du village avec notre église locale et l'Esprit Saint a commencé à accumuler l'argent.

Une dame s'est présentée et a dit, "j'ai un terrain qui peut être vendu et l'argent employé pour le village." La terre a été évaluée à 820,000 $. Elle a aussi dit, "je voudrais donner quelque argent comptant." J'ai dit, "Combien ?" Elle a dit, "100,000". Sans révéler son nom, j'ai partagé avec l’église locale ce qu'elle avait fait. Peu après, l'Esprit a incité un autre homme à donner 100,000 $. J'ai informé l'église. En quelques jours, un couple, qui n'était pas membre de l'église, a engagé 75,000 $ dans le projet.

Je l'ai partagé et ai ensuite dit, "l'Esprit Saint lève l'argent et nous n'allons pas étouffer ce qu'Il fait. Le dernier dimanche d’octobre nous vous donnerons une occasion de faire un engagement. Personne ne va venir vous voir. Personne ne va vous demander de donner. Nous demandons simplement que vous fassiez ce que l'Esprit Saint vous incite à faire." Pour faire une longue histoire courte, le dernier dimanche d’octobre, plus de 2,000,000 de $ avaient été engagés. L'Esprit Saint a miraculeusement levé l'argent !

Ils étaient les hommes créatifs.

Une des nouvelles choses qui a été une bénédiction énorme à notre asssemblée est l'École du dimanche du samedi. Nous nous rencontrons à 10h00 le samedi, en embarquant les enfants et les adolescents. Nous avons une moyenne de plus de 300 personnes par samedi. Beaucoup de ces enfants sont de situations misérables. C’est impressionnant de voir l'Esprit de Dieu faire un si merveilleux travail alors que ces enfants viennent à une connaissance du salut de Christ et commencent à grandir en Lui.

Ils étaient les hommes de coopération.

2. Nous voyons l’obstacle - les gens de la foule.

Il y avait un homme qui allait à la chasse à l’écureuil. Un ami lui dit, "Où vas-tu ?" "Je vais à la chasse à l'écureuil," fut la réponse. "Où est ton fusil ?" demanda l’ami. "Je n'en ai pas besoin," a dit le chasseur. Étonné, l'ami demanda, "Bien, comment vas-tu tuer les écureuils ?" Le chasseur répondit, "je vais les effrayer à mort." L'ami demanda, "Comment vas-tu faire ?" Le chasseur dit, "viens avec moi; je vais te montrer." Ensemble ils sortirent dans les bois. Un écureuil grimpait en haut d'un arbre et le chasseur fit une grimace laide à l'écureuil. L'écureuil tomba mort. L'ami dit, "c'est étonnant! Je n'ai jamais vu personne qui pouvait faire ça! C'est un trait de famille ? D'autres dans ta famille peuvent-ils le faire ?" Le chasseur répondit, "Oui, ma belle-mère peut. Mais nous ne la laissons pas chasser. Elle fait tourner la viande!"

Je ne suis pas d'accord avec cette histoire sur les belles-mères, mais je connais vraiment beaucoup de membres d'église qui effraient les gens à la mort. Beaucoup de soi-disant Chrétiens ne semblent pas se rendre compte que leur conversion est supposée inclure leur disposition. Nous n'atteindrons jamais les gens que nous devons atteindre pour la gloire de Christ jusqu'a ce que nous découvrions ce que Paul appelle "la voie la plus excellente."

Ce n’était pas leur intention que de gêner. Ils ne voulaient pas être un problème. Mais, dans ce cas, les quatre ont dû les contourner pour arriver à Jésus. Dans chaque communauté nous avons des gens qui souffrent. Dans chaque église nous avons ceux avec un cœur. Mais, dans chaque église nous avons aussi ceux qui gênent. Nous avons ceux qui se tiennent entre Christ et l'homme dans le besoin. Quatre sont venus, quatre ont vu, quatre se sont intéressés, quatre se sont mis à genoux, quatre ont porté leurs parts de la charge alors qu’ils apportaient l'homme à Jésus. Nous oublions parfois que notre frère en Christ n'est pas l'ennemi. Le temps presse et exige l'unité de l'église alors que nous cherchons ensemble un monde perdu et souffrant pour Jésus.Une des vieilles choses nous faisons exceptionnellement bien est une École Biblique de Vacances de deux semaines chaque été. Récemment, nous nous sommes occupés de 1,300 personnes, avec plus de 50 d'entre eux qui découvraient le salut du seigneur Jésus. Nous avons un groupe de volontaires de plus de 300 personnes qui s’occupent de ces enfants. Sans créativité, sans faire de nouvelles choses, sans faire de vieilles choses exceptionnellement bien, nous n'atteindrions jamais les gens qui souffrent pour Christ.

