Un chrétien peut-il utiliser l'hypnose ?

Un chrétien peut-il utiliser l'hypnose ?

L'hypnose revient à la mode, mais est-elle sans danger pour le chrétien ?

Cette vieille pratique a toujours « flirté » avec  sciences, occultisme, divertissements, thérapies, etc. Son utilisation dans un cadre thérapeutique est encore source de controverses, sans doute parce qu’elle est à la frontière entre les thérapies scientifiques et traditionnelles, et les pratiques parallèles.

Qu’est-ce que l’hypnose ?

L’hypnose est une réduction du champ de conscience provoquée chez une personne par l’action volontaire d’une autre personne.

Cet état de conscience modifié est induit par un hypnotiseur qui donne des directives. Cette pratique peut être utilisée dans toutes sortes de programmes psychothérapiques, anesthésiologiques, spirituels voire même érotiques. Le principe de base à toute expérience hypnotique est que la personne qui se soumet à un hypnotiseur doit « lâcher prise », se « laisser aller », en acceptant et en adhérant aux suggestions de celui qui exerce son pouvoir.

Sigmund Freud a pratiqué l’hypnose, qu’il qualifia de «manipulation du sujet».

En se soumettant à un hypnotiseur, le chrétien se retrouve sous son contrôle, à savoir que les filtres de l’intelligence, de la connaissance et de la conscience mis en place par Dieu dans tout individu afin de le préserver, sont mis de côté au profit des suggestions de l’hypnotiseur.

Si une telle démarche peut sembler bénéfique, quand elle aurait pour but la révélation d’un traumatisme débouchant sur une aide thérapeutique, elle est néanmoins risquée, voire dangereuse, car elle met le bénéficiaire  sous le joug d’un être humain, avec tout ce que cela peut induire.

Qu’est-ce que nous dit la Bible ?

« Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger ( ... ) car nous sommes le temple du Dieu vivant » ( 2 Corinthiens 6.14 et  16 ).

« C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude » ( Galates 5.1)

Cet affranchissement et cette liberté de grand prix nous ont été offerts par le sacrifice inestimable de Jésus-Christ sur la croix.

Jésus-Christ propose à celles et ceux qui ont besoin d’aide:

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger » ( Matthieu 11.28-30 )

Quelle parole extraordinaire de Jésus ! La solution est en Lui et avec Lui !  

Celui qui se rend chez l’hypnotiseur y va parce qu’il est peut être « fatigué et chargé », il reçoit ( subit ) ses « instructions », mais il n’a aucune promesse de trouver du repos pour son âme. De plus, rien ne dit que son joug ne soit doux ni son fardeau léger.... à long terme.
Avec Jésus OUI !

Le Seigneur ne nous a pas laissés démunis face à nos problèmes qui peuvent trouver leurs racines très loin dans notre vie passée, notre enfance, voire avant. Jésus nous a donné l'Église. Il l’a pourvue de différents ministères, accomplis par des hommes et des femmes consacrés à Dieu. ( 1 Corinthiens 12.7-11 et 27-28 ). Le Saint Esprit peut aussi, par le vecteur de praticiens (médecins, psychologues …), mettre en lumière, révéler et apporter le soulagement et la guérison, dans le respect et l’amour infini d’un être meurtri.

C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis ! 

83 commentaires
  • gloire a dieu Il y a 1 mois

    non car c'est purement une pratique démoniaque
  • felix Il y a 3 mois, 2 semaines

    Tout ce que nous ne contrôlons pas, nous contrôle. Jesus n'a jamais fait un geste où une guérison envers une personne sans l'adhésion de cette personne. Etant notre divin model, c'est lui que nous devons suivre, et ce n'est pas parce que nous tirons un bienfait de quelque chose dans l'immédiat que cela n'a pas de conséquence sur le long terme dans notre vie; surtout dans le domaine de l'esprit, un domaine que nous ne maitrisons pas du tout.
  • brunodroides Il y a 5 mois, 2 semaines

    Je dirais oui sous une seul condition, quand il s'agit d'un moyen thérapeutique et médical (pour atténuer la souffrance ou pour un acte douloureux) mais dans tout les autres cas, c'est un danger !
  • Afficher tous les 83 commentaires