Ne discute pas !

Ne discute pas !
Un dimanche, j’ai demandé à ma fille de se rappeler de prier pour moi au cours de la journée.
Je lui ai dis que dernièrement j’avais perdu ma voix à cause d’un gros rhume et la fatigue, et que je désirais être guérie pour pouvoir chanter pour Jésus. Elle m’a répondu : « Je veux prier pour toi maintenant ».

Elle s’est assise sur le bord du fauteuil dans lequel j’étais assise, a posé sa main sur moi et a commençé à prier. C’était une prière toute simple, la prière d’une pupuce de 5 ans. Mais d’un coup, le ton de sa voix a changé et elle a dit : « Je prie aussi que maman arrête de discuter ! ».

J’ai tout de suite ressenti que le Saint-Esprit me disait : « Oui ma fille, arrête de discuter mes plans pour ta vie, et fais-moi confiance ». Je ne ressentais pas cela comme une parole dure, cassante, mais plutôt comme la voix de mon Père céleste qui me disait : « C’est ok, tu ne comprends pas pourquoi, mais cela fait partie de mon temps de formation. »

Émilie poursuivait alors sa prière, comme si rien ne s’était passé…Mais pour moi cette prière répondait vraiment à  une parole que j’avais écrite la veille dans mon journal intime, chose que bien sûr, Émilie ne savait pas.

Je me rappelais le jour de l’an où, entourée de ma famille, et de mes parents, je consacrais cette nouvelle année à Dieu. Je me rappelais alors de tout ce qui s’était passé au cours de cette année.

Cette année était presque irréelle de par ses difficultés. Elle m’avait laissée meurtrie et presque désabusée : Je mettais au monde un enfant prématuré, ma maison avait été inondée, cambriolée, une amie qui habitait en face de moi (que je pensais la plus proche) s’était montrée distante et lointaine...Je suis restée pendant 5 mois avec des béquilles tout en continuant l’école à la maison, en poursuivant mon travail de directrice d’orphelinat et en prenant soin d’un nouveau né et de deux autres enfants. J'ai perdu deux amies proches qui sont  retournées aux Etats-Unis, et toute ma famille était trop souvent malade …

Je me suis alors défoulée en écrivant sur mon journal : « Seigneur cette année a été dure et détestable!»

Je me rappelais alors de plusieurs passages de la Bible qui revenaient souvent et qui me disaient que le Seigneur était mon Père. Oui, il est mon Père Céleste, il avait cette année en contrôle, et me gardait au travers du feu.
« Vase parmi des vases de terre! L’argile dit-elle à celui qui la façonne: Que fais-tu? Et ton œuvre, il n’a point de mains ? »Esaïe 45-9.

Ce même papa céleste me disait, tout au long de ces combats, et te dis aussi aujourd’hui : "Ne pense  plus aux évènements passés et ne considére plus ce qui est ancien. Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver : Ne la connaîtrez vous pas? Je mettrai un chemin dans le désert, et des fleuves dans la solitude (…) Parce que j’aurai mis des eaux dans le désert, des fleuves dans la solitude, pour abreuver mon peuple, mon élu. Le peuple que je me suis formé publiera mes louanges." Esaïe 44 : 18-21.


 


Vous avez aimé ? Partagez autour de vous !

0 commentaire