3. Nous voyons le guérisseur - Jésus, le Christ.

Le dimanche d’après, je me tenais debout et j’ai dit, "je suis désolé que certains ont été vexés quand je vous ai demandé de vous tenir par la main et de chanter 'l'Esprit Doux. ' Je n'étais pas vraiment biblique. La Bible ne parle pas de se donner la main, elle dit, ' saluez-vous les uns les autres par un saint baiser, ' donc je voudrais que vous vous saluiez les uns les autres pas un saint baiser."

Beaucoup auraient dit, "Rien de significatif ne peut arriver dans une église comme Première Église Baptiste de Leesburg." Mais je répète : n'importe quel endroit fera l’affaire si Dieu y est. Et n'importe quel prédicateur fera l’affaire si Dieu est dans le prédicateur.

J'ai de merveilleuses nouvelles : Jésus est vivant et Il va bien! Son église est vivante et c'est bien! Et j'ai découvert que n'importe quel endroit fera l’affaire si Dieu y est. Et n'importe quel prédicateur fera l’affaire si Dieu est dans le prédicateur. Je me souviens quand je fus pour la première fois appelé à Leesburg. L’église du centre ville, de plus de 100 ans, était sur le déclin depuis dix ans, allant de 400 à 300 personnes dans l'École du dimanche. Ils avaient renvoyé le pasteur précédent. La congrégation était tenue ensemble par la tradition. Le premier dimanche j'étais là j'ai décidé de réchauffer le service en demandant aux gens de se tenir par la main et chanter "l'Esprit Doux". Le dimanche après-midi j'ai reçu un appel d'un diacre qui a dit, "Pasteur, nous n'allons pas devenir charismatiques, n'est-ce pas ? c'est ce que Westside a fait avant qu'ils ne deviennent charismatiques. En plus, vous savez ce à quoi un homme pense quand il tient la main de la femme d'un autre homme." Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j’aurai le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas l’amour je ne suis rien. Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas d'amour, cela ne me sert à rien. (1 Cor. 13:1-3, NIV)
 Les gens ont ri. Ils se sont salués d'un saint baiser et une nouvelle chaleur est venue sur l’assemblée. Nous sommes rapidement passé de 300 présents en août à 600 en octobre. L'église qui avait fait une moyenne 20 baptêmes par an a baptisé plus de 100 personnes l'année d’après. Cette église dans les huit dernières années a fait une moyenne de presque 300 baptêmes par an. Nous avons établi plus de 50 ministères pour les gens qui souffrent. Nous avons été un leader en ce qui concerne les dons pour les missions à l’étranger, les missions locales et les missions d’état.
 Christ a confié entre nos mains un monde souffrant. Quand nous regardons nos mains, que voyons-nous ? Voyons-nous des mains occupées, trop occupées pour atteindre l'indigent ? Voyons-nous des mains sales, trop coupables pour être de quelque avantage pour Christ ? Voyons-nous des mains délicates, trop délicates pour nous atteindre la personne mal coiffée ? Voyons-nous des mains négligentes, trop apathiques pour comprendre notre responsabilité ? J'espère que non. Je prie afin que nous voyions des mains servantes venant d'un cœur d'amour dans lequel Christ habite.
 

-Pastors.com-

Quand ils sont arrivés à la maison et ont vu que les gens étaient entassés, ils ne se sont pas découragés. Au lieu de cela, ils sont montés sur le toit, y ont fait un trou et fait descendre l’homme jusqu’à Jésus. Si nous devons atteindre un monde perdu et plein de souffrance pour Jésus Christ, nous devons aussi être des gens créatifs. Il nous faut 2 choses : (1) Nous devons être prêts à faire de nouvelles choses; (2) nous devons être prêts à faire certaines des vieilles choses exceptionnellement bien.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • serviteur777 Il y a 8 années, 4 mois

    je remercie jésus de t'avoir donner la possibilié de m'offrir son méssage,car c'est ce que j'ai dans mon coeur et qui choque méme des anciens ou pasteur dans mon assemblée et qui me dise souvent d'atandre.mais mois j erecherche à grandir pour ma formation à mon ministére auprés des marginaux,toxicomanes,punck,gotic( car c'étais mon passé) et j'ai un jours à jésus me voici pour te servir,je me suis fais imposer les mains par un pasteur qui avais monter un centre de tennn-challenge en amérique,et une soeur a reçu que c'étais dans le méme conteste de tenn-challenge qui me voulais,j'ai fais un projet proféssionel,mais vus mon age ,il non point voulu me subventionner la formation,alors je le fais bénévolement,et j'ai besoin des conseille ,et si tu veus voir mon mur ,tu comprendras.serviteur777