Mariage : quitter ses parents? article 3/3

Mariage : quitter ses parents? article 3/3
Nous continuons notre étude du verset de Genèse 2 :24 sur le verbe « quitter »

C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair " (Genèse 2.24).


QUITTER : UNE RUPTURE AFFECTIVE


C'est peut-être la rupture la plus difficile à réaliser, parce qu'elle touche au plus profond de notre être. Les liens qui nous attachent à nos parents, à toute notre histoire familiale, sont très forts : pour certains, ce sont de véritables chaînes. Pour d’autres, la famille est le seul lieu de ressourcement affectif. C’est là qu’ils vivent et partagent toutes leurs émotions. Selon les contextes familiaux cette dépendance sera plus ou moins importante.

Quelques situations où il est très difficile de quitter :


  • Une mère divorcée ou veuve qui s'est totalement et exclusivement réinvestie affectivement dans l'éducation de son fils unique. Il remplace le mari.
  • Un père autoritaire qui n'a jamais éduqué ses enfants à l'autonomie. Ils n'ont " pas d'ailes pour s'envoler ".
  • Une mère surprotectrice : par amour, elle veille à tout, veut protéger ses enfants contre " ce monde mauvais, corrompu ".
  • Un père, forte figure d'autorité dans son foyer, dans son église. Il est secrètement le grand amour de sa fille pleine d'admiration pour son papa. Elle n'a pas coupé le cordon ombilical avec son père.

Travailler à sa libération affective, c'est aussi le refus de la critique des parents à l'égard du conjoint. J'ai le devoir de défendre mon conjoint et, en outre, d'indiquer clairement que je refuse et rejette ces critiques.

Ce refus de la critique a pour corollaire l'acceptation des parents du conjoint. S'interdire de les rejeter par des critiques malveillantes et répétées. On peut accepter ses beaux-parents tout en prenant sereinement ses distances par rapport à leur mode de vie ou leurs valeurs. 


QUITTER : UNE RUPTURE D'AUTORITE

L'autorité des parents se présente et s'exprime sous deux aspects :
  • L'autorité légale : Elle s'arrête au 18ème anniversaire de l'enfant  C'est un peu une " fausse majorité " : une majorité sans indépendance financière n'est pas une vraie majorité.
  • L'autorité morale : Elle se fonde sur le vécu des parents, dans la réalité entre eux et les enfants, la perception dominante que ces derniers en ont. Une telle autorité ne se décrète ni ne s'impose par la violence. Elle se gagne dans les coeurs.

Les implications : le couple doit apprendre à vivre dans la paix cette rupture d'autorité. Comment ?
  • Dès le début de la vie à deux, affirmer sa liberté, la revendiquer : " Nous n'avons plus à nous soumettre à l'autorité de nos parents ". Défendre jalousement ce privilège ; si nécessaire prendre ses distances, ne serait-ce que pour un temps.
  • Re-choisir ses valeurs, même si elles proviennent de l'éducation reçue ; choisir ses valeurs propres.
  • Re-choisir, ou choisir, son mode de vie. Ne pas accepter le style de vie des parents comme normatif.
  • En parler honnêtement avec son conjoint.
  • Négocier une attitude commune (Ex. : Repas une fois par mois au lieu de toutes les semaines).
  • Affirmer sans agressivité sa liberté (Ex. : Cette année nous fêterons seuls l'anniversaire de...).
  • Ne pas juger trop durement la belle-famille, ne pas craindre la brouille légère et momentanée. Et là, personnellement, je pourrais plaider pour les belles-mères. Il m'a été difficile, il est vrai, de vivre le départ des enfants avec tout ce que cela implique : maison calme (trop calme...), moins de courses, moins d'apport extérieur.
  • Prier pour les beaux-parents, ne pas cultiver de ressentiment à leur égard, pardonner leurs maladresses, essayer de voir les côtés positifs.
  • Ne pas les mettre au courant de trop de problèmes : ils ont les leurs, et vous garderez de cette façon une certaine indépendance. Gardez votre liberté de choix, de décisions.

Bonne semaine à vous tous.

Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

1 commentaire
  • Labecque Il y a 12 années, 2 mois

    Il est trop rare d'avoir une étude équilibrée sur ce sujet tellement délicat, souce de tant de conflit et de souffrances.On se cache derrière le verset "l'homme quittera son père et sa mère...et débrouillez vous avec ça. IL y a autant de cas différents qu'il y a de familles avec son histoire. Alors merci de ce petit enseignement que je connais pour une bonne partie.Pourriez-vous m'indiquer les références de livres traitant ce sujet. Merci,que Dieu vous bénisse richement et vous inspire pour vos enseignements!